Home » Faites preuve de la plus grande prudence, plaidoyer TRO indésirable contre la loi antiterroriste

Faites preuve de la plus grande prudence, plaidoyer TRO indésirable contre la loi antiterroriste

by Nouvelles

Metro Manila (CNN Philippines, 18 juillet) – Le principal avocat du gouvernement exhorte la Cour suprême à rejeter les pétitions demandant une ordonnance d’interdiction temporaire contre la loi antiterroriste, dont la constitutionnalité est remise en question.

Dans un commentaire de 223 pages déposé vendredi, le solliciteur général, José Calida, a rappelé à la Haute Cour que le pouvoir judiciaire “doit faire preuve de la plus grande prudence, de la plus grande prudence et de la plus grande judiciosité lors de la délivrance d’ordonnances de ne pas faire et de brefs injonctifs.”

“Le bref ne doit pas être accordé à la légère ou précipitamment, mais seulement lorsque le tribunal est pleinement convaincu que la loi le permet et que l’urgence l’exige”, a déclaré Calida.

Il a fait valoir que les huit pétitions consolidées contre la loi antiterroriste récemment signée n’a pas prouvé que sa mise en œuvre causerait “un préjudice grave et irréparable” aux droits constitutionnels des pétitionnaires.

Calida a déclaré que c’est le public qui serait menacé d’attaques terroristes si la loi n’était pas appliquée.

Loi de la République 11479 ou loi anti-terroriste de 2020 a pris effet samedi, selon le ministère de la Justice, même si certains experts en droit ont fait valoir que la date de début devrait être le 22 juillet, soit 15 jours après la publication de la mesure dans un journal et pas seulement dans le Journal officiel en ligne.

Les règles et règlements d’application “viendront dans 90 jours”, a déclaré le conseiller à la sécurité nationale Hermogenes Esperon, Jr. à CNN Philippines, ajoutant que le Conseil antiterroriste avait commencé à y travailler.

Arrestation et détention sans mandat

Parmi les dispositions très contestées figure l’article 29, qui prolonge la durée de l’arrestation et de la détention sans mandat des terroristes présumés, de trois jours en vertu de la loi antérieure à 24 jours.

LIRE: Une période de détention de trois jours pour les terroristes présumés est plus que suffisante, fait valoir Solon

Calida a souligné que bien que le terme «suspect» ait été utilisé dans la loi, ce n’est «pas une autorisation d’arrêter une personne sur la base de simples soupçons».

«Contrairement à l’interprétation des pétitionnaires, l’utilisation de« suspect »à l’article 29 ne signifie donc pas du tout l’abandon d’une cause probable comme seuil pour une arrestation sans mandat en vertu de l’article 5 (b), article 113 du Règlement de la Cour révisé,» Dit Calida.

Il a ajouté qu ‘«il n’y a rien dans la Constitution qui interdit une période de détention de plus de trois jours».

“Ce que la loi n’interdit pas, elle le permet”, a-t-il dit.

Se prémunir contre les abus

La loi antiterroriste a été la cible de critiques locales et internationales, comme le disent les experts, il assouplit les garanties des droits de l’homme et est ouvert aux abus. Les responsables de l’administration, ainsi que les législateurs qui ont rédigé et parrainé la mesure, nient la prétendue inconstitutionnalité de la loi.

L’un d’eux est le sénateur Panfilo Lacson qui a déclaré samedi dans un communiqué qu’il «fera un effort supplémentaire pour se prémunir contre d’éventuels abus dans sa mise en œuvre».

“Maintenant que la loi antiterroriste de 2020 est en vigueur, le peuple philippin est assuré d’une loi qui permet aux Philippines de mettre en place la forte riposte nécessaire contre la menace du terrorisme”, a déclaré Lacson, un ancien chef de la police nationale.

Le président Rodrigo Duterte a précédemment défendu la mesure, disant qu’il ne sera pas utilisé contre des citoyens respectueux des lois, mais a souligné que les rebelles communistes devraient être considérés comme des terroristes parce que “je les ai finalement déclarés être un”.

Lacson a déclaré qu’il s’agissait peut-être d’une “opinion personnelle” du président, mais la pétition du gouvernement visant à déclarer le Parti communiste des Philippines et sa branche armée, la nouvelle armée populaire, comme terroristes devra être jugé et approuvé par la Cour d’appel.

Anjo Alimario de CNN Philippines a contribué à ce rapport.

https://platform.twitter.com/widgets.js

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.