nouvelles (1)

Newsletter

La cinquième vague de covid au Mexique : plus de cas, moins de décès et une plus grande protection contre les vaccins :

Des enfants portent des masques faciaux dans une école de Ciudad Juárez, dans le nord du Mexique, le 23 juin.JOSE LUIS GONZALEZ (REUTERS)

Le Mexique connaît un nouveau rebond des cas de coronavirus. Le pays a ajouté 17 432 infections au cours des dernières 24 heures, le nombre le plus élevé depuis février, selon les données officielles. La cinquième vague de covid-19 il a été marqué par une version du virus qui se transmet plus facilement mais qui provoque des manifestations plus bénignes de la maladie que les variantes antérieures. Le point positif est que, grâce à l’immunité acquise par les vaccins, ce nouveau pic ne s’est pas traduit par une augmentation brutale des décès, à peine 24 décès ont été enregistrés le dernier jour, ni par une augmentation considérable des hospitalisations.

L’augmentation des infections a cependant mis plusieurs États du pays en état d’alerte. Après des mois au cours desquels la pandémie est tombée à des niveaux minimaux et les mesures sanitaires ont été assouplies pour reprendre les activités économiques, plusieurs régions envisagent la possibilité de reprendre certaines mesures sanitaires telles que l’installation de filtres sanitaires et la surveillance des actes massifs. À Durango et à San Luis Potosí, par exemple, il a été décidé de rendre à nouveau obligatoire le port du masque.

L’augmentation des cas est à nouveau concentrée dans les zones les plus densément peuplées et avec l’afflux de touristes le plus élevé. La Basse-Californie du Sud se classe au premier rang pour le taux le plus élevé d’infections actives pour 100 000 habitants, suivie de Mexico et de Quintana Roo. En valeur absolue, près d’un patient sur trois vit dans la capitale. Cette semaine, une dizaine d’Etats ont décidé de mettre fin la fin des cours dans les écoles à l’avance en raison de la situation épidémiologique, bien que seuls deux d’entre eux figurent parmi ceux où l’incidence de la maladie est la plus élevée : Baja California Sur et Nayarit.

Une cargaison de 1,2 million de vaccins Pfizer est arrivée ce vendredi spécifiquement pour les patients pédiatriques, s’ajoutant à plus de 800 000 doses reçues. Le contrat signé avec l’entreprise pharmaceutique pour ce groupe de population porte sur un total de huit millions de doses. Le sous-secrétaire à la santé, Hugo López-Gatella annoncé cette semaine que lundi prochain le vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans et que cette phase durera environ trois mois. La couverture se poursuivra également pour les personnes de plus de 12 ans, ainsi que pour les adultes en retard. Plus de 73 000 enfants âgés de cinq à neuf ans sont tombés malades du covid depuis le début de la pandémie, selon les données officielles. La recommandation des autorités sanitaires pour ceux qui sont tombés malades est d’attendre au moins 15 jours avant de se faire vacciner.

La cinquième vague d’infections a davantage touché la population jeune, qui est généralement plus active et plus exposée. La tranche d’âge qui concentre le plus grand nombre de patients sont les adultes entre 18 et 29 ans, suivis par ceux entre 30 et 39 ans. Le nombre moyen de cas quotidiens la semaine dernière était de 8 155 personnes infectées, mais il est probable que cette semaine se termine sur un chiffre bien supérieur : la moyenne de la semaine précédente a été dépassée mardi (plus de 13 000 cas), mercredi (plus de 15 000 cas) et jeudi (plus de 16 000 cas). Ces derniers jours, de longues files d’attente ont de nouveau été observées pour passer le test.

Les hospitalisations sont très faibles. Seuls 1% des lits ventilés sont occupés en réanimation et 5% en hospitalisation générale, un des points que le gouvernement a mis en avant pour minimiser l’impact de cette nouvelle vague. Les spécialistes préviennent toutefois que les cas ne doivent pas être pris à la légère étant donné le fardeau que peut engendrer pour le système de santé le covid à long terme, car il est regroupé en différents types de séquelles de la maladie. “Nous pouvons seulement dire que ce sera important et que même les vaccins n’empêcheront pas que cela se produise”, a déclaré l’épidémiologiste Alejandro Macías sur ses réseaux sociaux. « Jusqu’à aujourd’hui, les vaccins sont utiles pour ne pas tomber gravement malade et ne pas mourir ; Pour ne pas tomber malade, il faut prendre des précautions », a-t-il ajouté.

On s’attend à ce que les sous-variantes d’omicron BA.4 et BA.5, plus contagieux que les précédents, commenceront à être détectés dans les prochains jours, bien qu’il n’y ait aucun rapport officiel indiquant qu’ils sont déjà présents. Le Mexique a enregistré plus de 5,9 millions de cas et plus de 325 000 décès depuis le début de la pandémie.

abonnez-vous ici aile bulletin de EL PAÍS Mexique et recevez toutes les clés informatives de l’actualité de ce pays

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT