La Cour suprême bloque la voie vers la mesure de redécoupage du scrutin de l’Oregon

(Reuters) – La Cour suprême des États-Unis a temporairement bloqué mardi une décision d’un tribunal inférieur qui avait ouvert la porte à une mesure de vote dans l’Oregon pour créer une commission indépendante pour redessiner les lignes des circonscriptions électorales dans l’État.

PHOTO DE FICHIER: Une vue générale du bâtiment de la Cour suprême américaine à Washington, États-Unis, le 2 juillet 2020. REUTERS / Jonathan Ernst / File Photo

Les juges ont accédé à une demande des responsables de l’Oregon de suspendre une injonction du 10 juillet du juge de district américain Michael McShane à Eugene qui avait ordonné à l’État de réduire le nombre de signatures nécessaires pour placer la mesure sur le scrutin de novembre au milieu de la pandémie de coronavirus.

Deux des neuf juges, les libéraux Bader Ginsburg et Sonia Sotomayor, ont déclaré qu’ils auraient laissé l’ordonnance du tribunal inférieur en place.

Le dessin des circonscriptions électorales dans l’Oregon est actuellement effectué par la législature de l’État. Certains partisans de la réforme électorale ont encouragé la création de commissions indépendantes pour délimiter les circonscriptions électorales, affirmant que de nombreuses législatures d’État dressent des cartes politiques destinées à améliorer les perspectives électorales du parti déjà au pouvoir.

La commission proposée dans l’Oregon dessinerait des cartes électorales pour les deux chambres de la législature de l’État et pour les sièges de la Chambre des représentants des États-Unis.

Les juges se sont à nouveau rangés du côté des responsables de l’État contre la modification des règles électorales pendant la pandémie. En juillet, ils ont bloqué une décision d’un tribunal inférieur qui aurait facilité le passage à une initiative de vote liée à l’éducation dans l’Idaho.

En juin, ils ont rejeté une offre visant à ordonner à l’Ohio d’accepter les signatures électroniques des résidents cherchant à inscrire des initiatives électorales, dont une visant à augmenter le salaire minimum de l’État, sur le bulletin de vote.

Les groupes de défense des droits de vote et le comité cherchant à créer la commission non partisane ont poursuivi l’Oregon, affirmant que l’exigence de signature et la date limite empêcheraient effectivement la mesure du scrutin de novembre, violant leur droit à la liberté d’expression en vertu du premier amendement de la Constitution américaine.

Le 23 juillet, la 9th US Circuit Court of Appeals, basée à San Francisco, a refusé de suspendre l’injonction de McShane pendant que le litige se poursuivait, incitant le procureur général démocrate de l’Oregon à faire appel à la Cour suprême.

Près de 150 000 signatures étaient nécessaires avant la date limite du 2 juillet pour que l’initiative soit inscrite au scrutin, mais ses partisans ont déclaré que la pandémie avait rendu difficile d’en rassembler autant. McShane avait ordonné à l’État soit d’autoriser purement et simplement l’initiative de vote, soit de prolonger la date limite jusqu’au 17 août et d’abaisser le seuil de signature à un peu moins de 59000.

Reportage d’Andrew Chung à New York; Édité par Will Dunham

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.