nouvelles (1)

Newsletter

La décision du Canada de renforcer le muscle antitrust pourrait passer à côté de la racine du problème

TORONTO, 5 juin (Reuters) – Les vagues de consolidation de l’industrie au fil des décennies ont réduit le choix des clients, des télécommunications aux services bancaires, les Canadiens payant les factures de téléphonie mobile les plus chères au monde et déboursant davantage pour les opérations bancaires courantes, selon les défenseurs des consommateurs.

Maintenant, le gouvernement dit que ça suffit. Il veut donner du mordant à sa réglementation antitrust, tout comme les pouvoirs étendus exercés par les autorités aux États-Unis, dans l’Union européenne et en Australie.

Les modifications proposées à la Loi sur la concurrence surviennent après plus d’une décennie. Il s’agirait notamment de donner à l’organisme antitrust, le Bureau de la concurrence Canada, le pouvoir de demander des mesures correctives dans le cas d’une fusion à l’étranger si cela avait une incidence sur la concurrence au Canada.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Mais des groupes de pression, dont l’influente Association du Barreau canadien (ABC), ont contesté les nouvelles propositions.

“Savoir si et pourquoi il y a des monopoles sur les marchés sont des questions factuellement, juridiquement et économiquement complexes”, a déclaré Omar Wakil, président et président de l’ABC, dans une interview.

“Je ne pense donc pas qu’on puisse simplement dire qu’il y a des monopoles et c’est à cause d’un problème avec les lois sur la concurrence”, a déclaré Wakil, associé du cabinet d’avocats Torys LLP.

Près d’une douzaine de défenseurs des consommateurs, d’universitaires et d’experts en politique contactés par Reuters ont déclaré que les efforts du gouvernement pour briser les monopoles au Canada étaient indispensables, mais ils soutiennent que les modifications proposées aux règles ne parviendraient pas à réparer les dommages causés aux consommateurs par des années de grandes fusions, car le nouveau il est peu probable que les règles conduisent à l’éclatement des grandes entreprises.

L’ABC a envoyé une lettre au ministre canadien de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne, le 18 mai. La lettre, qui a été vue par Reuters, demandait de reporter les modifications jusqu’à ce que toutes les parties prenantes soient consultées.

Le gouvernement, pour sa part, affirme que les règles antitrust doivent être mises à jour pour corriger les lacunes de la Loi sur la concurrence afin qu’elle soit conforme aux «meilleures pratiques» internationales. Ce n’est que le début, a déclaré une porte-parole.

“Le gouvernement entreprendra une révision en profondeur (de la Loi)… pour répondre à la réalité du marché du 21e siècle”, a déclaré Laurie Bouchard, porte-parole au cabinet du ministre de l’Innovation, de la Science et de l’Industrie. “Les parties prenantes seront invitées à partager leurs points de vue sur un large éventail de sujets dans le cadre de cet examen.”

PLUS DE MUSCLE

Au Canada, six grandes banques, dont la Banque Royale du Canada (RY.TO) et la Banque Toronto-Dominion (TD.TO), contrôlent 80 % de l’actif total de cette industrie, selon les calculs de Reuters. En revanche, les cinq grandes banques américaines contrôlent environ 40 % des actifs.

Les frais mensuels moyens sur un compte courant sont de 11 $ au Canada, comparativement à 7 $ aux États-Unis, selon une analyse de Reuters. Ces moyennes excluent les comptes étudiants.

Dans le domaine canadien des télécommunications, les trois principales entreprises – Rogers Communications Inc (RCIb.TO), BCE Inc (BCE.TO) et Telus Corp (T.TO) – représentent près de 90 % des revenus. Les deux principaux épiciers, Loblaw Co Ltd (L.TO) et Sobeys Inc (SOBEF.UL), détiennent une part de marché de 50 %, mesurée en nombre de magasins. Sobeys appartient à Empire Company Ltd (EMPa.TO).

Les défenseurs des consommateurs ont fait valoir que la croissance des grandes entreprises au Canada étouffe les nouveaux entrants.

Les données de l’agence gouvernementale Statistique Canada montrent que les entreprises étrangères détenaient ensemble 15 % des actifs totaux de l’ensemble de l’industrie au Canada en 2019, contre 20 % il y a dix ans.

Alors que le Canada s’engage dans la numérisation de son économie, de nouvelles lois antitrust sont nécessaires pour éviter l’ancien modèle économique qui a créé des monopoles, selon Denise Hearn, chercheuse principale au projet américain à but non lucratif Economic Liberties.

“L’économie du Canada s’est fortement concentrée au cours de la dernière décennie”, a déclaré Hearn, qui attribue cela à la faiblesse des lois sur la concurrence du pays et à la sous-application par le Bureau de la concurrence.

Des propositions visant à renforcer la réglementation antitrust, introduites dans le budget fédéral du gouvernement en avril, pourraient être adoptées dès cet été. Les propositions prévoient des sanctions financières et érigent en infraction pénale la violation de certaines dispositions de la loi antitrust.

Les changements donneraient au Bureau de la concurrence le pouvoir de poursuivre les entreprises qui abusent de leur position dominante sur le marché, se livrent à la fixation des prix ou signent des accords anti-débauchage qui pourraient entraver la capacité des travailleurs à négocier de meilleures conditions d’emploi.

INFLATION

Dans le passé, les batailles réglementaires menées par le bureau n’ont rencontré qu’un succès limité. Sur plus de 1 500 fusions examinées par le bureau depuis 2009, seules huit ont été contestées. Sur ces huit cas, six ont été perdus ou réglés, selon une analyse Reuters des données officielles. Les deux autres affaires sont pendantes.

Le Bureau de la concurrence est sous le feu des projecteurs après avoir bloqué le mois dernier un accord très médiatisé impliquant le rachat prévu par Rogers de 20 milliards de dollars canadiens (15,8 milliards de dollars) de Shaw Communications (SJRb.TO), affirmant que cela découragerait la concurrence. Lire la suite

Les Canadiens ont payé les factures de téléphonie mobile les plus élevées au monde en 2021, selon un rapport de Rewheel, une société de recherche finlandaise en télécommunications. Un forfait mobile 4G et 5G de 100 gigaoctets était 13 fois plus cher qu’en France, précise-t-il.

Les changements proposés interviennent alors que le Canada, comme le reste du monde, lutte contre l’inflation qui a atteint un sommet en trois décennies. Le commissaire à la concurrence Matthew Boswell, pour sa part, affirme qu’une concurrence accrue doit faire partie de la solution pour lutter contre l’inflation. “Des marchés ouverts et concurrentiels sont essentiels pour contrôler les prix”, a-t-il déclaré dans un discours prononcé au Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale fin mai.

Les modifications apportées à la Loi sur la concurrence donneraient également au Bureau le pouvoir d’enquêter sur les fusions transfrontalières qui pourraient avoir une incidence sur la concurrence au Canada et de rendre une ordonnance contre une partie étrangère qui n’a pas d’activités au Canada ou contre des entreprises qui vendent au Canada.

Certains avocats, cependant, affirment que ces changements pourraient ne pas avoir de fondement juridique pour survivre.

“Je pense que le bureau et peut-être le ministère canadien de la Justice pensent qu’il est possible que les tribunaux canadiens aient compétence pour émettre et faire appliquer ces ordonnances”, a déclaré Neil Campbell, associé chez McMillan, un cabinet d’avocats spécialisé dans les litiges en matière de concurrence et d’antitrust.

“Je ne pense pas que l’application de la loi soit susceptible de réussir lorsqu’une société étrangère n’a pas d’actifs/affiliés/opérations au Canada”, a-t-il ajouté.

(1 $ = 1,2656 dollar canadien)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Divya Rajagopal à Toronto Montage par Denny Thomas et Matthew Lewis

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT