nouvelles (1)

Newsletter

Guerre commerciale avec la Grande-Bretagne ? L’UE dit que toutes les options sont sur la table

L’Union européenne gardera toutes les options sur la table en ce qui concerne sa réponse à la décision britannique de passer outre certaines règles post-Brexit pour l’Irlande du Nord, a déclaré Maros Sefcovic jeudi, interrogé sur la possibilité d’une guerre commerciale.

L’UE a lancé mercredi de nouvelles poursuites judiciaires contre la Grande-Bretagne après que Londres a publié sa nouvelle législation, les deux mesures devant prendre plus d’un an pour entrer en vigueur.

L’UE pourrait éventuellement revoir les termes de l’accord de libre-échange conclu avec la Grande-Bretagne. Elle a déjà mis en doute son rôle au sein du programme de recherche Horizon Europe de 99 milliards d’euros.

“Nous devons garder toutes les options sur la table”, a déclaré Sefcovic, le vice-président de la Commission européenne qui supervise les relations de l’UE avec la Grande-Bretagne, à Sky News.

Il a déclaré que les deux parties devaient continuer à discuter pour trouver une solution afin d’améliorer les frictions commerciales sur les marchandises circulant entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, et qu’une approche unilatérale de Londres ne ferait que semer l’incertitude.

Brexit

Expliqué: comment l’UE réagit à la coopération du Royaume-Uni…

Londres a proposé de supprimer certains contrôles sur les marchandises en provenance de Grande-Bretagne arrivant dans la région et a contesté le rôle de la Cour de justice européenne pour décider de certaines parties de l’arrangement post-Brexit convenu par l’UE et le Royaume-Uni.

Sefcovic a déclaré que cette décision était illégale.

L’Irlande du Nord fait partie du marché unique des marchandises de l’UE, ce qui signifie que les importations en provenance du reste du Royaume-Uni sont soumises à des déclarations en douane et à certains contrôles à leur arrivée.

L’arrangement visait à éviter le rétablissement des contrôles aux frontières entre le Nord et la République, qui sont considérés comme contraires à l’esprit de l’accord du Vendredi saint/Belfast de 1998.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT