FC Barcelone – Valence: notes du match

0
37

Le 21 avril 2018, le Sevilla FC et le FC Barcelone se sont affrontés lors de la finale de la Copa del Rey. Enfin, le Barça a gagné sans trembler 5-0 et remporter son 30e trophée dans cette compétition. Et un an plus tard, le club catalan est toujours au rendez-vous. Pour cette édition 2018-2019, la formation d'Ernesto Valverde défie Valence en finale au stade Benito Villamarín de Séville. En demi-finale, Lionel Messi et ses coéquipiers ont libéré le Real Madrid (1-1, 3-0) tandis que le club a éliminé le Betis (2-2, 1-0). Ce samedi soir, le champion d'Espagne était à la recherche d'une 31e Copa del Rey de son histoire. En face, les Valenciens visaient une huitième victoire finale dans cette compétition, ce qui n’est plus le cas depuis 2008. Pour ce dernier meeting de la saison, Ernesto Valverde a opté pour un 4-3-3 avec Messi en numéro 9 et Sergi Roberto pour elle. droite. Le Français Umtiti était assis sur le banc, contrairement à Lenglet. Côté valencien, Marcelino est sorti 4-4-2 avec le duo Rodrigo-Gameiro à l’avant.

Comme souvent, les Blaugranas ont pris possession du ballon et ne se sont pas laissé vraiment aller, mais les occasions n'étaient pas nombreuses. Les joueurs de Ernesto Valverde, confrontés à un bloc valencien bas mais particulièrement bien en place, n'ont pas trouvé la solution. Les Valenciens ont même créé le danger en premier. Suite à une grosse erreur de Lenglet, Rodrigo a affronté Cillessen et l’a éliminé. L'attaquant espagnol a tiré vers le but vide mais Piqué a réalisé un incroyable retour sur sa ligne (5ème). Le début du match n’était pas très attrayant, Messi essayait de réveiller tout le monde, en vain. Gameiro s'en est enfin occupé. À l'arrière de Semedo, Gaya a hérité du cuir lors d'une ouverture de Paulista. La partie espagnole servait l’axe complet français en éliminant Jordi Alba avant de tirer sur Cillessen (21e, 0-1). Insuffisant cependant pour lancer définitivement cette rencontre, puisque le Barça a posé le pied sur le ballon sans rien proposer.

Lionel Messi trop seul côté catalan

Sur une seconde contre l'adversaire, Barca a encore craqué. Soler est revenu à la surface dans un duel avec Jordi Alba et a centré fort devant le but sur Rodrigo qui a poussé le cuir au bas des filets de la tête (33e, 0-2). Deux contre, deux buts concédés pour le club catalan … À la fin de la première période, les champions d'Espagne ont finalement réagi. Messi a tiré un coup lourd que Domenech sortait d'un beau défilé (45ème). La grève de Rakitic ne l'inquiétait alors pas (45ème + 1). En seconde période, la physionomie n’a pas changé: les Catalans ont joué et les Valenciens attendent leur adversaire. Pas très important dans le premier acte, Guedes a également brandi un tir, sans danger pour Cillessen (49ème). Peu à peu, les Blaugranas se sont approchés de la surface de l'adversaire et Messi a déployé tout son talent. Après un doublé avec Malcom qui entrait en jeu à la pause, l'Argentin a retrouvé le poteau de l'extérieur du pied et Vidal n'a pas sa place derrière (56e).

Les champions d'Espagne ont continué à pousser mais ne trouvaient jamais la faille. Même Piqué, qui est resté à l'avant-garde, a vu son tir fuir de peu le cadre sur un service Malcom (71 & # 39;). Et à un peu moins de vingt minutes de la fin de la réunion, Messi a forcément soulevé la sienne. Après une tête de Lenglet de Domenech sur un corner de Malcom, l'Argentin s'est précipité pour pousser le ballon au fond des filets (73e, 1-2). En conséquence, les hommes d'Ernesto Valverde ont insisté encore davantage pour égaliser et se permettre une extension, mais attention aux inconvénients. Plusieurs fois à la fin du match, les Valenciens ont commencé contre mais Guedes a raté le but du KO (90 + 4) avant de rater une tentative lointaine plus tard (90 + 5). Sans conséquence cependant puisque le score est resté là. Valence a gagné 2-1 et a remporté sa huitième Copa del Rey. La saison se termine si mal pour le Barça de Ernesto Valverde.

Revivez le film de la réunion sur notre live commenté.

L'homme du match: Jaume Doménech (7,5) Pendant longtemps, sa soirée a été animée en quelques minutes. Tranquille à la première tentative de Lionel Messi (43e), il est beaucoup plus sollicité à la seconde mais déclenche un superbe horizontal pour repousser le lourd coup de l'Argentin (45e) avant d'arrêter facilement celui de Ivan Rakitic (45 + 1e). Auteur de cinq jugements décisifs, le doublage de Neto a justifié son mandat en étant l'homme du match.

