Monday, February 17, 2020

grande première réussie pour la NBA à Paris

Must read

Top 636 décès; Trump rassure Xi sur ses efforts: mise à jour du virus

(Bloomberg) - Le Japon a trouvé 41 autres cas de coronavirus sur un bateau de croisière en quarantaine, tandis que le nombre d'infections sur...

“C’est une personnalité très agréable”

SPIEGEL: Monsieur Kaeser, vous avez rencontré aujourd'hui la militante écologiste Luisa Neubauer du mouvement pour la protection de l'environnement "Vendredi pour l'avenir". Il frappe...

Publié le: 25/01/2020 – 01:09Modifié: 25/01/2020 – 01:09

Pour la toute première fois de son histoire, la NBA a fait une escale à Paris pour un match de saison régulière. Pendant plusieurs jours, la Ville Lumière s’est mise aux couleurs du basket-ball, jusqu’à la dynamique de l’événement: le duel entre les Milwaukee Bucks et les Charlotte Hornets, vendredi à Bercy. Retour en images.

Depuis les années 1990, les fans de basket français en rêvent. Après avoir accueilli plusieurs matchs de pré-saison au cours des deux dernières décennies, Paris a finalement été le théâtre de son tout premier match de saison régulière de la NBA. Une confrontation entre les Charlotte Hornets et les Milwaukee Bucks, organisée à l’AccorHotels Arena de Paris-Bercy, qui a suscité un engouement à la hauteur de l’influence de la Ligue nord-américaine de basket-ball, mastodonte économique du “divertissement sportif”.

Au-delà du résultat final d’un match dont l’enjeu n’était pas gigantesque – chaque équipe joue 82 en saison régulière – c’est surtout le caractère exceptionnel de cette délocalisation qui restera dans les mémoires, car à part Londres, aucune autre ville européenne n’a accueilli de match NBA avant. Et Paris a joué le jeu. Retour en images sur cette première.

© Yann Buxeda, France 24

Il a donc fallu attendre dix ans pour que la NBA revienne sur le sol français. La dernière fois, c’était déjà à Bercy, pour un match de pré-saison entre les New York Knicks et les Minnesota Timberwolves. Vendredi 24 janvier 2020, c’est lors d’un match de saison régulière que l’enceinte parisienne était ornée des couleurs de la Ligue nord-américaine de basket-ball.

© Yann Buxeda, France 24

Bercy mais pas seulement, puisque la NBA s’est affichée à plusieurs endroits dans la Cité des Lumières. La mairie, en particulier, a salué la présence du basket américain en affichant deux gigantesques bannières sur sa façade.

© Yann Buxeda, France 24

Difficile d’évoquer la NBA en France sans associer la légende du Blues Tony Parker. Pour l’occasion, le joueur emblématique des San Antonio Spurs a même fait l’objet d’une exposition photo au cœur de Paris, au pied de la tour Saint-Jacques.

© Yann Buxeda, France 24

Des clichés qui retracent notamment les grands moments de la carrière de “TP” outre-Atlantique: 18 saisons, quatre sacrées NBA (2003, 2005, 2007 et 2014) et un titre de MVP de la finale en 2007.

© Yann Buxeda, France 24

Mais c’est bien devant l’AccorHotels Arena que les fans de basket se sont réunis en début d’après-midi, pour ne pas rater cette grande première. Cinq heures avant le coup d’envoi de la réunion, il y avait déjà plusieurs dizaines de coups de pied de la grue, dans le froid hivernal de Paris.

© Yann Buxeda, France 24

Courageux qui sont finalement les plus chanceux, car nombreux sont ceux qui n’ont pas pu obtenir de billets pour la réunion. Alors que Bercy peut contenir un peu plus de 16 000 sièges, pas moins de 150 000 fans ont tenté d’acheter des sièges, lors de sa mise en vente fin 2019. Avec le résultat, beaucoup ont été déçus.

© Yann Buxeda, France 24

Mais même pour ceux qui n’ont pas trouvé de billet de dernière minute, le voyage n’a pas été entièrement vain. En dehors de l’enceinte, la NBA avait également ses quartiers où, dès les premières heures de l’après-midi, les fans pouvaient obtenir des maillots, des t-shirts, des casquettes et des chapeaux à l’image des deux franchises.

© Yann Buxeda, France 24

Des “goodies” qui, même au prix de l’or – 30 euros pour un chapeau par exemple – n’ont pas eu de mal à trouver un acheteur. La NBA, géant économique, a toujours excellé dans l’art de la distribution de produits dérivés.

Nicolas Batum, le seul Français présent sur le parquet du NBA Paris Game 2020.Nicolas Batum, le seul Français présent sur le parquet du NBA Paris Game 2020.
Nicolas Batum, le seul Français présent sur le parquet du NBA Paris Game 2020. © Yann Buxeda, France 24

La France, justement, a toujours été un marché à fort potentiel pour la NBA. Depuis la diffusion des premiers matchs à la télévision dans les années 90, la popularité de la ligue n’a jamais été niée et la carrière de Tony Parker a confirmé cette tendance. Aujourd’hui, huit Français jouent en NBA, le plus gros contingent hors du continent américain. Et l’un d’eux, Nicolas Batum, était également à l’étage de Bercy, vendredi soir.

© Yann Buxeda, France 24

Mais si Batum a été applaudi par le public de Bercy, les amateurs ne se sont pas trompés. C’est au Grec Giannis Antetokounmpo, MVP de la saison dernière, que les plus gros vivas ont été réservés. Logique, comme le “Greak Freak” est devenu l’un des porte-étendards de la NBA.

© Yann Buxeda, France 24

Si les Hornets jouissent d’une énorme popularité en France depuis le début des années 90, les Bucks ne sont plus en reste. Malgré un record de faim, la présence d’Antetokounmpo dans ses rangs a fait de la franchise de Milwaukee l’équipe à la mode, surtout parmi les plus jeunes.

© Franck Fife, AFP

Ils étaient donc finalement assez nombreux pour célébrer le succès tardif des Bucks on the Hornets (116-103). Une victoire qui a émergé au quatrième trimestre, après un match long et serré, et qui permet à la franchise du Wisconsin de consolider sa position de leader de la conférence. Antetokounmpo, lui, aura été à la hauteur de ses standards, avec 30 points et 16 rebonds.

De gauche à droite: Muggsy Bogues, Bruce Bowen, Ronny Turiaf, Dell Curry, Sam Perkins, Dikembe Mutombo, Kareem Abdul-Jabbar et Tony Parker.De gauche à droite: Muggsy Bogues, Bruce Bowen, Ronny Turiaf, Dell Curry, Sam Perkins, Dikembe Mutombo, Kareem Abdul-Jabbar et Tony Parker.
De gauche à droite: Muggsy Bogues, Bruce Bowen, Ronny Turiaf, Dell Curry, Sam Perkins, Dikembe Mutombo, Kareem Abdul-Jabbar et Tony Parker. © Catherine Steenkeste / NBAE / Getty Images / AFP

Mais le vrai vainqueur de cette escale parisienne est sans conteste la NBA. Déjà assurée de rentrer à Paris en 2021 pour une nouvelle édition, elle semble déterminée à faire de la capitale française l’ancrage de sa stratégie de développement en Europe. Et la présence de nombreuses stars et légendes – le basket à Paris ces derniers jours, ne manquera pas d’offrir à son escale française une exposition médiatique considérable.

.

- Advertisement -

More articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest article

La cargaison de pétrole saisie est la dernière tournure de la lutte politique au Venezuela

(Bloomberg) - Un pétrolier brut coincé en mer pendant plus d'un an est devenu le dernier front de la bataille pour les richesses pétrolières...

Une femme russe hospitalisée de force après s’être échappée de la quarantaine

Par Le Figaro avec AFPUn tribunal de Saint-Pétersbourg a ordonné lundi l'hospitalisation forcée d'une femme russe qui avait échappé à sa quarantaine en raison...

Suivez la nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites

Pour cette nouvelle journée de mobilisation, plusieurs Des actions sont menées ce matin sur différents sites de la région parisienne, mais aussi dans d'autres villes...