Huawei ne cédera pas aux pressions de Washington, déclare son fondateur

0
30

Ren Zhengfei, PDG de Huawei – SIPA

Le géant chinois des télécommunications Huawei est prêt à faire face à la pression de
Washington et réduira sa dépendance aux composants américains, a annoncé samedi son fondateur à la presse japonaise.

En plein conflit commercial avec Beijing, le département américain du Commerce a placé mercredi Huawei sur une liste d'entreprises suspectes à partir desquelles des groupes américains peuvent fournir des équipements après avoir obtenu le feu vert des autorités.

Dépendance à l'égard des technologies des fournisseurs étrangers

"Nous sommes préparés pour cela", a déclaré Ren Zhengfei devant la presse japonaise au siège de Huawei à Shenzhen (sud). C'est son premier discours officiel depuis la décision américaine. Il a assuré que son groupe continuerait à développer ses propres composants afin de réduire la dépendance du groupe à l’égard des fournisseurs étrangers.

Leader mondial de la technologie 5G, Huawei reste tributaire des technologies des fournisseurs étrangers. Il achète environ 67 milliards de dollars de composants chaque année, dont 11 milliards de dollars auprès de fournisseurs américains, selon le quotidien économique Nikkei.

"Nous n'avons rien fait qui viole la loi"

Habituellement timide, Ren Zhengfei, 74 ans, a dû sortir de l'ombre ces derniers mois face à la pression croissante exercée sur son entreprise. On soupçonne dans certains pays d’avoir des liens potentiels avec les services de renseignement chinois. Huawei est également la cible d'une intense campagne de Washington, qui veut convaincre ses alliés de renoncer à utiliser ses équipements.

"Nous n'avons rien fait qui soit en violation de la loi", a déclaré Ren Zhengfei, s'attendant à ce que la croissance de Huawei "ralentisse, mais seulement légèrement".

La tension accrue de Donald Trump

Mercredi, le président américain Donald Trump a également interdit aux réseaux de télécommunications américains de fournir des équipements à des sociétés étrangères jugées à risque, une mesure contre Huawei.

Ren Zhengfei a assuré que sa société ne céderait pas à la pression de Washington. "Nous ne changerons pas de direction à la demande des Etats-Unis et nous n'accepterons pas de surveillance, comme l'a fait ZTE", a-t-il déclaré, cité par Nikkei, en référence à un autre géant chinois. télécoms, également dans le collimateur américain l'année dernière.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.