nouvelles (1)

Newsletter

Jill Roord de Wolfsburg aide à éliminer l’ancien club d’Arsenal de la WCL | Ligue des champions féminine

Une dure leçon pour Arsenal, peut-être même une sorte de calcul. La défaite à Hoffenheim pourrait être considérée comme une aberration et leur humiliation par Barcelone excusée par la classe pure de l’opposition. Mais par une nuit glaciale en Basse-Saxe, il n’y avait pas moyen d’échapper à la froide réalité qu’Arsenal – et par extension, le jeu de club anglais dans son ensemble – est encore loin de là où il doit être.

Jill Roord et un but contre son camp de Leah Williamson ont propulsé Wolfsburg en demi-finale de la Ligue des champions. En vérité, ils dominaient sans même être à leur meilleur. Certes, ils devront élever leur jeu de plusieurs crans pour troubler la brillante Barcelona Femení dans le dernier carré. Mais leur jeu rapide, entreprenant et dur était plus que suffisant ici, un renforcement de la vieille vérité selon laquelle une équipe avec un plan battra généralement une équipe sans aucun.

Cela semble peut-être un peu dur du côté de Jonas Eidevall, manquant Beth Mead et Lia Wälti pour blessure, mais il y a eu de longues périodes ici où Arsenal semblait avoir très peu d’idées sur la façon de faire progresser le ballon, comment convertir la possession en chances, comment pénétrer un niveau d’organisation auquel ils ont si rarement été confrontés en Super League féminine. En partie, Arsenal n’avait pas de réponses car ils sont si rarement obligés de les trouver.

La WSL est un beau produit qui a fait des progrès suprêmes, mais elle reste une ligue sous l’emprise de la qualité des stars individuelles, où l’art de la constitution d’équipes reste – à de très rares exceptions près – largement négligé. Pour prendre un exemple : comment un club des ressources d’Arsenal a-t-il réussi à arriver à cette étape cruciale de la saison sans aucune idée de son meilleur milieu de terrain ?

Le manque d’imagination ici était collectif, et dans un match qui était essentiellement l’opposé polaire du match aller à l’Emirates Stadium – Wolfsburg en course, Arsenal contraint d’absorber la pression – leur inexpérience à ce niveau était révélatrice.

<gu-island name="GuideAtomWrapper" deferuntil="visible" props="{"id":"d4c0e808-66b1-4d6b-a809-8866be132036","title":"Lyon reach the semi-finals","html":"

Lyon, sept fois vainqueur de la Ligue des champions, a surpris la Juventus pour atteindre le dernier carré. L’équipe française était menée 2-1 après le match aller en Italie mais a pris le contrôle grâce à deux buts en trois minutes en première mi-temps d’Ada Hegerberg et Melvine Malard. Le but de Catarina Macario à la 73e minute a prolongé l’avance de Lyon et malgré le but de consolation d’Andrea Staskova, ils ont tenu bon pour s’imposer 4-3 au total.

Demi finalesLyon contre PSG ; Barcelone – Wolfsburg (matches aller : 23 avril, matches retour : 30 avril)

“,”crédit”:””,”pilier”:2}”>

Guide rapide

Lyon atteint les demi-finales

Spectacle

Lyon, sept fois vainqueur de la Ligue des champions, a surpris la Juventus pour atteindre le dernier carré. L’équipe française était menée 2-1 après le match aller en Italie mais a pris le contrôle grâce à deux buts en trois minutes en première mi-temps d’Ada Hegerberg et Melvine Malard. Le but de Catarina Macario à la 73e minute a prolongé l’avance de Lyon et malgré le but de consolation d’Andrea Staskova, ils ont tenu bon pour s’imposer 4-3 au total.

Demi finales Lyon contre PSG ; Barcelone – Wolfsburg (matches aller : 23 avril, matches retour : 30 avril)

Merci pour votre avis.

Mais vous n’apprenez vraiment ces leçons qu’en les vivant, et Arsenal sera meilleur pour cette expérience. Ils apprendront de la gestion de jeu supérieure de Wolfsburg, de la façon dont ils travaillent avec les officiels, de la façon dont ils sortent invariablement des 50-50 avec un coup franc.

Ils apprendront, eux aussi, de la scène : la nouveauté encore vertigineuse des grandes journées européennes à l’extérieur, la tyrannie des belles marges, l’importance de bien commencer.

Émotions contrastées à la Volkswagen Arena après que le but contre son camp de Leah Wliiamson ait réglé le match nul. Photographie : Focke Strangmann/EPA

Même avant le but de Roord, de petits feux apparaissaient partout. La menace de Svenja Huth sur l’aile droite tirait Steph Catley à l’écart, laissant un gros vide à exploiter dans le canal.

Plus d’une fois, la brillante Lena Oberdorf a fait des courses dangereuses dans cet espace, tandis qu’une série de croix et de coups de pied arrêtés a créé une vague de pression précoce.

Sur un corner à la neuvième minute, une ruée vers le but et un but. Oberdorf a remporté le premier ballon, Sveindís Jónsdóttir l’a poussé vers le but et malgré le mauvais sens, Roord a réussi à accrocher le ballon avec une agilité et une improvisation merveilleuses contre son ancien club. Cela n’a jamais vraiment fonctionné pour Roord à Arsenal, plus pour des raisons de style de vie que de football – un produit d’être bloqué loin de chez lui au milieu d’une pandémie – mais voici un aperçu amer de ce qui aurait pu être.

Arsenal n’avait pas de réponse à Roord entre les lignes, pas de véritable contre à Oberdorf au milieu de terrain. Stina Blackstenius et Tobin Heath ont eu du mal à entrer dans le match, et Heath a ensuite été retiré à la mi-temps. D’autres occasions se sont présentées : Tabea Wassmuth avait un but exclu pour hors-jeu, Manuela Zinsberger a sauvé Huth. Pourtant, la marge ne restait qu’un seul but et, en seconde période, Arsenal commençait lentement à y entrer.

Graphique football féminin Moving the Goalposts

Inscrivez-vous à notre nouvelle newsletter gratuite sur le football féminin !

<gu-island name="EmbedBlockComponent" deferuntil="visible" props="{"html":"”,”isTracking”:false,”isMainMedia”:false,”source”:”The Guardian”,”sourceDomain”:”theguardian.com”}”/>

Peut-être que la fatigue était un facteur pour Wolfsburg. C’était leur huitième match en un mois, avec le Bayern Munich à venir dimanche. Et donc même alors que les demi-chances d’Arsenal commençaient à apparaître comme de petits flocons de neige, ils semblaient heureux de contrôler sans trop pousser, confiants dans leur capacité à terminer le match. Et avec 18 minutes à jouer, ils ont eu raison. Encore une fois, Arsenal n’a pas réussi à dégager ses lignes, Jónsdóttir a mis un centre plein d’espoir, Williamson a sorti un pied et Zinsberger était impuissant à l’arrêter.

Ce fut un triomphe chaleureux et mérité pour Wolfsburg, qui au cours de la dernière décennie a montré ce que l’on peut faire avec un peu d’investissement, un peu de fierté et un peu d’attention.

La foule de plus de 11 000 personnes à la Volkswagen Arena – près d’un dixième de la population de la ville – comprenait plusieurs membres de l’équipe masculine qui jouent normalement ici, et a produit une fiesta incessante de chansons et de percussions, de banderoles et de confettis, à peine 24 heures après 91 533 les fans ont emballé le Camp Nou. Ce sera un petit réconfort pour Arsenal, mais ce sont des moments incroyablement excitants pour le football féminin.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT