Horeca obtient des droits de transition plus élevés | Le temps

| |

18 octobre 2020

16h00

Le secteur de la restauration recevra cette année 500 millions d’euros de «corona support». Le droit de transition, un type d’allocation de chômage pour les indépendants, est en cours d’élargissement. Selon le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke, Bruxelles et la Wallonie sont proches du «tsunami de contamination».

Le ministre fédéral de l’Économie et de l’Emploi, Pierre-Yves Dermagne, et son collègue des Indépendants, Indépendants, PME, David Clarinval, ont évoqué dimanche les secteurs concernés par les nouvelles mesures corona.

Ce matin, une première rencontre a commencé avec le secteur de la restauration, les traiteurs et les boîtes de nuit. Les syndicats étaient également présents à la réunion. Les bars, cafés et restaurants doivent fermer pendant quatre semaines à partir de lundi en raison de l’augmentation des infections corona. Ensuite, il y a eu des consultations avec des personnes du secteur de l’événementiel et de la culture et des vendeurs du marché.

Pour les indépendants des secteurs de la restauration, de l’événementiel et de la culture, il a été décidé d’augmenter le montant de la crise à droite doubler. Dans un premier temps, le montant mensuel était fixé à un peu moins de 1 300 euros pour un indépendant célibataire et 1 600 euros pour un indépendant avec une personne à charge. Ces montants sont maintenant doublés. Un projet de loi est en préparation pour cela.

Pour les indépendants qui ne ferment pas leur entreprise, mais en cas de perte importante, le droit de raccordement sera prolongé jusqu’à fin décembre.

Le gouvernement fédéral garantit également que tous les travailleurs de l’hôtellerie reçoivent une prime de fin d’année complète, même s’ils ont connu des périodes de chômage temporaire ou économique. Il y aura également une exonération pour le troisième trimestre des cotisations patronales à l’ONSS pour les entreprises et les indépendants qui doivent cesser leurs activités. L’exonération consiste en un remboursement immédiat des cotisations déjà versées pour ce troisième trimestre.

«La remise de l’ONSS et la participation de l’État au bonus de fin d’année sont importantes, car c’est ainsi que nous nous assurons qu’il n’y a pas de« retrait »», déclare Matthias De Caluwe, PDG d’Horeca Vlaanderen. «Le doublement du droit de transition en tant que revenu de remplacement fournit également un peu plus d’oxygène. Nous regardons ce que cela produira au total et ce qu’il faut de plus.

500 millions

Au cours de la consultation, il est apparu clairement que les 500 millions d’euros que le gouvernement fédéral souhaite débloquer sont un investissement pour 2020. 2021 sera examiné plus tard, mais “il ne fait aucun doute que davantage de ressources seront nécessaires”, déclare De Caluwe. “Nous ouvrons déjà le débat sur 2021. Même si nous ouvrons à nouveau, il y a encore moins de capacité.”

La Brussels Hotel Association (BHA), qui a sonné vendredi l’alarme sur la situation des hôtels, est quelque peu rassurée après la consultation. On espère que les mesures de soutien à l’industrie de la restauration seront désormais également transférées aux hôtels qui peuvent fermer leurs portes.

«Ce n’est pas un problème général», déclare Yves Fonck de BHA, «car dans les Ardennes, par exemple, les hôteliers sont satisfaits du chiffre d’affaires. Ils se rendent compte que c’est local et surtout lié aux villes. Une fermeture peut désormais être envisagée, puis les mesures d’accompagnement sont orientées vers la perte de chiffre d’affaires.

“ Près du tsunami en Wallonie et à Bruxelles ”

«Nous sommes proches d’un tsunami à Bruxelles et en Wallonie». C’est ce que le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a) a déclaré dimanche après-midi sur «C’est pas tous les jours dimanche» (RTL-TVi). Selon lui, le «tsunami» signifie que «nous n’avons plus aucun contrôle sur ce qui se passe».
“ Si les chiffres continuent d’augmenter, l’hospitalisation entraînera de plus en plus de problèmes de “ non-COVID ” ”, a déclaré Vandenbroucke, ajoutant “ que les conditions de santé en Wallonie et à Bruxelles sont les pires et donc les plus importantes. dangereux dans toute l’Europe. »Selon lui, le taux d’infection était 50% plus élevé mardi qu’en Île de France, la région autour de la capitale française Paris.
Malgré tout, le ministre de la Santé défend les décisions de vendredi du comité de concertation, qui, selon certains, ne sont pas encore assez strictes.

Previous

Hommage à Samuel Paty : plusieurs centaines de manifestants en Eure-et-Loir pour “une République libre et laïque”

Boss Xbox: – Nous n’avons pas besoin de vendre The Elder Scrolls VI sur d’autres consoles pour couvrir l’acquisition de ZeniMax

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.