I&B ordonne le blocage de 35 chaînes YouTube pour du contenu anti-indien

Un mois après avoir invoqué de nouveaux pouvoirs en vertu des règles de 2021 sur les technologies de l’information (lignes directrices pour les intermédiaires et code d’éthique des médias numériques) pour faire interdire 20 chaînes YouTube, le ministère de l’Information et de la Radiodiffusion a déclaré vendredi qu’il avait émis des ordonnances pour interdire 35 autres chaînes en ligne. plate-forme de médias sociaux après avoir reçu des informations à leur encontre.

Ces chaînes, avec plus de 100 millions de vues, étaient toutes basées au Pakistan, ont déclaré des responsables du ministère. Ils ont été impliqués dans la diffusion de “fausses nouvelles anti-indiennes de manière coordonnée sur les médias numériques”, ont-ils déclaré.

Il a également ordonné de bloquer deux sites Web, deux comptes Twitter, deux comptes Instagram et un Facebook Compte.

Le ministère a déclaré dans un communiqué que cinq ordonnances distinctes avaient été émises pour bloquer les sites Web et les chaînes YouTube après que les agences de renseignement, qui surveillaient de près ces comptes et sites Web de médias sociaux, les avaient signalés au ministère pour “action immédiate”. Le ministère a donné l’ordre de les bloquer immédiatement après avoir reçu les informations du renseignement jeudi.

Les 35 comptes opéraient tous depuis le Pakistan et ont été identifiés comme faisant partie de quatre réseaux de désinformation coordonnés, a indiqué le ministère. Il en a identifié deux comme Apni Duniya Network, qui exploitait 14 chaînes YouTube, et Talha Films Network, qui exploitait 13 chaînes YouTube. “Tous ces réseaux semblaient être exploités dans le seul but de diffuser de fausses nouvelles destinées au public indien”, a déclaré le ministère.

Les chaînes ont utilisé des hashtags et des styles d’édition communs, et ont fait la promotion croisée du contenu de l’autre. Certaines des chaînes étaient exploitées par des présentateurs de chaînes d’information télévisées pakistanaises.

“Les chaînes ont diffusé du contenu pour encourager le séparatisme, diviser l’Inde sur les lignes de la religion et créer de l’animosité entre les différentes sections de la société indienne. On craignait que de telles informations aient le potentiel d’inciter le public à commettre des crimes portant atteinte à l’ordre public dans le pays », indique le communiqué du ministère.

S’adressant aux journalistes, le secrétaire d’I&B, Apurva Chandra, a déclaré que les chaînes avaient combiné une force d’abonnés de 1,2 crore et avaient plus de 130 crore de vues. Celles-ci, a-t-il dit, étaient «des chaînes très, très toxiques». « C’était une sorte de guerre contre le pays. Guerre de désinformation », a-t-il déclaré.

Le ministère a invoqué l’article 69A de la loi informatique de 2000 pour bloquer les canaux.

Chandra a déclaré qu’en décembre de l’année dernière, le ministère avait bloqué 20 chaînes YouTube et deux sites Web après avoir reçu des informations. De nouvelles informations ont été reçues par le ministère jeudi », a-t-il déclaré. Le facteur commun aux chaînes bloquées était qu’elles “opèrent depuis le Pakistan et diffusent de faux contenus anti-indiens”.

Il a souligné que le contenu portait sur des “questions sérieuses” telles que “les forces armées indiennes, le Jammu-et-Cachemire, les relations étrangères de l’Inde, les idées séparatistes” et le décès récent du chef d’état-major de la Défense. Général Bipine Rawat.

Il a déclaré que “les agences de renseignement sont désormais conscientes de cette question” et a ajouté que “maintenant que ce processus a commencé, je suis sûr que de plus en plus de ces canaux seront bloqués”. Il a demandé aux gens d’envoyer au ministère des contributions sur tout canal ou site Web impliqué dans la propagation de tels contenus.

Parlant du rôle des intermédiaires tels que YouTube et Facebook, entre autres, Chandra a déclaré que c’était également leur responsabilité, et que ce contenu “devrait être signalé dans leur système”. Cependant, a-t-il ajouté, le ministère a reçu une “très bonne réponse” des intermédiaires. En décembre, lorsque le dernier ordre de ce type a été émis, ils l’ont mis en œuvre dans les 24 heures et les ont bloqués «au niveau mondial».

Les canaux ont reçu l’ordre d’être bloqués en invoquant des pouvoirs d’urgence, cependant, le co-secrétaire Vikram Sahay a déclaré qu’un comité interministériel examinera les ordres. Le panel devrait se réunir la semaine prochaine.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Le multivers des doubleurs

La question de savoir s’il faut utiliser le son original ou le doublage d’un film et d’une série télévisée est un débat classique dans le

ADVERTISEMENT