Est-ce que l'essence la moins chère du monde est destinée aux Vénézuéliens?

Caracas, Venezuela. – Au milieu d'un insolvabilité croissante ce qui oblige le gouvernement à faire défaut sur le paiement de la dette extérieure et à se financer avec la création de monnaie, le président de Venezuela, Nicolás Maduro, a annoncé une nouvelle politique pour la vente et le prix de l'essence, dans un pays où le carburant est le moins cher de la planète.

"Quelle quantité d’essence va en Colombie? Tonnes (sic), produit d’hydrocarbures au Venezuela, l'essence, en disant qu'il est donné est peu. Ici, l'essence ne vaut rien. Mais dire que c'est un mensonge, ça vaut beaucoup, l’Etat le paie. Nous devons aller à un usage rationnel et équitable ", a annoncé Nicolás Maduro le 28 juillet passé.

A immédiatement signalé qu’il relierait la vente de carburant pour les véhicules à carte de pays, l’identification qui donne accès aux liens et aux boîtes d’aliments distribués par le gouvernement: "Toutes les personnes qui ont une voiture, une moto, le transport public de passagers, le transport public de marchandises, tout le monde qui a un véhicule à moteur doit se rendre au grand recensement national de l'automobile. Pour une nouvelle politique énergétique nationale, liée à la carte d'identité nationale ".

Au taux de change officiel, Les Vénézuéliens paient un litre d'essence à 95 octanes à 0,00003 cent et à 0,000005 cent pour une essence à 91 octanes. Avec ces valeurs très basses, Le Venezuela a l'essence la moins chère du monde.

Selon le dernier rapport du cabinet de conseil Global Petrol Prices, qui analyse 165 pays, le deuxième pays avec l'essence la moins chère est l'Iran où il a un coût de 0,27 dollars par litre. Dans d'autres pays d'Amérique latine tels que l'Équateur, cela coûte 0,39 dollar et en Colombie et au Brésil, pays avec une frontière terrestre avec le Venezuela, respectivement 0,82 et 1,21 dollar.

Subvention et contrebande

Douglas Barrios, chercheur au Centre de développement international du Université de Harvard et qui a publié des travaux sur le prix du carburant au Venezuela, explique que «l’essence est absurdement bon marché». Si, au cours des quinze dernières années, le pays avait exporté de l'essence vendue en interne, il aurait obtenu un montant cumulé de 135 milliards de dollars. C'est l'ampleur de la subvention qui, en 2017, malgré la crise, s'est élevée à 5 000 millions de dollars ".

"Dans 2015 C'était la dernière fois que le gouvernement présentait un budget. La subvention à l'essence pour cette année a dépassé trois fois la somme des dépenses budgétisées pour l'éducation, la santé et la sécurité sociale"Ajoute Douglas Barrios.

La subvention pour l'essence ne profite pas à tous les Vénézuéliens de la même manière. "Les recherches que nous avons menées indiquent que 27% vont à la population immergée dans la pauvreté, 26% au quintile de revenu le plus élevé et environ 45% aux passeurs qui achètent de l'essence à des prix ridiculement bas et la revendent en Colombie." Douglas Barrios.

Le 24 septembre 2014, Eulogio Del Pino, alors président de Pdvsa, a déclaré que la contrebande quotidienne de carburant se situait entre 50 000 et 100 000 barils.

"S'il y a 100 000 barils, nous parlons de 16 millions de litres d'essence qui sont passés en contrebande chaque jour, il s'agit d'un mécanisme d'extraction de revenu que paient les Vénézuéliens", a déclaré Douglas Barrios.

Recensement et contrôle

Entre le 1er et le 5 août, les Vénézuéliens ont dû s'inscrire au "recensement de l'automobile" que le gouvernement avait lancé précédemment pour définir le nouveau prix et l'accès à l'essence. Bien qu'il n'y ait pas eu plus d'informations, il est clair que seuls ceux qui ont la carte de pays & # 39; peut bénéficier d'un mécanisme de subvention.

"Il s’agit d’un recensement national qui nous permettra de connaître en détail l’ensemble de la flotte existant au Venezuela pour réorganiser les mécanismes de subvention qui, dans le cadre de la relance économique, seront accordés à chaque citoyen par la carte de la patrie", a déclaré Delcy RodríguezVice-président de la République.

L'enregistrement, qui peut être effectué sur Internet ou dans les cases Bolívar de chaque région, nécessite toutes les données nécessaires pour identifier le propriétaire et le véhicule, ainsi que la capacité du réservoir d'essence.

Sous le soleil, quelque 600 personnes ont attendu patiemment dans la matinée du premier vendredi d'août pour être servies dans les auvents rouges que le gouvernement a rassemblés sur la Plaza Bolivar à Caracas, dans le centre historique de la ville, pour s'inscrire auprès de le recensement. automobile. 500 autres personnes ont attendu la carte d'identité du pays qui, selon les chiffres officiels, compte déjà plus des deux tiers de la population d'âge légal.

" Si vous voulez acheter de l'essence, vous devez vous enregistrer, vous ne pouvez pas rester à l'écart, Je n'ai pas internet, il fallait que je vienne ", explique Carlos Castillo, qui travaille comme chauffeur de taxi.

José Batista dit qu’il n’est pas d’accord avec l’augmentation du prix de l’essence. «C’est un pays riche en pétrole, il ne devrait pas monter, et je ne semble pas non plus demander la licence du pays pour vous vendre. , mais c'est ce qu'il y a ", déplore-t-il.

Erick Gutiérrez est en désaccord et affirme que "le recensement devrait être utilisé pour resserrer les noix et arrêter la contrebande". "La carte d'identité du pays est la manière dont les gens vont bénéficier parce que nous sommes un pays pétrolier, il n'y a rien de mal", ajoute-t-il.

Mais tout n'est pas passivité. Cinq groupes de transporteurs qui desservent des zones de la capitale ont visité les avenues Caracas pour rejeter le recensement et se plaindre du manque de pièces détachées qui, en raison de la contraction des importations, se traduit par une pénurie de caoutchoucs, de batteries et de pièces pour le moteur. .

"La décision de la majorité est que nous ne sommes pas d'accord avec un nouveau recensement, nous nous sommes inscrits sept fois et nous avons arrêté plus de 90% des unités en raison du manque de pièces de rechange. Personne ne sait ce qui va se passer avec l’essence, s’ils vont nous donner quelques litres et à quel prix », explique Hugo Ocando, président du bloc de transport dans l’ouest de Caracas.

Le miroir iranien

Francisco Monaldi, professeur de l’Institut Baker de Université Rice à Houston, estime qu'il est urgent pour le gouvernement d'introduire des changements dans les prix et l'accès à l'essence, "ils doivent supprimer le marché intérieur du carburant, car l'effondrement de la production pétrolière au Venezuela est si important que c'est la manière de garantir un excédent pour l'exportation"

Selon les chiffres communiqués pa
r le gouvernement à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole ( OPEP) La production de pétrole du Venezuela était de 1,5 million de barils par jour à la fin du mois de juillet, soit 42% de moins qu'en juillet 2015..

Il y a dix ans, la consommation de carburant domestique (pas seulement l'essence) dépassait les 700 000 barils par jour et Francisco Monaldi souligne que selon les documents internes de PDVSA, il devrait se situer autour de 430 000 barils cette année.

Francisco Monaldi n'exclut pas que "le gouvernement vénézuélien fasse quelque chose de similaire à ce que l’Iran a fait il ya des années quand il a essayé de résoudre le problème qui a généré les bas prix de l’essence. tarif subventionné jusqu'à un certain nombre de litres. Une fois ce montant dépassé, l'essence était payée à un prix international. "

"Cela a généré un marché noir des puces, des demandes d'exceptions de la part des différents groupes et bientôt, en raison de l'inflation, a réapparu la subvention dans le prix le plus élevé de l'essence, c'était une politique ratée. La différence est que les Iraniens ne l’ont pas conçu comme un instrument de domination politique à travers une carte de pays », explique Francisco Monaldi.

Il ajoute que "l'un des défis que le gouvernement Maduro devra relever est qu'en raison de l'hyperinflation, il devra ajuster les prix de manière continue".

Charger et redistribuer

Douglas Barrios croit que " très probablement une subvention différenciée sera mise en œuvrePar exemple, il n'y aura pas d'augmentation du prix de l'essence pour le transport de fret ou de passagers et oui pour les véhicules privés. Si c'est ce qui finit par faire le résultat, ce sera que la contrebande ne sera pas finie car il y aura toujours un gain énorme avec l'arbitrage et l'État ne sauvera que la partie de la subvention qui va à un sous-segment du privé. secteur ".

Cependant, Delcy Rodríguez a déclaré que le principal objectif de la nouvelle politique est de «mettre fin aux mafias de la contrebande qui prennent le carburant du peuple vénézuélien pour soutenir des régimes non démocratiques comme la Colombie, par exemple, soutenus par des mafias criminelles vivant principalement de faire la guerre économique au peuple vénézuélien. "

Face à la question de savoir quel serait le modèle approprié pour la commercialisation de l’essence au Venezuela, Fracisco Monaldi est enclin à adopter un régime similaire à celui appliqué par l’Iran après l’échec des tarifs différenciés. "Fondamentalement, il s’agit de facturer l’essence au prix international et une partie des ressources obtenues, par exemple la moitié, est répartie entre les citoyens."

"Il est nécessaire de compenser la population, en particulier la population à faible revenu, car si vous ne le faites pas et collectez l’essence à un prix international, cela créerait un impact social énorme. La subvention actuelle est tellement régressive qu’elle distribue la moitié ce que vous obtenez en facturant l'essence au prix international, 80% de la population bénéficie d'un avantage important », ajoute-t-il.

Douglas Barrios souligne qu '«il est nécessaire de collecter de l'essence à un prix international pour éliminer les possibilités d'arbitrage et la contrebande. Une fois cela fait, les ressources provenant des subventions directes sont reversées à la population et aux plans sociaux ou à l'amélioration. des transports publics pourraient également être évalués. La moitié de la subvention étant actuellement destinée aux passeurs, tout le monde serait mieux loti. Ce devrait être le système à mettre en œuvre. "

Photos: Fuite militaire à Caracas après une "attaque avec des drones" avec des explosifs à Nicolás Maduro

Chargement

Galerie de chargement

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.