FC Barcelona

- Cillessen (4,5): En l'absence de Ter Stegen, titulaire en demi-finale, le gardien néerlandais a dû s'assurer, mais il n'a pas rempli sa mission. D'abord bien aidé par Piqué (5ème), il n'a rien pu faire du tir au fusil Gameiro (21ème) et de la tête Rodrigo (33ème). Malheureusement, il n’a pas pu rattraper le match après la pause, les Valenciens n’ayant pas été encadrés, Guedes a raté plusieurs occasions en fin de match.

- Semedo (3): comme d'habitude, les Portugais ont joué très haut sur le terrain. Une grosse erreur depuis que les Valenciens ont agi contre. Il a donc été pris dans le dos par le score d'ouverture puisque Gaya avait de la place pour servir Gameiro (21ème). Il a également oublié Rodrigo sur 2- avec Piqué. Et le problème est qu'il n'a montré rien d'offensif, à l'exception de quelques avancées non concluantes. De plus, Ernesto Valverde rapidement remplacé à la pause par Malcom (note: 5.5). L'ancien joueur des Girondins de Bordeaux est rapidement revenu à son match, lui qui a apporté beaucoup de côté droit. L'entraîneur espagnol aurait peut-être dû commencer ce soir.

- Piqué (4,5): Du côté catalan, il était l'un des meilleurs du premier acte, notamment son énorme sauvetage devant Rodrigo au début du match (5ème). Puis il a continué son chemin avec de belles couvertures et quelques interventions, jusqu'au centre de Soler pour l'attaquant espagnol (33). Mais après la pause, son coéquipier Lenglet a tout fait car nous avons vu plus devant que derrière. Il a également frappé sur le côté alors qu'il était dans une bonne position (71ème).

- Lenglet (5.5): Aux côtés de Piqué, le défenseur français a connu des difficultés au début du match. Même s'il a bien démarré avec une première intervention, il a presque perdu son équipe à la 5e minute mais Piqué a sauvé le Barca à son retour. Mais derrière, il a augmenté son niveau de jeu, avec deux sauvetages en deuxième mi-temps (68e, 88e) et surtout un coup de tête par Domenech juste avant le but de Messi (73e). Une première période décevante mais un deuxième acte très propre.

- Jordi Alba (4): la partie espagnole n'était pas vraiment là ce soir. Sur les deux buts valenciens, il a commis deux erreurs. D'abord en se jetant trop vite devant Gameiro, qui l'a éliminé d'un crochet (21ème). Puis en ne prenant pas de nouveau Soler, lancé par Coquelin sur le deuxième but (33e). Comme toute son équipe, il a essayé de déclencher la révolte mais n'a pas été décisif. Il n'avait pas beaucoup combiné avec Coutinho.

- Arthur (3,5): préféré à Vidal pour accompagner Rakitic et Busquets au milieu de terrain, le milieu de terrain brésilien semblait en manque de repères. Le Croate étant plus important, il n'avait pas grand-chose à mettre dans la dent, à part quelques transmissions en avant. Pas décisif dans le jeu, alors il a quitté sa place à Vidal à la pause (note: 4). L’international chilien a, comme souvent, été agressif, mais c’est tout. Offensivement, il n’a pas réussi à inquiéter Domenech, lui qui a tiré dessus (56e).

- Busquets (5): Devant sa défense, l'international espagnol a tenté de se lancer dans le four et le moulin, mais il ne pouvait pas tout faire. Présent au milieu de terrain, il a multiplié les interventions et même taclé pour gratter quelques balles du début à la dernière minute depuis qu'il a porté secours au valencien en prolongation (90 + 4). Et balle au pied, il a toujours joué en avant pour tenter de faire la transition entre les lignes.

- Rakitic (4,5): l'international croate a touché beaucoup de balles et était plutôt intéressant balle au pied. Juste avant la pause, il tenta même sa chance mais retrouva Domenech sur son chemin (45 + 1). De retour du vestiaire, il est resté en ligne mais finalement, il n'a jamais vraiment fait la différence. Remplacée par Alena tard dans la partie (77e).

- S. Roberto (3,5): Le joueur de droite, âgé de 27 ans, a commis le premier acte sans rien faire. De retour en défense avec la libération de Semedo à la pause, il a repris ses marques pour montrer un meilleur visage. Mais dans l'ensemble, on ne peut pas dire qu'il est parmi les bons élèves du jour.

- Messi (6.5): une fois de plus très disponible, l'attaquant argentin, classé numéro 9 ce soir en l'absence de Suarez, a frappé d'innombrables ballons. Toujours servie, que ce soit de retour au but ou dans le sens du match, "La Pulga" n'a pas cessé de courir pour tenter de faire la différence. Après avoir tenté sa chance à plusieurs reprises (18e, 44e, 45e, 51e, 56e), le capitaine du Barça a réussi à élever ses partisans en suivant bien dans un corner (73e). Le vainqueur du Soulier d'Or a tout essayé mais le Barca a chuté.

- Coutinho (2,5): En l'absence de l'ailier français Dembélé, le Brésilien a ouvert la séance. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le joueur de 26 ans n’a pas marqué, mais pas du tout! Invisible tout au long du match, il a attendu l'heure pour finalement montrer quelque chose, avec une première frappe stoppée par Domenech (67). Sa deuxième tentative ne donna rien (73) … Une performance très décevante de la part de l'ancien joueur de Liverpool.

Valence

- Jaume Doménech (7,5) : voir au dessus

- Wass (6,5): l'ancien joueur d'Evian Thonon-Gaillard vit de très belles heures de l'autre côté des Pynènes. Alors que le match de Barcelone s’est souvent penché de l’autre côté de la défense valencienne, le Danois a forcément passé une soirée plus agréable que ne l’avait laissé son homologue. Mais si tel est le cas, c’est aussi parce qu’il a complètement éteint un fantôme de Philippe Coutinho, avant de venir donner un coup de main à Carlos Soler en changeant de côté tard dans la partie.

- Paulista (6.5): l'ancien Gunner a livré une solide performance. Auteur d'une bonne intervention dès le coup d'envoi (2e), ça ne prend pas de la vitesse un peu plus tard (19e). Mieux, il est à l'origine du premier but puisque son ouverture face à José Gaya entraîne la frappe de Kévin Gameiro, synonyme de 1-0. Il ne s'est jamais gêné avec des relèvements au sol, mais il faut dire que cela ne lui a pas été tant demandé.

- Garay (6): Solide à l'entrée de la surface et impérial dans les airs, le défenseur argentin était le complément idéal de Gabriel Paulista. Le succès de Valence récompense la performance de toute la défense de Murcielagos, presque imprenable ce soir.

- Gaya (5.5): à l’entrée, il fait craindre des accélérations de Nelson Semedo (9ème). Peu clair quelques minutes plus tard, sa première réunion le laissa pensif. Mais c'est finalement lui qui lance pleinement son équipe en réalisant une parfaite maîtrise du pied gauche avant de rechercher Kévin Gameiro dans une position idéale (21ème). Malcom avait de plus gros problèmes, mais Daniel Wass l'a aidé en seconde période.

- Soler (6.5): il déclenche l'action du match, avec un appel gratuit qui provient de son centre parfait pour la tête de Rodrigo, synonyme de deux à zéro (33). Ses montées ont toujours été dangereuses pour la défense de Barcelone, mais il manque de précision sur son centre pour Kévin Gameiro (68ème). Milieu défensif, le jeune joueur de vingt-deux ans surprend toujours à un poste qui n’est pas le sien.

- Coquelin (6.5): le Français a été fidèle à ses habitudes. Véritable mort de faim, il était parfois gênant, comme l'illustrent deux de ses interventions contre Lionel Messi, l'une d'entre elles conduisant à un coup franc idéalement placé pour le Pulga. C'est lui qui lance Carlos Soler sur l'action du deuxième but (33), autrement dit, on ne peut pas trop lui en vouloir.

- Parejo (6): Le capitaine de Marcelino méritait son statut de leader incontesté en perdant très peu de ballons. A trente ans, le milieu de terrain formé au Real Madrid s'est très bien débrouillé face à Lionel Messi, témoigne de son intervention du 35ème. Remplacé par Geoffrey Kondogbia (64e), sa sortie sur blessure coïncide avec un déclin de son équipe. Averti cinq minutes après son entrée (69e), son remplaçant est proche du pire avec une intervention difficile contre Clément Lenglet.

- Guedes (5.5): L'ancien parisien n'était pas radin ce soir, multipliant les allers-retours pour venir le soulager. Excellent récupérateur, il a également dynamisé l'attaque de Valence, déclenchant une accélération dont il est le seul à avoir le secret, à l'instar de celle qui précède un malentendu entre Gérard Piqué et son porteur (40ème). Sa première chance réelle attend le retour du vestiaire, mais son tir lèche le poteau droit de Jasper Cillessen (48ème). Ce qu'il a manqué dans la cage de Jasper Cillessen tard dans le match aurait pu coûter très cher à son équipe.

- Rodrigo (7): il aurait pu passer beaucoup de temps après cinq minutes de jeu. Profitant d'une énorme gaffe de Clément Lenglet, l'Espagnol voit Gérard Piqué se dégager pour l'empêcher d'ouvrir le score. Loin de refaire le film de cette action, il a entièrement géré son premier semestre, récompensé logiquement par une frappe franche au fond des filets (33). Plus discret en deuxième période, il est remplacé par Mouctar Diakhaby (86e), inscrit pour consolider le succès valencien.

- Gameiro (7): On ne pouvait pas le trouver avant près de vingt minutes, il n'avait pas touché le ballon le moins intéressant, le Français n'avait besoin que d'un geste franc pour ouvrir le score. Et quel objectif! Bien que parfaitement servi, l'ancien PSG accroche parfaitement Alba et déclenche un hit imparable pour Jasper Cillessen (21ème). Il a également très bien lancé Carlos Soler sur une action franche du troisième but (68e) mais ne voit pas le cuir revenir en dépit d'un bon appel. Remplacé par Cristiano Piccini (73e) qui se fait prendre par Clément Lenglet sur la réduction du score de Barcelone (73e).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.