Nouvelles Du Monde

Essais cliniques sur le cancer du sein triple négatif : une percée médicale au Québec

Essais cliniques sur le cancer du sein triple négatif : une percée médicale au Québec

Les Québécoises atteintes de l’un des pires cancers du sein seront parmi les premières au monde à bénéficier d’essais cliniques qui pourraient améliorer leurs chances de survie, grâce à une percée médicale d’ici. «Les patientes attendent après nous et j’espère que l’étude va nous permettre de concrétiser leurs espoirs […] Et que les patientes québécoises soient servies en premier, c’est assez unique», se réjouit le Dr Jamil Asselah, oncologue au Centre universitaire de santé McGill et membre du comité directeur de l’étude mondiale TROPION-Breast04. Même s’il ne représente que 15% des cas de cancers du sein, le cancer triple négatif est l’un des plus graves. C’est un cancer à haut risque de récidive et de métastases, soit «une catastrophe au niveau des pronostics», lance le Dr Asselah. «Une fois que [les cancers triple négatifs] se généralisent, la quasi-totalité de nos patientes meurt après 5 ans», dit-il, d’où l’urgence de développer de nouveaux traitements. Les essais cliniques, qui débutent ici avant de se lancer dans 19 pays, jumellent de nouveaux médicaments pour un traitement plus ciblé que la chimiothérapie traditionnelle. Le premier est un médicament anticorps conçu pour cibler une protéine à la surface des cellules cancéreuses et l’endommager. Le deuxième est un traitement d’immunothérapie qui s’allie au système immunitaire pour détecter et éliminer les cellules cancéreuses. En s’attaquant ainsi plus directement aux cellules du cancer triple négatif, alors que la chimiothérapie traditionnelle touche toutes les cellules, les chercheurs espèrent réduire les risques de récidive. «C’est l’hypothèse», précise le Dr Asselah, aussi président du comité scientifique du Groupe McPeak-Sirois qui dirige l’étude localement. Si le Canada mène ces essais cliniques en premier, c’est en raison des résultats intéressants obtenus dans les phases précédentes. D’ailleurs, la Montréalaise Nancie Brunet a été la première au monde à recevoir les nouveaux médicaments contre son cancer du sein triple négatif. «C’était hyper important pour moi, parce que ça change la donne pour les femmes qui suivent», souffle la femme de 52 ans. L’an dernier, elle a subi 16 traitements de chimiothérapie traditionnelle et une mastectomie partielle, mais des cellules cancéreuses restaient présentes, vu l’agressivité de son cancer. Le traitement plus ciblé était beaucoup moins dur sur son corps, avec moins d’effets secondaires, explique-t-elle, lui donnant une meilleure qualité de vie. Elle n’avait plus besoin de dormir 18 heures par jour, par exemple. Elle a ainsi espoir que de jeunes femmes pourront obtenir des soins moins dommageables, puisque la chimiothérapie généralisée peut nuire à la fertilité. Maintenant, ses chances de récidives sont aussi minimes, dit-elle avec espoir.
C’est quoi le TROPION-Breast04?
– Un essai clinique de phase 3 mondial visant à inclure 1700 participants dans 19 pays.
– Il jumelle un traitement d’anticorps pour cibler la protéine TROP2 des cellules cancéreuses et un traitement d’immunothérapie pour s’allier au système immunitaire.
– Le cancer du sein triple négatif tient son nom du fait qu’il n’a aucune des trois cibles habituelles pour les traitements du cancer du sein, soit les récepteurs d’œstrogènes (ER), de progestérone (PR) et la protéine HER2.
Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?
Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.
#Les #patientes #attendent #après #nous #une #percée #médicale #contre #lun #des #pires #cancers #sein #voit #jour #Québec
2023-11-28 23:30:00

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT