[Faits Divers] Un jeune homme tué devant son lycée à Mayotte

0
29

Un élève du lycée Sada a été tué après une violente bagarre au cours de laquelle il a été la cible de cailloux. Une source de la gendarmerie de Mayotte nous a dit hier que le jeune homme de 19 ans aurait succombé à une ou plusieurs blessures par arme blanche.

Les médias mahorais tous relaient depuis hier la nouvelle d'une tragédie survenue à Sada en fin de matinée. Un homme de 19 ans a été victime d'une agression meurtrière juste devant le lycée de cette commune de l'ouest de Mayotte. La victime avait quitté le quartier de Passamainty à Mamoudzou, vraisemblablement pour finaliser sa scolarisation, expliquent nos collègues du Journal de Mayotte.

"Une bagarre a éclaté, pour des raisons qui restent à clarifier. Ce jeune homme a été pris en charge par une bande d'une douzaine d'individus, suivie d'une impasse, avec un coup fatal contre lui. Les assistants sont arrivés très rapidement et ont essayé de le faire revivre pendant très longtemps, en vain, nous n'avons pu que constater la mort "a déclaré peu après le général Philippe Leclercq, commandant de la gendarmerie Mayotte.

Il semble finalement que la victime ait succombé à une ou plusieurs blessures par arme blanche, comme indiqué en fin d'après-midi, source de gendarmerie. Il était impossible de savoir hier si les autorités avaient pu mettre la main sur les auteurs de cette agression meurtrière. Il semble qu'ils se soient enfuis après les faits.

Agression récurrente

Toujours selon nos collègues de Journal de Mayotte, le procureur Camille Miansoni, le chef du personnel du préfet Etienne Guillet et le vice-recteur de Mayotte ont assisté à un séminaire à l'intention des nouveaux enseignants quand ils ont appris la nouvelle. Ils sont immédiatement allés là-bas.

La brigade de gendarmerie de Sada a été saisie de la procédure mais tout laisse à penser que ce sont leurs collègues de la section de la recherche de Mayotte qui seront en charge du dossier. La police disait hier "très vigilant sur les conséquences possibles de ce geste". De toute évidence, il fallait assurer le risque de représailles.

C'est malheureusement loin d'être la première fois que des scènes de violence extrême se déroulent dans un tel contexte, à l'île à parfums. En septembre 2017, notamment, une adolescente avait reçu plusieurs coups de couteau devant le Bandrele College. Il aurait pu miraculeusement survivre pendant que sa vie était engagée.

Un mois plus tard, un lycéen de Mamoudzou a été poignardé devant son école. En février 2018, le personnel du lycée Kahani a exercé son droit de rétractation après l'attaque de son école par des dizaines de jeunes hommes armés de machettes et de barres de fer …

HA.

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.