Sport

Francisco Vargas, entraîné en Indio, pourrait être prêt pour un autre coup de champion du monde

FERMER Du sang, de la sueur et des larmes unissent ce puissant duo mère-fille. Humanité Francisco Vargas (à gauche) fait face à un tir de corps brutal sur l’adversaire Rod Salka jeudi au Fantasy Springs Resort Casino à Indio. (Brandon Magpantay / Spécial au Soleil du désert) (Photo: Brandon Magpantay / Spécial au Soleil du désert) Quinze mois après avoir perdu sa ceinture de championnat ici à Indio, le boxeur de Mexico City Francisco Vargas pourrait être prêt pour un autre titre mondial. Vargas n’a pas si bien accueilli Rod Salka, originaire de Pennsylvanie, dans le désert californien jeudi avec une victoire télévisée ESPN2 dominante au Fantasy Springs Resort Casino. On a beaucoup fait des troncs rouges, blancs et bleus de Salka qui affichaient les mots «America 1st» et la conception d’un mur de brique. Il est entré dans le ring de la chanson de Lee Greenwood, “God Bless the USA”. Mélangeant une dose constante de coups de corps et de combinaisons de trois coups de poing, Vargas (25-1-2, 18 KO) a renversé Salka au cinquième round et le combat a été stoppé après la sixième quand Salka (24-5) a été pas autorisé à continuer. “Je pense qu’il est de retour”, a déclaré l’ancien champion du monde Oscar De La Hoya, dont la société, Golden Boy Promotions, fait la promotion de Vargas. “Il a un peu de rouille en lui mais il a l’air bien, et je pense qu’il est prêt à nouveau pour la grande étape.” Vargas, qui a remporté le titre de super champion du monde de boxe dans le Fight of the Year 2015, a malheureusement perdu le titre ici à Fantasy Springs un peu plus d’un an après avoir été éliminé par son compatriote Miguel Berchelt au 11ème round. Certains ont cru que c’était peut-être le début de la fin pour Vargas, qui a fait des ravages lors des combats consécutifs en 2015 et en 16 qui ont été nommés Fight of the Year. Javier Padilla d’Indio (à droite) lance un coup de poing à l’adversaire Ricardo Arias jeudi au Fantasy Springs Resort Casino à Indio. (Brandon Magpantay / Spécial au Soleil du désert) (Photo: Brandon Magpantay / Spécial au Soleil du désert) Puis, en octobre dernier, Vargas est venu dans le désert de Californie pendant quatre mois s’entraîner avec Joel Diaz au Indio Boys & Girls Club, et a gagné son retour sur le ring, contre Stephen Smith à Las Vegas. Vargas, 33 ans, ressemblait énormément à son ancienne équipe de jeudi contre Salka. Il a dominé le combat tout au long, mélangeant des coups de corps et des combinaisons de tête, tout en secouant la tête et en se protégeant efficacement de tout danger sérieux. Il a pris très peu de coups de feu et a réussi à atterrir tous les coups qu’il voulait. “Je pense que je voulais faire un bon spectacle et je pense que je l’ai fait”, a déclaré Vargas. Plus: Deux adolescents de Coachella ont fait un grand pas en avant pour atteindre les Jeux olympiques L’Indio Javier Padilla, qui s’entraîne avec Antonio Diaz à l’Indio Boys & Girls Club, a vengé Ricardo Arias, un natif de Californie qui s’entraîne à Mexico. Les deux hommes se sont battus à la fin de l’année dernière, bien que Padilla ait contrôlé la majeure partie du match de jeudi et gagné par une décision unanime. Le combat le plus explosif de la nuit a impliqué Andrew Cancio de Blythe, qui vit et s’entraîne maintenant à Ventura. Il a eu un grand contingent de supporters dans le Centre des événements spéciaux, qui s’est levé après chaque grand coup qu’il a atterri dans un slug-fest avec Aidar Sharibayev auparavant invaincu. À son retour sur le ring après une mise à pied de 18 mois suite à une défaite contre un poids plume invaincu, Joseph Diaz Jr. en septembre 2016, Cancio (18-4-2) a remporté la victoire par un arrêt au 10e round pour réclamer le World Boxing vacant. Le titre intercontinental super-plume de l’association. Aux côtés de De La Hoya, l’ancien champion du monde Bernard Hopkins était à la maison jeudi, tout comme Randy Caballero (24-1) et Citlalli Ortiz de Coachella. Caballero, ancien champion des poids coq de la Fédération Internationale de Boxe, était sur place pour voir son frère, Rommel, faire ses débuts professionnels, et Ortiz, championne du monde amateur, faisait sa première apparition publique après avoir été nommé Fighter of the Year de USA Boxing la division féminine de 155 livres. Rommel Caballero (à gauche) et Eric Rodriguez ont abattu des têtes pendant leur bataille, provoquant une coupe massive sur Rodriguez qui a fait couler le sang jeudi au Fantasy Springs Resort Casino à Indio. (Brandon Magpantay / Spécial au Soleil du désert) (Photo: Brandon Magpantay / Spécial au Soleil du désert) Le jeune Caballero a également eu une foule massive en sa faveur. Le combat a été jugé un tirage technique suite à un coup de tête qui a mis fin à la lutte à la fin du premier tour. Jonathan Navarro de East Los Angeles a débuté avec une victoire unanime sur Justin Savi de Silver Spring, Md. Navarro a déménagé à 14-0 avec la victoire. Genaro Gamez, originaire de San Diego, est resté invaincu (8-0) avec une victoire unanime sur le Japonais Shoki Sakai. Aaron McKenna de Monaghan, Irlande, qui s’est entraîné dans la vallée de San Fernando, a amélioré son record à 3-0 avec un KO de Keasen Freeman seulement deux minutes dans leur combat welters. Plus: La musique a aidé la prochaine superstar de la boxe, Vergil Ortiz, à trouver son rythme “Je me sentais très fort”, a déclaré McKenna. “J’ai atterri de bons coups solides. Après qu’il soit descendu la première fois, je savais qu’il ne pouvait pas gérer mon pouvoir. Je savais que je devais partir rapidement, mais en même temps, soyez patients et tout s’est bien passé. ” L’histoire de la nuit, cependant, était Vargas. Bien que l’on ne sait pas encore qui et quand il se battra, il y a de plus en plus de chances qu’il soit proche d’un autre tir au titre mondial. En octobre dernier, la WBC a commandé un éliminateur de titres entre Vargas et le triple champion du monde Jhonny Gonzalez. Le gagnant devait être le challenger obligatoire contre Berchelt. En raison d’une variété de circonstances, le combat éliminateur ne s’est jamais produit. Peut-être que maintenant ça le sera. Vargas a battu une paire de vétérans sur la piste de retour, et avec Diaz, il semble ne plus être seulement un bagarreur. Après avoir battu Salka, il a appelé à la revanche avec Berchelt, toujours le seul boxeur à avoir battu Vargas en tant que pro. “Je veux la revanche”, a déclaré Vargas. “Je suis prêt. Allons-y.” Andrew John couvre la boxe dans la vallée de Coachella et au-delà pour The Desert Sun et le réseau USA TODAY. Trouvez-le sur Twitter: @Andrew_L_John. Envoyez-le par courriel à andrew.john@desertsun.com.

Post Comment