Fonds mondial: l'Inde renforce son engagement

0
21
Inde sans tuberculose.
Des militants faisant campagne pour une Inde sans tuberculose.

L'Inde intensifiera ses efforts pour lutter contre les maladies infectieuses, notamment la tuberculose, le paludisme et le VIH / sida, en allouant davantage de fonds au Fonds mondial.

Créé en 2002, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme réclamations il «mobilise et investit plus de 4 milliards de dollars par an pour soutenir des programmes menés par des experts locaux dans plus de 100 pays». L'Inde a rejoint le Fonds en tant que donateur en 2006 et, lors de son prochain cycle de réapprovisionnement pour la période 2020-2022, augmentera sa clientèle de dix pour cent, pour atteindre 22 millions de dollars. En 2019, l'Inde avait alloué un total de 46,5 millions de dollars américains au Fonds mondial, tout en recevant également des subventions de l'organisation pour financer des programmes de lutte contre ces maladies.

"L’engagement de l’Inde envers le Fonds mondial démontre clairement son fort leadership politique en faveur de la santé universelle et son engagement tout aussi fort à agir au-delà des frontières et à s’unir pour combattre l’épidémie de ces trois maladies", a déclaré le Dr Harsh Vardhan, ministre de la Santé de l'Union. "J'exhorte toutes les nations à s'unir et à contribuer généreusement à cette noble cause", il ajouta.

Le Fonds mondial a salué la contribution, en le soulignant «(souligne) le leadership de l’Inde dans les efforts mondiaux visant à mettre fin au sida, à la tuberculose et au paludisme en tant qu’épidémies et à renforcer les systèmes de santé». Le directeur exécutif, Peter Sands, a salué cette décision et a déclaré: «Nous devons tous intensifier la lutte. Grâce à la solidarité mondiale et à des partenariats efficaces, nous pourrons sauver des millions de vies. "

Le VIH / sida, le paludisme et la tuberculose sont autant de sujets de préoccupation pour la santé publique en Inde. Le Centre s'est fixé des objectifs ambitieux dans la lutte contre ces maladies et s'est engagé à éliminer le paludisme d'ici 2030 et TB d'ici 2025 tandis que travailler pour réduire les nouvelles infections à VIH environ 20 000 cas par an en 2019 et 2020. Le ministre de la Santé de l’Union, J. P. Nadda annoncé lors de la Journée mondiale du sida l'an dernier que l'Inde a l'intention de faire du VIH / sida une chose du passé d'ici 2030.

Des progrès ont été réalisés. Par exemple, L'Inde a réussi à réduire les cas de paludisme de 24% entre 2016 et 2017 et nouvelles infections à VIH ont considérablement diminué depuis le début de la décennie. La volonté politique dans la lutte contre la tuberculose est élevée. Toutefois, des problèmes subsistent tels que la pharmacorésistance, les lacunes dans les systèmes de suivi et de surveillance et l’accès limité au diagnostic et au traitement dans de nombreuses régions du pays. Des mesures ont été prises à ces fins, mais doivent être intensifiées. Néanmoins, le ministère de la Santé est optimiste quant au rôle que l'Inde doit jouer dans la lutte mondiale contre ces maladies, chez nous et à l'étranger.

"Nous finançons adéquatement nos efforts pour atteindre nos objectifs d'élimination de la tuberculose, du VIH et du paludisme", dit Vardhan. «Grâce à notre engagement accru, l'Inde a fait un pas de plus dans cette direction en intensifiant les efforts du Fonds mondial pour renforcer les systèmes de santé et sauver seize millions de vies supplémentaires dans le monde.»

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.