Home » La démarche Demir sur le PFOS fait sursauter la majorité flamande

La démarche Demir sur le PFOS fait sursauter la majorité flamande

by Nouvelles

La question du ministre de l’Environnement Zuhal Demir (N-VA) pour une commission d’enquête sur la pollution par le SPFO dans et autour de l’Oosterweelwerf a fait sensation mercredi au Parlement flamand. Mais la commission d’enquête semble arriver quand même.

La ministre flamande de l’Environnement a reçu un nouveau dossier sale dans son assiette avec la contamination au SPFO. Lors de la réunion plénière du Parlement flamand mercredi, elle a lancé un appel à ce sujet. “Je ne veux pas m’impliquer dans les travaux du Parlement, mais ce ne serait pas mal si une commission d’enquête parlementaire l’examinait.” Cela viendra probablement, mais la démarche de Demir a fait beaucoup de bruit.

En raison des travaux d’Oosterweel, la pollution historique causée par la société 3M est littéralement passée au premier plan. Des substances chimiques nocives à base de SPFO ont été trouvées dans le sol et les eaux souterraines autour du site de Zwijndrecht dans des zones résidentielles et même sur des terres agricoles. Des concentrations élevées de SPFO peuvent entraîner des dommages au foie, des troubles hormonaux et immunitaires et des dommages au développement chez les enfants à naître.

On soupçonne que la pollution est également répartie sur d’autres municipalités, mais en raison d’un manque de mesures, il n’est pas clair jusqu’où elle s’étend. Il n’y a pas non plus de techniques de remédiation disponibles. Lantis, le principal du projet Oosterweel, encapsule le sol excavé, de sorte qu’il n’y ait plus de SPFO dans les eaux souterraines.

Beaucoup de questions

De nombreuses questions se posent, car la commune de Zwijndrecht sait depuis 2004 que le site jouxtant l’emplacement de 3M, le producteur américain de post-it, est pollué. L’impact sur les résidents locaux n’a jamais été étudié. Les maires verts de Zwijndrecht, d’abord Willy Minnebo et maintenant André Van de Vyver, sont dans une situation difficile. Selon un député flamand, ils ont hésité car 3M est une vache à lait qui alimente les caisses municipales.

See also  Le projet "Wall" est prêt à 51% - StateWatch / GORDON

Le département de Wouter Beke n’a été informé que la semaine dernière. Comment est-il possible que cette information n’ait pas été partagée ?

Freya Van den Bossche

avant

L’opposition a critiqué le fait que l’Agence pour les soins et la santé (AZG), le département du ministre du Bien-être social Wouter Beke (CD&V), n’était au courant de la pollution que la semaine dernière. “Comment est-il possible que ces informations n’aient pas été partagées?”, a déclaré Freya Van den Bossche (Vooruit).

Demir a également déclaré que l’historique du dossier soulève “plus de questions que de réponses”. C’est pourquoi elle et Beke ont déjà demandé au ministère de l’Environnement et à MSF de prélever des échantillons de sang auprès des résidents locaux. En outre, elle a nommé Karl Vrancken, maître de conférences en gestion durable des matériaux à l’Université d’Anvers, comme commissaire chargé de lutter contre la contamination. Celui-ci coordonnera, entre autres, le prélèvement d’échantillons supplémentaires dans le sol et les eaux souterraines à Zwijndrecht et ses environs. L’Office public flamand des déchets (OVAM) n’a également “jamais été une abeille occupée” dans ce dossier, semble-t-il.

Selon Demir, une commission d’enquête parlementaire doit clarifier où le flux d’informations a échoué et qui est responsable de l’inaction. Le Parlement flamand a d’abord hésité à organiser rapidement la commission d’enquête. La majorité a suggéré de tenir des audiences avant de décider si une commission d’enquête suivrait. “Nous voulons retourner chaque pierre, mais pas créer une commission d’enquête par urgence”, a déclaré le chef du parti N-VA, Wilfried Vandaele.

See also  8076 nouveaux cas, 77 nouveaux décès

Surprendre

Il était surprenant que la majorité n’ait pas immédiatement répondu à la question de Demir. “Je ne pense pas qu’il soit jamais arrivé dans l’histoire que le ministre demande une commission d’enquête et que le parlement ne le fasse pas”, a-t-il déclaré. L’opposition s’est également moquée de la majorité. “Ce parlement est à la hauteur de sa réputation de décoction fade”, a déclaré Bruno Tobback (Vooruit).

Selon une source de la N-VA, le CD&V en particulier ne souhaite pas une enquête car les membres du CD&V Hilde Crevits et certainement Joke Schauvliege, les prédécesseurs de Demir en tant que ministre de l’Environnement, menacent bientôt de finir sur le quai. Cet argument est accueilli avec dérision au CD&V. «C’est une horreur que Demir essaie de montrer du doigt les autres. C’est inimaginable qu’elle ait besoin d’une commission d’enquête pour faire son travail.”

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.