Grève Ryanair: le faible coût refuse d'indemniser les passagers pour les vols annulés

La compagnie aérienne low-cost Ryanair a annoncé qu'elle ne dédommagerait pas les passagers affectés par les pilotes sans précédent. qui a entraîné l’annulation de quelque 396 vols dans cinq pays européens le vendredi 10 août (Allemagne, Belgique, Irlande, Pays-Bas et Suède).
Alors que la société irlandaise s'est engagée à rembourser l'intégralité du prix du billet aux 55 000 passagers concernés, elle maintient qu'elle ne versera aucune indemnité supplémentaire en raison de "circonstances exceptionnelles" encadrées par le texte du règlement européen n ° 261/2004.
Cependant, la législation européenne impose une indemnisation pouvant atteindre 600 € par passager pour un vol annulé moins de deux semaines avant le départ ou un vol retardé de plus de trois heures. Le règlement européen n ° 261/2004 précise toutefois que "les obligations des transporteurs aériens réels devraient être limitées ou leur responsabilité exonérée dans les cas où un événement est dû à des circonstances extraordinaires".
C'est précisément sur cette clause d'interprétation ambiguë que s'appuie Ryanair. Il sera exempté de l'obligation d'indemnisation s'il peut justifier que les circonstances extraordinaires "n'auraient pas pu être évitées même si toutes les mesures raisonnables avaient été prises".
La société irlandaise déclare précisément que cette grève se déroule dans des circonstances exceptionnelles: "En vertu de la loi, aucune indemnisation n'est due lorsque le syndicat agit de manière déraisonnable et totalement hors du contrôle de la compagnie aérienne. Si cela était sous notre contrôle, aucune annulation, "a déclaré le PDG Michael O'Neary.
La position de la Cour de justice européenne
Mais la jurisprudence antérieure de la Cour de justice européenne (CJE) concernant les retards et les annulations résultant de grèves internes contre les compagnies aériennes ne sont pas vraiment en faveur de Ryanair. Dans un arrêt de la CJCE du 17 avril 2018 statuant sur la grève de 2016 du personnel de la compagnie aérienne allemande TUIfly, le tribunal a estimé qu'une grève sauvage menée par des membres d'équipage suite à l'annonce surprise d'une restructuration ne constitue pas une "circonstance extraordinaire" La compagnie aérienne se dégage de son obligation d’indemnisation en cas d’annulation ou de retard important de vol, rappelle RefundMyTicket, un site légal qui aide les passagers victimes de retard.
La Cour a rappelé que le règlement prévoit deux conditions cumulatives pour qu'un événement puisse être qualifié de "circonstances extraordinaires": 1) il ne doit pas, de par sa nature ou son origine, être inhérent à l'exercice normal de l'activité de la compagnie aérienne et il doit échapper à son contrôle effectif.
La Cour souligne à juste titre que les compagnies aériennes peuvent, dans le cours normal des affaires, être confrontées à des désaccords, voire à des conflits avec des membres de leur personnel ou avec certains d’entre eux. Les risques découlant des conséquences sociales qui accompagnent ces mesures doivent être considérés comme inhérents à l'exercice normal de l'activité de la compagnie aérienne concernée.
Dans ce cas, les grèves incessantes à Ryanair sont le résultat de négociations infructueuses entre la direction de la compagnie aérienne et plusieurs syndicats de pilotes, agents de bord et stewards qui nécessitent une révision des salaires et de meilleures conditions de travail.

http://www.air-journal.fr/2018-08-12-greve-ryanair-la-low-cost-refuse-dindemniser-les-passagers-pour-les-vols-annules-5202900.html

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.