En deux ans, ils se sont appauvris de 90 %. Maintenant, ils ferment l’hôpital en signe de protestation.

Le personnel de l’hôpital Rafik Hariri de Beyrouth en a assez.

L’inflation au Liban est devenue sauvage. Les salaires des employés de l’hôpital n’ont pas suivi le rythme.

L’employé de l’hôpital Samar Jaber se sent exclu.

BEYROUTH (Aftenposten) : De plus en plus d’agents de santé veulent quitter le Liban. Ils ne sont pas seuls.

C’est en ébullition dans le plus grand hôpital du Liban. Le personnel de l’hôpital Rafik Hariri est réuni dans le hall. Ils se sont mis en grève.

– Assez. Ils doivent nous donner plus d’argent. Notre salaire ne tient plus, affirme Samar Jaber, employée administrative à l’hôpital.

Lire l’intégralité de l’affaire avec abonnement

Previous

Les doses de vaccins Covid gaspillées s’élèvent à 224 000 en Louisiane

Merci de l’intérêt que vous portez à RD.nl

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.