Juge: Uber n’a pas à offrir l’accessibilité aux fauteuils roulants

Commentaire

SAN FRANCISCO – Un juge fédéral californien a rejeté une demande légale visant à obliger Uber à fournir des véhicules accessibles aux fauteuils roulants, estimant qu’un tel mandat serait trop onéreux pour la société de covoiturage.

Le juge en chef du district américain Richard Seeborg a statué lundi à San Francisco contre Scott Crawford du Mississippi et deux co-plaignants de la Nouvelle-Orléans qui avaient fait valoir que le manque de véhicules accessibles aux fauteuils roulants d’Uber à la Nouvelle-Orléans et à Jackson, dans le Mississippi, violait l’Americans with Disabilities Act.

Mais Seeborg a écrit que les plaignants n’avaient pas présenté de modification raisonnable des services d’Uber et n’avaient pas fourni de preuves suffisantes que l’entreprise avait enfreint la loi.

La décision fait suite à un procès qui a duré près de cinq ans. Les deux résidents de la Nouvelle-Orléans ont été les premiers à poursuivre la société, alléguant que l’absence de véhicules accessibles aux fauteuils roulants dans la ville était une violation de l’ADA, WLBT-TV a dit. Crawford a ensuite utilisé le même argument pour appeler les véhicules à Jackson.

“Uber n’a fait aucune tentative sincère pour fournir un service accessible, mais a plutôt affirmé que c’était trop lourd”, a-t-il déclaré. “Cela aurait pu être résolu économiquement il y a des années.”

Les avocats des plaignants ont fait valoir qu’Uber a un “problème d’accessibilité profondément enraciné” et traite l’accessibilité comme une “réflexion après coup”.

Les avocats d’Uber ont déclaré que les programmes coûteraient trop cher et ne seraient pas réalisables dans les deux municipalités. Selon les estimations obtenues par Uber et citées dans la décision, le coût de prestation du service coûterait 800 000 $ par an à la Nouvelle-Orléans et 550 000 $ à Jackson.

La décision indiquait que les coûts étaient basés sur 16 heures de service en semaine et 10 heures par jour le week-end. Même avec trois véhicules équipés pour fournir le service disponible à tout moment, certaines demandes de transport peuvent ne pas être satisfaites.

Uber propose des services pour accueillir les utilisateurs de fauteuils roulants dans plusieurs autres villes, dont New York, Los Angeles, San Francisco et Boston. La société utilise des accords d’opérateurs commerciaux pour assurer le service dans chaque ville, a rapporté WLBT-TV.

Les archives judiciaires indiquent que la Nouvelle-Orléans a envisagé une ordonnance obligeant Uber à fournir le service, mais “Uber a fait pression contre cette ordonnance”.

Crawford, un militant des droits des personnes handicapées, a décrié l’arrivée de la décision à la veille de l’anniversaire de la signature de l’ADA dans la loi. Le président George HW Bush a signé la loi le 26 juillet 1990.

Crawford a déclaré que les législateurs des États lors de la session législative de l’année prochaine devraient exiger que les services de transport en commun fournissent des véhicules accessibles aux fauteuils roulants. Il envisage de faire appel de la décision du tribunal mais a déclaré qu’il n’avait pas pris de décision finale.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT