Harcèlement: après Google, Facebook promet la transparence

Facebook a annoncé vendredi qu'il prendrait des mesures pour assurer plus de transparence dans les cas de harcèlement sexuel au sein de l'entreprise, faisant écho aux récentes annonces de Google sur le sujet.
Les employés qui signalent des situations de harcèlement sexuel ne seront plus contraints par la "clause compromissoire" obligatoire, qui les oblige à recourir à une forme de médiation extrajudiciaire et privée plutôt qu’à un procès public.
"La clause d'arbitrage sera désormais facultative et non obligatoire en cas de harcèlement sexuel", a déclaré l'un des responsables de la communication du groupe à l'AFP.
"Le harcèlement sexuel n'a pas sa place sur Facebook", a-t-il ajouté.
La politique interne de l'entreprise a également été modifiée: les cadres ou dirigeants d'un certain niveau seront désormais obligés d'avertir le service des ressources humaines s'ils ont une affaire avec un autre employé afin d'éviter d'éventuels abus.
Ces annonces interviennent alors qu'un autre géant de l'informatique, Google, a également promis jeudi d'abolir le caractère obligatoire des clauses d'arbitrage.
"Nous devons admettre que nous n’avons pas toujours fait ce qu’il fallait par le passé et que nous en sommes sincèrement désolés", a écrit le patron du géant de la technologie Sundar Pichai dans un courrier électronique adressé aux employés et transmis à AFP.
"Il est clair que nous devons faire des changements", a-t-il poursuivi.
Google a promis de signaler régulièrement le nombre de cas de harcèlement sexuel dans l'entreprise et les mesures disciplinaires prises.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.