La France sera-t-elle obligée de rapatrier ses djihadistes?

La Turquie a appelé mercredi les pays européens à "reprendre" leurs citoyens qui ont rejoint les rangs de l'EI et qui sont maintenant détenus par les forces kurdes. – Lefteris Pitarakis / AP / SIPA

  • Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, le gouvernement explique qu'il évalue la "situation au cas par cas" de la situation des djihadistes français et de leurs familles et refuse un rapatriement global de ses ressortissants.
  • L'offensive turque à la frontière syrienne contre les forces kurdes pourrait toutefois conduire à l'évasion de combattants étrangers de Daech et renforcer l'organisation terroriste.
  • Les observateurs du conflit en Syrie et les proches de ces djihadistes détenus sur place constituent un danger pour la sécurité nationale depuis des mois.

C'était il y a à peine huit mois. Donald Trump avait alors évoqué la menace d'un retrait des troupes américaines en Syrie. La perspective d'abandonner les Kurdes dans le conflit et l'éventualité d'un affrontement avec la Turquie ont poussé la France
revoir, pour la première fois, sa politique de gestion des djihadistes français détenus en Syrie. Edouard Philippe, le Premier ministre,
Il a ensuite plaidé pour le rapatriement des ressortissants djihadistes: "Préférons-nous qu'ils soient dispersés, qu'ils rejoignent les rangs de Daesh ou qu'ils aillent dans un autre pays pour continuer à fomenter des attaques?"

En vain. Devant de une opinion publique réticente à l’idée de voir ces concitoyens engagés dans les rangs de Daesh revenir sur le sol français, le gouvernement avait fait marche arrière. Puisque,
une poignée d'entre eux ont été rapatriés de Turquie ou de Syrie. Mais on estime que
400 à 500 combattants français seraient toujours dans des prisons et des camps tenus par des Kurdes dans le nord-est de la Syrie. Aujourd'hui, l'offensive turque contre ces alliés kurdes libère toutes les cartes. Quelles conséquences cette opération peut-elle avoir sur la politique préconisée jusqu'à présent par le Quai d'Orsay? 20 minutes faire le point.

  • Pourquoi l'opération turque change-t-elle la situation?

Le ministre des Armées, Florence Parly, a reconnu mercredi dans un tweet que "l'offensive turque dans le nord-est de la Syrie est dangereuse. Dangereuse pour la sécurité des Kurdes. Dangereuse parce qu'elle est favorable à Daesh, pour qui nous nous battons cinq ans.
pour engager ses troupes à la frontière syrienne pour faire face aux Kurdes, le président turc Recep Tayyip Erdogan sape la position française à de nombreux égards.

Soutien financier et militaire des Kurdes, la France engagée dans la coalition internationale a fait le choix, depuis deux ans, de laisser ses alliés "gérer" la détention de jihadistes étrangers capturés dans la région et détenus dans plusieurs camps au nord-est de la Syrie. "Si les affrontements entre Kurdes et Turcs s'intensifient, la priorité des Kurdes sera de rester en vie et de défendre leur peuple. Ils diront au monde entier et plus particulièrement aux Européens: Prenez soin de vos prisonniers! Karim Pakzad, chercheur à l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris) et un spécialiste de la Syrie rejoint par 20 minutes.

  • La France peut-elle maintenir sa politique de laisser ses citoyens aux mains des Kurdes?

Malgré le début de l'offensive turque, la France n'a pas encore changé sa position concernant ses ressortissants djihadistes détenus en Syrie par les Kurdes. Dans une déclaration officielle publiée le 7 octobre, le Quai d'Orsay a déclaré: "Les combattants terroristes placés en détention, y compris ceux de nationalité étrangère, doivent être jugés là où ils ont commis leurs crimes. Ce jugement et leur détention en toute sécurité dans le nord-est de la Syrie C'est également un impératif de sécurité pour les empêcher de renforcer les rangs des groupes terroristes. Toute initiative susceptible de remettre en cause ces objectifs doit être évitée ".

En tant qu'avocate de plusieurs Françaises détenues dans des camps kurdes, Marie Dosé a du mal à cacher sa colère: "Cela fait deux ans que je dis que les rapatriements sont inévitables, d'un point de vue humanitaire, mais aussi en toute sécurité. anticipée par tous les spécialistes de l'antiterrorisme, par les ONG sur place, par le Haut-commissariat à l'ONU, par tous, sauf par le gouvernement français ".

Si ce n’est pour le moment, non envisagé par le gouvernement, un rapatriement dans les conditions actuelles semble de toute façon improbable, estime Karim Pakzad. "Imaginez un instant que la France décide d'envoyer un commando spécial pour rapatrier les prisonniers français et que, parallèlement, ils renoncent aux Kurdes contre la Turquie? C'est insoutenable. D'autant que les opérations aériennes et terrestres ont déjà commencé", note le chercheur.

  • Quelles sont les alternatives?

Sur ce point, les avis des États divergent. La Maison Blanche prône le départ des djihadistes européens, dont les capitales refusent le rapatriement, sous la "responsabilité" des Turcs. Une solution rejetée par la France. "Ce serait moralement inacceptable", commente Karim Pakzad, "ce serait comme dire à la Turquie: vous avez le droit de détruire les forces kurdes si vous prenez soin de nos prisonniers!"

Contacté par l'AFP, le représentant kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), Khaled Issa, s'est dit rassurant: "Sur les djihadistes (étrangers), notre coopération (avec la France) se poursuit, dans des conditions difficiles. Nous maintenons avec force et rigueur notre coopération ( …) Nous allons essayer de jongler sur plusieurs fronts avec les moyens dont nous disposons. "

Marie Dosé, elle est particulièrement pessimiste quant au sort des djihadistes français et de leurs familles: "Soit ils finiront par mourir sous les bombes d'Erdogan, soit ils se disperseront. Par son inertie pendant deux ans, la France renforce Daesh et nous menace. Et elle C’est exactement ce qui s’est passé en Irak.
et cela a conduit à la création de Daesh. Le terrorisme est fait. C'est un énorme scandale. "



953

actions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.