Israël prévoit de vendre au moins 40 % de la société postale lors de l’introduction en bourse de Tel Aviv

JERUSALEM, 30 décembre (Reuters) – Israël a l’intention de privatiser entièrement son service postal national en combinant une offre d’actions à Tel-Aviv et d’autres mesures, y compris une éventuelle vente à une entité privée.

Le ministre des Communications Yoaz Hendel a déclaré que 40 % d’Israel Post Co seraient vendus dans le cadre d’une offre publique initiale en bourse et que le reste des actions de l’État serait cédé par le biais d’une vente privée, d’une introduction en bourse ou d’une combinaison des deux.

Les grandes lignes ont été approuvées par le ministre des Finances israélien, mais aucun calendrier n’a été annoncé.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Après des années de piètre performance, la poste israélienne a procédé à une réorganisation majeure, notamment en modifiant sa gamme de centres de livraison et en réduisant ses effectifs.

Le gouvernement a déclaré qu’il espère que le fait de prendre une partie de la société privée améliorera encore les opérations.

Hendel a déclaré avoir proposé des réformes, notamment la réduction de la réglementation, l’élargissement de la concurrence dans le domaine de l’envoi de lettres, l’avancement de la transition vers la numérisation, la modification de la méthode de contrôle des prix et des amendes plus élevées en cas de violation des dispositions relatives aux licences.

“Le marché du courrier s’estompe tandis que le marché des colis se développe”, a-t-il déclaré. “Il est temps pour le service postal de subir un changement.”

Seule une privatisation complète de la société postale est une solution à long terme aux problèmes structurels de la société postale, a-t-il déclaré.

Un plan de 2018 de privatisation partielle, comprenant une vente de 20% à un investisseur stratégique et plus tard une introduction en bourse de 20%, n’était pas suffisant, a déclaré le ministère. Tant que l’État gardera le contrôle, il devra continuer à injecter des centaines de millions de shekels toutes les quelques années, a-t-il déclaré.

Au premier semestre 2021, la poste israélienne a perdu 64 millions de shekels (21 millions de dollars) contre une perte de 163 millions un an plus tôt. En 2020, il a perdu 643 millions de shekels – en partie à cause d’une charge unique – contre un bénéfice de 29 millions de shekels en 2019.

(1 $ = 3.1103 shekels)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Steven Scheer; Montage par Emelia Sithole-Matarise

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Previous

Les organismes de bienfaisance se lancent dans l’engouement pour le NFT avec des résultats financiers mitigés

Tecno Spark 8 Pro lancé en Inde à Rs 10 599; Première vente le 4 janvier 2022

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.