La bataille pour mettre fin au VIH, COVID, exige une plus grande solidarité internationale |

Sous le thème Mettre fin aux inégalités. Mettre fin au sida. Mettre fin aux pandémies, Abdallah Chahid a souligné un lien entre COVID-19[feminine et le VIH/SIDA, soulignant qu’ils exacerbent tous deux les inégalités et ont un impact sur les personnes, « notamment en termes d’accès aux traitements et aux services de santé ».

De plus, le COVID et l’épidémie de VIH ont non seulement un impact sur la santé des individus, mais ensemble ont également “un impact sur les ménages, les communautés et le développement et la croissance économique des nations”, a-t-il poursuivi.

« Nous devons renforcer la coopération et la solidarité internationales dans la lutte contre le VIH, contre le COVID-19 et sur tout problème de santé publique qui protège notre peuple », a-t-il déclaré.

« Responsabilité d’agir »

Deux décennies depuis le point de repère Session extraordinaire de l’Assemblée générale sur le VIH/sida – le tout premier sur un problème de santé – le VIH/SIDA est devenu une maladie évitable et traitable.

Le président de l’Assemblée a attesté l’importance de tirer les leçons des erreurs commises à l’époque, telles que la dissimulation de diagnostics en raison de la stigmatisation sociale, la désinformation sur la prévention ou le traitement et les décideurs politiques qui ont retardé l’action.

« Cette réunion est l’occasion de discuter de la manière dont l’expérience de la lutte contre le VIH/sida peut éclairer et guider des réponses efficaces, sensibles aux droits humains et centrées sur les personnes aux maladies infectieuses, telles que le COVID-19 », a déclaré M. Shahid. « Nous avons la responsabilité d’agir ».

J’appelle toutes les parties prenantes à protéger les droits humains de tous et à garantir l’accès aux services de santé sans stigmatisation ni discrimination”.

Agir pour combler l’écart d’équité

Alors que l’ingéniosité humaine a fourni des vaccins efficaces contre le COVID-19 en un temps record, le président de l’Assemblée a souligné qu’à mesure que de nouvelles variantes apparaissent, le monde doit agir rapidement pour « combler l’écart d’accès et garantir l’équité vaccinale ».

« Je convoque une réunion de haut niveau sur l’accès universel aux vaccins le 13 janvier de l’année prochaine, comme une occasion de m’engager à lutter contre les inégalités et à garantir un accès égal et équitable au traitement pour tous, sans discrimination », a-t-il informé la réunion.

Et comme la désinformation avait autrefois tourmenté le VIH/sida, elle menace aujourd’hui les progrès dans la lutte contre le COVID-19.

Nous devons recourir à tous les outils de communication disponibles pour mieux aborder les problèmes de santé et sociaux dans une perspective de droits humains», a déclaré M. Sahid.

Une femme séropositive est assise à la maison avec sa petite-fille à Mangwe, au Zimbabwe.

© UNICEF / Recherche Mukwazhi

Une femme séropositive est assise à la maison avec sa petite-fille à Mangwe, au Zimbabwe.

Quatre décennies plus tard

Cette année marque également le 25e anniversaire du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) par le Conseil économique et social (ECOSOC), qui a réuni des entités à travers le système des Nations Unies pour mobiliser les pays et les communautés du monde entier à prendre des mesures pour lutter contre le VIH/SIDA.

« Pendant quatre décennies, le programme a assuré un leadership mondial, favorisé le consensus politique, renforcé la capacité des gouvernements nationaux à élaborer des stratégies nationales globales de lutte contre le VIH/sida et du système des Nations Unies à surveiller la mise en œuvre », a déclaré le président de l’ECOSOC, Collen Kelapile.

L’ONUSIDA a joué un rôle déterminant dans la mobilisation de l’engagement politique et de l’action sociale pour prévenir et lutter contre le VIH/sida”.

Il a déclaré que la lutte contre le VIH/SIDA est un exemple réussi de leadership et d’engagement politiques, d’action conjointe face à une crise mondiale et de l’importance d’un multilatéralisme efficace.

M. Kelapile a noté qu’au début de cette année, l’Assemblée a adopté une déclaration politique visionnaire sur le VIH et le sida, décrivant une voie ambitieuse pour mettre fin aux inégalités et se mettre sur la bonne voie pour mettre fin au sida d’ici 2030.

« Je souhaite réaffirmer le soutien de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires à la pleine mise en œuvre de la Déclaration politique et sa volonté de jouer un rôle significatif en contribuant à un monde sans sida ».

Ne pas « plier la courbe » assez vite

La chef de l’ONUSIDA, Winnie Byanyima, a publié un «avertissement brutal” dans son message virtuel selon lequel le sida reste une pandémie, déclarant que ” le feu rouge clignote et ce n’est qu’en agissant rapidement pour mettre fin aux inégalités qui alimentent la pandémie que nous pourrons la surmonter “.

“Sans l’approche de lutte contre les inégalités dont nous avons besoin pour mettre fin au sida, le monde aurait également du mal à mettre fin à la pandémie de COVID-19 et resterait non préparé aux pandémies du futur”, a-t-elle averti, qui, a-t-elle ajouté, “serait profondément dangereux pour nous tous”.

Mme Byanyima a noté qu’au milieu de la crise qui fait rage du COVID-19, les progrès dans la lutte contre le sida sont soumis à une pression encore plus grande – perturbant les services de prévention et de traitement du VIH, la scolarisation, les programmes de prévention de la violence et plus encore.

Sur notre trajectoire actuelle, nous ne plions pas la courbe assez rapidement et risquons une pandémie de sida pendant des décennies», a-t-elle mis en garde, appelant à davantage d’élan pour les actions concrètes convenues par les États membres pour lutter contre les inégalités qui sont à l’origine du VIH.

En s’attaquant aux inégalités qui freinent le progrès, elle a affirmé que « nous pouvons tenir la promesse de mettre fin au sida d’ici 2030 ».

« C’est entre nos mains », a déclaré le chef de l’ONUSIDA. « Chaque minute qui passe, nous perdons une vie précieuse à cause du SIDA. Nous n’avons pas le temps. Mettre fin aux inégalités. Mettre fin au sida. Mettre fin aux pandémies ».

Renforcement des partenariats

S’exprimant par vidéoconférence, le Dr Anthony Fauci, conseiller médical en chef du président américain Biden, a tiré des leçons de COVID-19 quant à “à quelle vitesse” les interventions médicales de santé publique peuvent être “développées, testées et produites lorsque l’investissement financier est substantiel et soutenu », lorsque les gouvernements et le secteur privé travaillent ensemble.

« À l’avenir, nous devons trouver des moyens de maintenir ce partenariat pour un engagement solide à développer des médicaments, des vaccins et d’autres contre-mesures médicales accessibles et largement disponibles pour lutter contre toutes les maladies infectieuses », a déclaré le Dr Fauci.

Previous

Daredevil Alum Vincent D’Onofrio partage une réponse amusante à une fausse image Hawkeye mettant en vedette Wilson Fisk

Les actions mondiales glissent alors que les commentaires du PDG de Moderna craignent Omicron; STI chute de 2,5%

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.