Festival La Rochelle 2018: un premier film rend l'événement - Télévision

Deux dames profitent d'une corne d'abondance avec les sorbets d'Ernest, l'établissement de glaces de La Rochelle. "Qu'est-ce que ce festival? Demande-t-il." Le festival de série, je pense … "répond l'autre, scrutant chaque visage de la rue Saint-Jean-du-Pérot dans l'espoir de croiser des étoiles venant à La Rochelle pour présenter leur travail: non, madame, la ville de Charente n’a pas accueilli, jusqu’à samedi soir, le "festival des séries", mais la fiction, sa vingtième édition, dont le jury était présidé par Marie Gillain, s'est achevée le samedi 15 septembre sur un disque a fait la fierté d'Arte et un premier film, Jonas, qui sortira début novembre Meilleur téléfilm, meilleure performance pour Christophe Charrier, meilleure musique pour Alex Beaupain: trois récompenses méritées pour une fiction parmi nos préférées (voir ci-dessous) .

En général, le festival a présenté de nombreux travaux encourageants, notamment du côté des séries. Chez Télérama, nous vous recommandons déjà les nouvelles Ad Vitam (Arte), Hippocrate (Canal +) et Jeux d’influence (Arte, voté meilleure minisérie), les nouvelles saisons du Bureau des légendes (Canal +) et Dix pour cent (France 2 , voté meilleure série de 52 minutes). Offert par OCS, HP, comédie dramatique dans un hôpital psychiatrique, original, juste et drôle, a été distingué dans la catégorie des séries de 26 minutes. Fiction européenne, c'est le Flamand The Day, le thriller a conduit à une crise d'otages, qui a gagné. Frédéric Pierrot a été élu meilleur acteur du téléfilm Arte Une vie après (aussi meilleur scénario), chronique (ennuyeuse, à notre sens) la déliquescence de deux couples, écrite et réalisée par Jean-Marc Brandolo. Noémie Lvovsky, Roxane Potereau et Léonie Simaga ont reçu le prix d'interprétation des femmes pour leur rôle en tant que détenues dans Les impatientes (3×52 minutes), une mini-série aigre-douce sur la rencontre en prison de trois femmes qui n'ont rien en commun – voir sur France 2 le 29 septembre.

Chez Télérama, nous avons ignoré les catégories (fiction européenne, en compétition ou hors compétition, etc.) pour désigner nos créations préférées. Les voici.

Garder la foi

Grand succès au Pays de Galles à l’automne dernier, présenté sur la BBC cet été, A Bore Mercher ("Un mercredi matin", son titre original) suit l’enquête d’une mère dont le mari a priori amoureux et sans histoires disparaît soudainement. Par rapport à Broadchurch, Keeping Faith privilégie également le drame intime de la procédure policière, capture habilement l’atmosphère de son environnement côtier, une petite ville où tout le monde se connaît et laisse planer l’anxiété de son héroïne. Divertissement public, attachant, tendu sans être insupportable, Keeping Faith doit beaucoup à son principal interprète, Eve Myles. Parfait comme mère tourmentée, cette actrice galloise est apparue à Torchwood et … Broadchurch. Pour mémoire, la série a été tournée en deux versions, une en anglais et une en gallois.

Vidéo de Cm-D4dUPEeQ

Une nuit

Nous connaissons cette histoire par cœur: poussés par des amis communs, une femme et un homme acceptent, avec le recul, d'aller boire un verre. Elle chasse les déceptions, il ne croit plus… mais ils se rapprocheront et tomberont peut-être amoureux. Cette série norvégienne (également réalisée en deux versions, en norvégien et en anglais) suit presque en temps réel ce rendez-vous, à commencer par l'apéritif. Il y a des rebondissements et des révélations, mais c'est par la qualité de ses dialogues qu'En Natt (dans le texte) se démarque. Il relie les débats d'une grande précision, souvent drôle, sur la vie de couple, les sentiments, l'engagement ou le désir. La preuve que les histoires les plus simples, habilement écrites et subtilement dialoguées, peuvent faire les meilleures séries.

Vidéo de xc6dDv19Xs4

Hippocrate

(Canal +, hors compétition)

Et si nous avions enfin un bon drame médical français? Thomas Lilti, ancien médecin, développe son film en série en 2014, en l'adaptant intelligemment aux codes du genre. Louise Bourgoin, Alice Belaïdi, Zacharie Chasseriaud et Karim Leklou incarnent quatre stagiaires forcés de tenir à bras le département de médecine interne d'un hôpital, le personnel médical étant en quarantaine chez lui … Introduction précise des personnages, mise en scène pas de fioritures, pas de cas spectaculaires, Hippocrate trouve immédiatement son chemin – réaliste mais subtilement dramatisé – tout en respectant ce qui fait le sel de son ancêtre américain, Urgences: une capacité de tension sur notre fauteuil sur une longue période. opération impeccablement tendue. Il lui reste, après cette ouverture prometteuse, à prendre un peu plus de temps pour entretenir les émotions. Fortement hospitalisation, à l'automne sur Canal +.

Jonas

(Arte)

Belle comme une star, douce comme un fils, Jonah traîne sa carcasse. Il se bat dans des boîtes de nuit et joue dans une multitude de lits. Un méchant le ronge, dont les origines doivent remonter aux scènes de son adolescence auxquelles le téléfilm revient sans cesse. Quelle faute irréparable ce jeune homme timide s'est-il engagé à continuer, dix-huit ans plus tard, à supporter le fardeau? Tout en couleurs, ce premier film de Christophe Charrier, remarquable maîtrise, met en lumière la douleur intime de son personnage avec une délicatesse et une bienveillance qui baignent chaque scène d'une mélancolie touchante. Avec les notes justes et tendres d'Alex Beaupain.

Jacqueline Sauvage, c'était lui ou moi

(TF1, hors compétition)

Pourquoi Jacqueline Sauvage a-t-elle été condamnée en première instance et en appel à dix ans de prison pour avoir tiré sur un mari qui l'avait battue pendant 47 ans? C'est à cette question que ce téléfilm, dirigé par Yves Rénier pour TF1, tente de répondre, épousant la cause de la victime avec la même ferveur, lors du procès en appel du vrai Jacqueline Sauvage, que le & # 39 ;opinion publique. S'opposant à l’institution judiciaire implacable et au peuple, nécessairement légitime dans son désir de clémence pour une femme incapable de se défendre (Muriel Robin, marmoréenne), le réalisateur ne se préoccupe pas des nuances. Mais, soutenu par un scénario solide, il réussit à faire des allers-retours entre des salles d’audience et des scènes de violence domestique ordinaire – insupportables, mais nécessaires. Un film édifiant

Vidéo de agtZRgC10y0

Jeux d'influence

(Arte)

Alors qu'il vient de manipuler des produits phytosanitaires, Michel, un agriculteur, s'effondre à côté de son tracteur, inconscient. Son ami d'enfance, Guillaume Delpierre (Laurent Stocker), député, se met à la tête pour "interdire ces produits à la merde" en déposant un amendement. Devant lui: le géant de l'agro-chimie Saskia, qui ne recule devant aucune méthode pour préserver ses intérêts.

Il y a quelques jours, Nicolas Hulot a quitté le ministère de la transition écologique en dénonçant le poids des lobbies, "menace pour la démocratie" … Jean-Xavier de Lestrade n'aurait pu choisir un sujet plus actuel (en plus d'être aride et complexe! ) pour son retour à la série de fiction (6×60 minutes). De l'hypocrisie au cynisme le plus abject, toute la palette des ténèbres est explorée dans ce thriller terriblement réaliste. Avec un poisson toxique Alix à son meilleur.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.