La Banque mondiale affirme que les réformes de l’Indonésie pourraient nuire à l’environnement et aux droits des travailleurs

JAKARTA (Reuters) – La Banque mondiale a critiqué jeudi certaines des réformes prévues par l’Indonésie pour rendre les règles environnementales et du travail plus favorables aux entreprises, avertissant qu’elles pourraient avoir des effets néfastes, en particulier au milieu de la pandémie de COVID-19.

Jeudi, la publication d’un rapport de la banque a coïncidé avec des manifestations syndicales dans plusieurs villes demandant l’annulation d’un «projet de loi omnibus» qui vise à réviser des dizaines de lois existantes pour faciliter la voie aux investissements dans la plus grande économie d’Asie du Sud-Est.

La Banque mondiale a décrit le projet de loi comme «un pas potentiel dans la bonne direction», louant les mesures visant à éliminer les pratiques discriminatoires à l’encontre des investisseurs étrangers et à rationaliser les règles d’exportation-importation.

Cependant, “le projet de loi comprend des réformes qui pourraient avoir des effets négatifs sur la santé et la sécurité des personnes, les actifs naturels et les droits des travailleurs”, écrit le prêteur multilatéral dans le rapport.

Satu Kahkonen, directeur de la Banque mondiale pour l’Indonésie et le Timor-Leste, a déclaré lors d’un briefing en continu que la banque était préoccupée par l’assouplissement des exigences des études environnementales.

“Cela va éloigner la législation environnementale indonésienne des meilleures pratiques internationales et cela n’aide pas essentiellement l’Indonésie”, a-t-elle déclaré.

Les exonérations prévues du salaire minimum et les réformes visant à supprimer progressivement les indemnités de licenciement “pourraient affaiblir la protection des travailleurs et accroître l’égalité des revenus”, en particulier en cas de chômage accru en raison de la crise des coronavirus, écrit la banque dans le rapport.

Kahkonen a appelé à des plans de séquencement clairs pour le système d’allocations de chômage et à des ajustements des indemnités de départ.

Les militants écologistes et les groupes ouvriers ont exprimé des préoccupations similaires.

Jeudi, dans une déclaration commune, les syndicats se sont plaints que leurs opinions n’avaient pas été prises en compte dans le débat parlementaire et ont accusé les législateurs de prendre parti pour les entreprises.

Les responsables du ministère de l’Économie n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Supratman Andi Atgas, président de l’organe parlementaire qui délibère sur le projet de loi, a déclaré que les règles sur la protection de l’environnement ne seraient que simplifiées, mais pas modifiées, ajoutant que les législateurs sont conscients des aspirations des syndicats.

La Banque mondiale prévoit que la croissance économique de l’Indonésie se stabilisera cette année en raison de la pandémie, l’activité pouvant se contracter de 2% si le pays est contraint de réimposer des restrictions à la mobilité des personnes en raison d’une nouvelle vague d’infections.

Les prévisions du PIB du gouvernement vont d’une contraction de 0,4% à une croissance de 1% cette année.

Rapports de Gayatri Suroyo, Agustinus Beo Da Costa, Tabita Diela et Maikel Jefriando; Montage par Kim Coghill

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.