IEX réfléchit à des contrats d’électricité à terme, la nouvelle bourse de l’électricité de l’ESB

Le commerce de l’électricité ou de l’électricité est susceptible de générer plus de traction dans les mois à venir alors que les échanges se préparent pour la nouvelle politique nationale de l’électricité (NEP), susceptible d’être dévoilée par le gouvernement sous peu.

L’Indian Energy Exchange (IEX) prévoit de lancer des contrats à terme pour le commerce de l’électricité au-delà de l’échéance T + 11 (aujourd’hui + 11) jours actuellement disponible, tandis que l’ESB prévoit de commencer l’échange d’électricité au début de l’année prochaine, ont indiqué des sources.

L’ESB a déjà commencé à simuler le commerce de la même chose et s’est associée à PTC India, à ICICI Bank et à quelques autres compagnies d’électricité d’État. À l’avenir, l’ESB lancera également des contrats à terme sur l’électricité, car il relève de la compétence réglementaire du Securities and Exchange Board of India (SEBI).

Grand potentiel

Les échanges d’énergie sur le marché au comptant en Inde sont réglementés par la Commission centrale de réglementation de l’électricité (CERC). L’Inde génère plus de 1 300 milliards d’unités d’électricité par an et près du 10e de cette quantité est négociée sur le marché à court terme par le biais d’accords bilatéraux entre les compagnies d’électricité sur l’IEX et Power Exchange India (promu par NSE). Hormis les accords bilatéraux directs, la taille du marché à court terme est de plus de 50 000 crores. Les nouveaux contrats d’approvisionnement et de vente d’énergie, tels que les contrats day-ahead via les bourses de l’électricité et les contrats à court terme, constituent une part énorme des volumes d’échange.

Voir aussi : L’essor des énergies renouvelables en Inde devrait accélérer les échanges au comptant des bourses d’électricité

IEX, une bourse de l’électricité cotée en bourse, a réalisé des bénéfices nets de 213 crores au cours du dernier exercice, ce qui montre le potentiel du marché pour les bourses, car le commerce de l’électricité en est encore à ses balbutiements en Inde. IEX a publié un document pour commentaires publics avant le lancement des contrats de négociation à terme. IEX a également un lien avec le Multi Commodity Exchange (MCX) pour la négociation à terme de contrats d’électricité. Cela nécessitera l’approbation de SEBI pour les deux nouveaux produits à terme.

Les contrats d’électricité à long terme au-delà de 11 jours relèvent du cadre de négociation de contrats à terme et d’options réglementé par SEBI, et la négociation au comptant relève de CERC. SEBI n’a pas encore publié de normes sur divers aspects du commerce à terme de l’électricité. Ces derniers temps, il n’a autorisé que les dérivés sur des éléments livrables pour réduire la spéculation et rapprocher les dérivés des matières premières des marchés réels et les rendre plus utiles. Sur les marchés de l’électricité également, SEBI adoptera probablement la même approche, ont déclaré les experts.

Marché en expansion

Le gouvernement envisage d’étendre la taille et la portée des marchés concurrentiels de l’électricité ou des échanges au comptant en vue d’acheter 25 pour cent de l’approvisionnement total en électricité par le biais des bourses de l’électricité d’ici la fin de 2023-24. Le mouvement est susceptible de faire partie de la NEP.

Secteur d’activité avait signalé plus tôt ce mois-ci que la production totale d’électricité de l’Inde, à l’exclusion des centrales électriques renouvelables et captives, s’élevait à 1 15 654,66 millions d’unités (UM) en juillet. Sur ce total, 14,72 % ont été négociés via des accords à court terme, 7,67 % via des accords bilatéraux (négociants et contrats à terme sur les bourses de l’électricité et directement entre les sociétés de distribution), 5,05 % via le marché « day ahead » et le marché en temps réel des bourses d’électricité, et 2 pour cent par le biais d’un mécanisme de règlement des écarts.

Selon CERC, sur le total de l’électricité achetée en 2019-2020, le marché à court terme représentait 10 %. Le solde a été acheté principalement par des sociétés de distribution dans le cadre de contrats à long terme et de transactions intra-étatiques à court terme. Bien que le total des échanges à court terme représente environ 14 à 15 % du volume total de l’approvisionnement en électricité, il s’agit pour l’essentiel d’AAE bilatéraux. Le commerce d’échange est de 5 pour cent. Le ministère de l’Énergie veut augmenter ces 5 à 25 pour cent d’ici l’exercice 24.

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT