Everest ouvre grand ses portes

0
28

L'étape Hillary, ou ce qu'il en reste après le séisme de 2015, sera dans les prochains jours la chose la plus proche d'une station de métro aux heures de pointe. Et ce n'est pas une exagération. Everest a accroché l'affiche complète ces jours-ci. Plus de 500 personnes sont stationnées dans leurs différents champs de hauteur pour se frayer un chemin sur le toit du monde entre aujourd'hui, le 21 mai et le prochain 23. pour les plus arriérés, annonce toujours une dernière "fenêtre" de beau temps entre les jours 26 et 28.

Tout pointe vers un nouveau record de sommets en une seule année, établi l'an dernier en 715 montées. Il est déjà permis permis. Pour le moment, le sommet avoisine les 150 mais la graisse vient d’aujourd’hui. Gyanendra Shrestha est la représentante du ministère du Tourisme népalais dans le camp de base de l'Everest. Le contact entre les expéditions commerciales et la bureaucratie de Katmandou. Chaque année, essayez de garder une trace des activités des expéditions et de leurs ascensions. Selon ses calculs, entre aujourd'hui et mercredi, 591 personnes vont tenter de fouler le toit du monde.

Cette nuit passée, 122 clients et sherpas appartenant à 4 groupes commerciaux ont dormi dans le Collado Sur (8 000 m.). Aujourd’hui, ils comptaient gravir les échelons supérieurs. Pour ceux qui semblent fous, attendez de voir les prévisions de demain, jour 22: pas moins de 297 personnes sur 9 expéditions attendent, entre les camps 3 et 4, de grimper ce jour-là. La "fenêtre" actuelle se ferme mercredi 23 avec "seulement" 172 "alpinistes prévus au sommet de Chomolungma.

Et tout cela uniquement à cause de la pente du Népal. À travers le Tibet (Collado Norte et Arista Noroeste), les sherpas des spots publicitaires devraient finir d’équiper la route aujourd’hui. et près de 300 alpinistes d’une demi-douzaine d’expéditions commerciales attendent avec la pelle à glace entre les dents pour se lancer au sommet.

Mais la grande activité sur le toit du monde ce printemps commence aujourd'hui. L'Américain Cory Richards et l'Equateur Esterban 'Topo' tenteront d'ouvrir une nouvelle voie du côté nord, sans oxygène et dans un style alpin. C'est un couloir qui monte très directement du camp de base avancé, à gauche de l'imposante face nord.

L'équipe américaine a annoncé que ce minuit ira sur le mur et ne donnera aucune information pendant votre ascension. Richards a expliqué dans une vidéo: "La fenêtre climat est ici. Ce n'est pas idéal, mais si nous en attendons plus, nous risquons de perdre l'occasion. En montagne, les conditions ne sont jamais parfaites et cela fait partie du processus et du voyage. Les risques estimés sont attendus et, heureusement, dans notre cas, nous sommes entourés d'experts qui nous aident à prendre nos décisions ».

La nouvelle route que veut ouvrir Cory Richards longe le côté gauche de la face nord.
La nouvelle route que veut ouvrir Cory Richards longe le côté gauche de la face nord. / ERICH ROEPKE

Les huit mille autres

Et les huit mille autres ne marchent pas derrière l’Everest, ce qui était courant les années suivantes. Pour la première fois, trois autres ont vu leur itinéraire cousu au sommet, «ascenseur» par lequel des centaines de «grimpeurs» ont défilé dans des sommets autrefois effrayants tels que l’Annapurna, le Kangchenjunga ou, dans une moindre mesure, le Makalu.

Annapurna

Selon les statistiques, l’échomil le plus meurtrier a atteint 32 personnes à ce jour, un record absolu. La précédente était de 26 personnes et date de 2010, lorsque Miss Oh et Edurne Pasaban étaient en pleine course pour terminer les 14 000 huit mille et elles ont grimpé à à peine un mois d’écart (en fait, pour le Coréen, c’était «leurs» huit mille dernières). Sa présence dans la montagne a eu un effet appelé d'autres expéditions, et le camp de base était plus peuplé que jamais. Bien que avec une petite différence: ce ne sont pas des expéditions commerciales.

Mais il y a encore des romantiques. C'est le cas d'Adam Bielecki et de Felix Berg, qui souhaitaient ouvrir une nouvelle voie sur la face nord-ouest de la montagne. Dans le style alpin, bien sûr. Un style dont la règle non écrite dit que vous ne pouvez pas toucher la montagne tant que vous n'y entrez pas par l'itinéraire prévu. Alors Ils ont décidé de s’acclimater au Langtang Lirung, un sietemil plus difficile que huit mille. Objectif seul pour tout autre alpiniste en toute autre circonstance. Mais Adam Bielecki, sans conteste le meilleur grimpeur de la nouvelle génération polonaise, aime l'impossible. Et cela continuera ainsi. La complexité de la montagne, conjuguée à une météo insuffisante, les a empêchés de bien s'acclimater. Et dans ces conditions, et avec la saison déjà dans moins de deux semaines, entrer dans l'Annapurna aurait été un suicide.

"Nous avons choisi la sécurité avant l'ambition", a expliqué le polonais dans leurs réseaux sociaux le week-end après avoir annoncé leur retour chez eux sans même avoir atteint l’Annapurna CB. "La neige qui tombe constamment au cours des derniers jours montre que notre décision de revenir était la seule possible. Les prévisions météorologiques pour la semaine prochaine sont très mauvaises. Le temps ne nous a pas donné l’occasion de gravir une montagne aussi belle et difficile que le Langtang Lirung. L'Annapurna est également constamment enneigée et notre acclimatation est trop faible pour nous permettre de gravir un nouvel itinéraire difficile en huit milles. Nous sommes obligés de mettre fin à notre expédition ", a-t-il conclu.

Makalu

C'est un autre des cinq «gros» agressés par des publicités. Le résultat est 42 sommets par une demi-douzaine de publicités, à défaut de terminer la saison, la troisième année avec plus de montées dans son histoire. Mais le prix a été élevé. Rien de moins que 3 morts, un tiers de ceux qui accumulent les huit mille hommes cette année. Deux Indiens et Richard Hidalgo, considéré comme le meilleur alpiniste péruvien, ont été retrouvés morts dans sa tente après avoir atteint un sommet sans oxygène artificiel. Et depuis leur camp de base, ils annoncent de nouvelles opérations de sauvetage en cours …

Kangchenjunga

Dans la troisième plus haute montagne du monde, et également considérée comme l'une des plus difficiles, les chiffres sont également record. Il n'y en avait que 28 dans la première étape des sommets (le record est de 36 en 2011) qui offrent des données révélatrices. Remises sur les trois sommets de l’équipe de Nirmal Purja, le Gurkha qui veut relever les 14 huit mille en sept mois, les 25 restants correspondent à 14 sherpas et 11 clients. Un ratio de plus d'un Sherpa par client …

Lhotse

Le Lhotse a depuis longtemps perdu sa "virginité" en ce qui concerne les équipements sur la route, qui sont concernés par des messages publicitaires. Sans doute sa proximité avec l'Everest a exercé une influence fatale pour le «South Peak» (traduction littérale du nom tibétain de Lhotse, sans aucun doute le nom original moins romantique de tous les huit mille).

Jusqu'à présent, il a une vingtaine de sommets confirmés, un chiffre qui sera mis à jour jour par jour. Quatre d’entre eux sont particulièrement significatifs: l’équipe formée par Moeses Fiamoncini, Sergi Mingote, Juan Pablo Mohr et Carlos Garranzo l'ont réalisé sans oxygène artificiel dans le cadre d'un projet dans lequel ils voulaient lier le Lhotse à l'Everest sans passer par le camp de base partagé par les deux montagnes. Mais comme d'habitude, la réalité l'a empêché. Au cours de la descente, ils ont dû aider à secourir un couple d'alpinistes, dont l'un est décédé, et l'usure accumulée les a dissuadés. Après s'être reposés à peine 48 heures dans le camp de base, aujourd'hui, jour 21, ils partent pour le sommet de l'Everest, qu'ils essayeront également sans oxygène en bouteille.

Mais la partie la plus intéressante de Lhotse cette saison est enregistrée sur l’autre versant de la montagne, sa légendaire Face Sud. Là-bas, une équipe dirigée par le Coréen Sung-Taek Hong, qui comprend également l'asturien Jorge Egocheaga, tente d'ouvrir une nouvelle voie à travers le centre du mur. Ce n’est rien de moins que le La sixième tentative de M. Hong, obsédé par ce mur depuis qu'il a terminé les quatorze mille huit mille, bien que le premier au printemps. Lors des dernières expéditions, il a été accompagné par l’Asturien, un alpiniste très fort mais pas très médiatique (il n’accorde pas d’interview, ne fait pas de publicité à ses exploits) qui tient compte des 14 à 8 000 montés bien qu’il reste à quelques mètres du sommet du K2 par une plaque de glace qu'il jugeait trop dangereux de traverser.

Le groupe a aménagé le mur du camp 4 et se repose actuellement dans le village voisin de Chukung afin de reprendre des forces avant l’attaque imminente du dernier sommet.

Dhaulagiri

Le «Dhaula» est l’un des rares huit milles habitants à avoir échappé aux expéditions commerciales de ce printemps. Nirmal et ses deux compagnons sherpas ont grimpé il y a une semaine pour entrer dans l'Annapurna et le Kangchenjunga, mais la route a dû être modifiée car elle n'était pas équipée et il est peu probable qu'un nouveau sommet ait lieu. Au moins par la voie normale.

Et celui qui se concentre sur cet Ochomil est placé cette saison sur son bord nord-ouest, le seul qui ne soit pas redimensionné depuis la septième plus haute montagne du monde. Les Roumains Horia Colibasanu et Marius Gane et le Slovaque Peter Hamor sont là depuis près d'un mois à la recherche de l'ouverture de cet éperon esthétique. Au moment où il a surmonté certaines des parties les plus techniques de la montagne et après avoir atteint près de 7 000 mètres, il repose dans le camp de base avancé (5 600 m.) En attendant une fenêtre de beau temps leur permettant d’attaquer le top

"Nous sommes actuellement dans le camp de base", a déclaré Hora dans ses réseaux sociaux. "Il fait froid, avec pluie, vent et neige. Nous ne pouvons absolument rien faire. Espérons que nous sauvons un autre anticyclone. Du côté positif, c'est notre chance de nous reposer. Compte tenu de la situation actuelle, il est certain que nous ne disposerons que d’une fenêtre de beau temps et, par conséquent, d’une seule occasion d’attaquer le sommet. Ce sera une ascension constante et continue. A partir du moment où nous partons, notre objectif est le top. Ce sera un grand défi qui, nous l’espérons, durera 5 jours. En grimpant, il va falloir s’acclimater facilement. Une fois que nous avons passé la cheminée que nous avons déjà sécurisée, nous pouvons continuer à pied. Nous attendons le beau temps, c’est ce qui compte le plus pour nous ", at-il conclu.

. (tagsToTranslate) everest (t) ouvre (t) des portes

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.