Exigences allant jusqu’à 30 ans pour le meurtre d’un homme et la tentative de meurtre d’un fils (5) à Amstelveen | À PRÉSENT

Le ministère public (OM) a requis mardi des peines de prison pouvant aller jusqu’à trente ans devant le tribunal d’Amsterdam pour le meurtre de Rachid Kotar à Amstelveen en 2019. L’homme de 39 ans avait emmené son fils de 5 ans en cours de natation au moment où il a été abattu par derrière alors qu’il montait dans la voiture.

L’une des balles a volé par la porte arrière ouverte où le garçon venait d’entrer. Les deux hommes armés sont accusés de tentative de meurtre.

Des images de la liquidation montrent comment le garçon doit enjamber le corps de son père décédé pour sortir de la voiture. Il regarde son père un instant puis s’enfuit au gymnase Health City sur l’Escapade où il vient de suivre des cours de natation.

“Images d’un meurtre horrible et d’une tentative de meurtre”, a déclaré le procureur de la République. “La présence du garçon rend la chose encore plus grave.” Selon l’OM, ​​les hommes armés ont vu que Kotar était avec son fils, “mais ils se sont quand même précipités vers leur cible”.

La justice est convaincue que Jurviën M. (21 ans) a tiré une série de balles sur la victime le 12 décembre. L’arme de Jonathan C., 27 ans, aurait refusé et il aurait donc frappé la tête de Kotar avec son fusil. Ces soupçons sont démentis par les hommes. Tous deux ont reçu la peine la plus lourde de la justice.

Le troisième suspect est Saifeddine M. (24 ans). Il aurait collé une balise sous la voiture de Kotar à deux reprises, afin que la victime puisse être suivie. Il l’a également admis, bien que M. affirme qu’il n’a jamais su qu’il s’agissait d’un meurtre. Ce dernier n’est pas cru par la justice, qui a requis une peine de 22 ans pour avoir co-perpétré la liquidation.

La liquidation s’inscrit dans les meurtres en série dans le monde souterrain

Le motif exact du meurtre n’est pas devenu clair, mais le ministère public suppose qu’il s’agit d’un règlement dans l’environnement criminel. Selon Le Parool Kotar appartenait à un groupe qui était en conflit avec Ridouan T.

La liquidation s’inscrit dans un série meurtres et tentatives de meurtres, selon le ministère public, avec un seul et même intermédiaire : Jomaido D. Il est incarcéré, soupçonné d’avoir commis des meurtres contre rémunération.

Mercredi, c’est au tour de la défense. Le tribunal statuera le 25 juillet.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT