Ils interrogent les services publics pour trouver du travail aux chômeurs

0
11

La Catalogne a fermé ses portes en 2018 avec 11,5% de chômage. Il y a 436 000 personnes sans travail. Bien que les chiffres du chômage baissent année après année après avoir atteint des sommets pendant la crise, le taux reste élevé. En dépit d'un scénario de chômage modéré, la Catalogne dispose d'une somme énorme d'argent disponible pour des politiques de l'emploi non dépensées. C'est la troisième communauté autonome qui consacre plus d'argent, mais 41% du budget total reste dans les tiroirs. Jusqu'à présent, les fonds alloués aux politiques actives de l'emploi étaient l'un des secrets les mieux gardés, mais l'Autorité indépendante pour la responsabilité fiscale (Airef) a publié les données pour la première fois pour la première fois sur l'ensemble de l'État.

Selon Airef, la Catalogne a dépensé 335 millions d'euros en 2017, dont 11,3% consacrés aux politiques actives de l'emploi de toutes les communautés autonomes, mais 237 millions d'entre eux n'ont pas été dépensés argent disponible Il est courant de ne pas tirer pleinement parti du montant inscrit au budget – aucune communauté autonome ne dépense tout pour le dépenser -, mais étant donné que le chômage est l’une des principales préoccupations des citoyens et un frein à la croissance économique, il est surprenant. chiffre élevé L'Airef, qui s'est limité à la collecte et à l'analyse de données, ne fournit aucune explication de la situation. Dans toutes les communautés autonomes, 38% de l'argent disponible n'a pas été dépensé.

Il y a aussi beaucoup de secret concernant les bénéficiaires des services de l'emploi et le succès des politiques visant à amener les chômeurs à trouver un emploi. Chez nous, les seules données fournies par le Service de l'emploi de Catalogne (SOC) sont que 50% des personnes qui ont participé à "certaines politiques actives" promues par l'entité l'année dernière ont signé un contrat travail

Pas de données historiques

Pour effectuer ce calcul, le SOC identifie les personnes qui assistent à certains de leurs programmes et traverse le registre officiel des contrats jusqu'à six mois après la fin du programme. Cependant, le SOC ne sait pas comment déterminer le nombre de personnes regroupant ces 50% ni quelle a été l'évolution de ces données ces dernières années. L’organe se défend en s’assurant qu’il a des difficultés à connaître les données, puisqu’une partie leur gère l’État.

Selon les calculs de l'autorité fiscale, dans l'ensemble de l'État, ils sont consacrés annuellement entre 6 100 et 6 500 millions d'euros à des politiques actives de l'emploi. Ce chiffre comprend à la fois les fonds consacrés à la formation, aux incitations à l'embauche, à l'orientation professionnelle et à d'autres politiques liées à l'emploi. 40% de l'argent dépensé correspond aux incitations à l'embauche, soit un pourcentage deux fois supérieur à celui de l'Allemagne. L'Airef considère le pays allemand comme un exemple en termes de politique de l'emploi, mais dans son rapport, il évite de critiquer le fait que beaucoup d'argent est consacré à ce sport. En fait, l'agence prépare un autre rapport sur l'emploi pour déterminer si les incitations sont une politique efficace ou si elle devrait se concentrer sur la formation ou d'autres types de politiques actives de l'emploi.

Repenser les politiques

Après avoir analysé les données, Airef conclut qu'il existe "des lacunes manifestes" dans les politiques de l'emploi en Espagne et appelle à des améliorations de la gestion et de la coordination. En fait, il parie de repenser l'ensemble du système. Dans cette ligne, Maria Àngels Cabasés, professeure à l'UdL, estime qu'il est urgent de rétablir le service de l'emploi "par le haut" de Catalogne. Le professeur défend que la gestion devrait être partagée avec les conseils municipaux, qui sont ceux qui ont le contact le plus direct avec les citoyens, car cela permettrait une attention plus individualisée.

Maria Helena de Felipe, présidente de Fepime en Catalogne, a également demandé il y a presque un an de reformuler le service. "Ou il est totalement réformé ou pour nous, il peut disparaître", a-t-il déclaré dans un acte avec la presse. Felipe a défendu que le SOC "n'a aucune utilité" et qu'il dépense beaucoup d'argent qui pourrait être utilisé pour élaborer des politiques plus efficaces pour les entreprises.

. (tToTranslate) économie (t) chômage (t) crise financière (t) trésorerie (t) Banque d’Espagne (t) BCE (t) FMI (t) bourse (t) Ibex (t) IPC

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.