Home » Ivre, armé d’un katana et d’un fusil, l’homme allait attaquer l’église du Blanc-Mesnil à Paris

Ivre, armé d’un katana et d’un fusil, l’homme allait attaquer l’église du Blanc-Mesnil à Paris

by Nouvelles

Un homme s’est dirigé le dimanche 19 juillet vers l’église du Blanc-Mesnil, armé d’un katana et d’un fusil en criant “Allahou akbar”. Arrêté par un automobiliste, l’assaillant évoque l’alcool comme alibi pour son attaque.

On a évité un carnage”, déclarent les policiers et les témoins de la scène. Dimanche matin vers 7h au Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis, un homme s’est dirigé en courant vers des fêtards et des fidèles, armés d’un katana et d’un fusil semi-automatique. Les motivations de l’attaquant de 32 ans restent encore floues, selon le Parisien. Il est pour l’instant placé en garde à vue après avoir été percuté volontairement par une voiture.

Interpellé par le vigile de la soirée

Ce dernier, âgé de 38 ans, avait déjà repéré l’individu au début de la soirée. L’assaillant vêtu d’un treillis militaire et d’une cagoule, a passé plusieurs heures dans les buissons, puis vers 6 heures du matin a commencé à menacer des fêtards.

Une heure plus tard, alors que le gérant vient de fermer l’établissement, il aperçoit l’homme armé se diriger vers l’église. Immédiatement, il grimpe dans sa voiture et le percute volontairement l’attaquant. L’homme se relève et donne un coup de sabre dans le capot du véhicule. Le conducteur redémarre et le percute une seconde fois sans le blesser. Une fois à terre, il le maîtrise avec l’aide d’autres passants, la police interpellera l’homme quelques après.

La piste terroriste écartée

Lors de la perquisition de son domicile de Villemomble, les enquêteurs ont découvert un fusil à pompe et un fusil semi-automatique. Une enquête a été ouverte pour identifier la provenance de ces deux armes non déclarées.

En dépit de ces éléments inquiétants, l’affaire n’a pas été confiée au parquet national antiterroriste, car d’après le parquet de Bobigny : “Nous avons la certitude que le gardé à vue n’a absolument pas de profil terroriste. Aucun élément lors de la perquisition de son domicile ou dans son dossier ne tend vers cette piste”.

L’agresseur justifie son “Allahou Akbar” par un état alcoolique avancé, une bouteille de vodka et une tournée des bars de la ville seraient à l’origine des faits. En effet, deux grammes d’alcool par litre de sang circulaient dans ses veines au moment de l’attaque. Cependant, L’expertise psychiatrique n’a pas révélé de troubles en dehors de ceux causés par sa consommation d’alcool, précise le parquet.

L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis. Les investigations doivent déterminer si l’homme avait prémédité cette attaque ou si cette dernière se trouve entièrement due à son état alcoolique.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.