Hommage à Samuel Paty : plusieurs centaines de manifestants en Eure-et-Loir pour “une République libre et laïque”

| |

Au moins 600 personnes se sont rassemblées, ce dimanche 18 octobre, dans le silence, sur l’esplanade de la place Châtelet, à Chartres, pour rendre hommage à Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie, assassiné vendredi, en région parisienne, par un jeune Russe tchétchène de 18 ans, domicilié à Évreux (Eure).

Ce rassemblement, organisé par l’intersyndicale de l’enseignement, a attiré bien au-delà de la sphère syndicale et scolaire. De nombreux jeunes, enfants, retraités, élus ou encore salariés du privé ont participé à cette initiative, et sont venus témoigner « de leur solidarité avec le monde enseignant », à l’instar des mots choisis par Alain, artisan dans l’agglomération chartraine.

Le Département des Yvelines propose de renommer le collège du Bois d’Aulne du nom de Samuel Paty

« On fait ce métier parce qu’on l’aime et parce que l’on a tous le droit de s’exprimer », a témoigné Déborah, employée dans le secteur périscolaire, présente avec son fils. « Nous étions déjà là, à cet endroit, au moment des événements de Charlie Hebdo», a-t-elle ajoutée.

« Je suis là pour défendre les valeurs de la République », a simplement dit avec discrétion un chef d’établissement en Eure-et-Loir. « Ma présence ici sonne comme une réponse collective face à une menace qui grandit », a évoqué Christelle, employée dans un cabinet médical.

Avant de respecter une minute de silence, Franck Mousset (FSU) a lu un texte commun avec les autres syndicats participants :

“Une nouvelle fois, l’intolérance, la bêtise, la violence ont frappé. Cette fois, elle n’a pas visé des journalistes et des dessinateurs ou des fonctionnaires de police, mais un enseignant d’histoire-géographie, Samuel Paty. C’est toute l’école républicaine qui est frappée au coeur”

Franck Mousset (représentant FSU)

«  L’objectif de ce crime est d’agir par la peur en empêchant les enseignants d’exercer une de leurs missions essentielles : apprendre à leurs élèves à réfléchir et à exercer leur esprit critique dans une République libre et laïque. Il vise à pousser les enseignante-s- à l’autocensure, en les dissuadant d’aborder les problématiques touchant aux libertés et aux religions. Mais l’intolérance ne gagnera pas. »

Une centaine de personnes, place Saint-Pol, à Nogent-le-Rotrou

A l’appel de citoyens, relayés par des responsables associatifs et des élus, une centaine de personnes s’est réunie, ce dimanche après-midi, vers 15 heures, sur la place Saint-Pol, à Nogent-le-Rotrou. Comme à Paris et à Chartres, ils souhaitaient rendre hommage à Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie victime d’un assassinat, vendredi, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Des applaudissements chaleureux et attristés à la mémoire de l’enseignant décédé sont venus conclure ce moment. Entretemps, quelques participants avaient pris la parole pour lire un texte, faire part de leurs réflexions que suscitait chez eux ce drame, défendre la laïcité, la liberté d’expression, le droit au blasphème et les valeurs de la République.

François Feuilleux

.

Previous

190 000 euros approuvés pour avancer dans la rénovation de la rue Gómez Núñez de Ponferrada | Radio Bierzo

Roche: La FDA approuve les combinaisons Venclexta pour la leucémie myéloïde – investissement de 500 millions de dollars au Canada | 18/10/20

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.