nouvelles (1)

Newsletter

Empreinte carbone des fruits de mer, vaccin contre le paludisme et chef de la santé aux États-Unis

Une infirmière remplit une seringue de vaccin contre le paludisme pour un nourrisson à l'hôpital du sous-comté de Lumumba à Kisumu, au Kenya, le 1er juillet 2022.

Une infirmière se prépare à administrer un vaccin contre le paludisme au Kenya.Crédit : Baz Ratner/Reuters

Le rappel du vaccin antipaludique prolonge la protection

Un vaccin antipaludique prometteur a été jusqu’à 80% efficace pour prévenir la maladie chez les jeunes enfants ayant reçu une injection de rappel un an après leur dose initiale, dépassant l’objectif de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de 75 % d’efficacité.

Les résultats de l’essai clinique, publiés le 7 septembre (MS Data et coll. Lancette infectée. Pousser https://doi.org/gqsmkb ; 2022) s’ajoutent aux données publiées l’année dernière et montrent que les réponses immunitaires – qui ont diminué au cours de l’année suivant la dose initiale de vaccin – peuvent être ramenées aux niveaux initiaux.

Les résultats laissent espérer que le vaccin, appelé R21, pourrait être une arme efficace dans la lutte contre le paludisme, qui est l’un des plus grands tueurs d’enfants dans le monde.

Mais les responsables de la santé publique auront besoin des résultats d’un essai plus vaste – avec plus de dix fois plus de participants, répartis dans quatre pays africains – avant de pouvoir confirmer la sécurité et l’utilité du R21 et de le déployer à plus grande échelle.

Mangez plus de poisson : quand passer aux fruits de mer aide — et quand ce n’est pas le cas

Remplacer la viande par certains types de fruits de mer issus de sources durables pourrait aider les gens à réduire leur empreinte carbone sans compromettre la nutrition, selon un analyse de dizaines d’espèces marines.

L’étude, publiée le 8 septembre (M. Bianchi etal. Commun. Terre Environ. 3, 188 ; 2022) suggère que les bivalves d’élevage — coquillages tels que les moules, les palourdes et les huîtres — et les petits poissons (pélagiques) de surface capturés dans la nature, notamment les anchois, le maquereau et le hareng, génèrent moins d’émissions de gaz à effet de serre et sont plus riches en nutriments que le bœuf, le porc ou le poulet.

La recherche visait à « mieux comprendre les impacts climatiques des fruits de mer à travers le prisme de qualités nutritionnelles très diverses », explique Peter Tyedmers, économiste écologique à l’Université Dalhousie à Halifax, au Canada.

MEILLEUR POISSON À FRIRE.  Graphique montrant que certains fruits de mer ont une valeur nutritionnelle plus élevée et génèrent moins d'émissions que la viande.

MEILLEUR POISSON À FRIRE.  Graphique montrant que certains fruits de mer ont une valeur nutritionnelle plus élevée et génèrent moins d'émissions que la viande.

Source : Bianchi, M. et al. Commun. Earth Environ. 3188 (2022).

En utilisant 41 espèces de fruits de mer, les chercheurs ont établi un score de densité nutritionnelle qui tenait compte des nutriments essentiels, tels que certaines graisses et vitamines. Les espèces étudiées comprenaient des poissons d’élevage et sauvages, des crustacés, des bivalves et des céphalopodes (le groupe qui comprend le poulpe et le calmar). L’équipe a ensuite utilisé les données d’émissions disponibles pour 34 de ces espèces afin de comparer leur densité de nutriments avec les émissions associées à leur production ou à leur capture.

La moitié des espèces offraient plus de valeur nutritionnelle pour leur argent en termes d’émissions (voir « Meilleur poisson à frire »). Saumon rose sauvage (Oncorhynchus gorbuscha) et saumon rouge (Rein d’oncorhynchus), ainsi que les petits poissons pélagiques capturés dans la nature et les bivalves d’élevage, étaient les meilleurs choix pour les sources de protéines riches en nutriments et à faibles émissions. Corégone comme la morue (Années spp.) avaient également un faible impact sur le climat, mais figuraient parmi les aliments les moins riches en nutriments. Les crustacés sauvages avaient les émissions les plus élevées, avec une empreinte carbone qui n’a d’égale que celle du bœuf. Les auteurs notent que leurs données sur les émissions n’incluent pas les émissions de « post-production », telles que celles générées par la réfrigération ou le transport.

Renee Wegrzyn dirigera l'ARPA-H, l'agence d'innovations en santé à haut risque et à haute récompense lancée par l'administration Biden.

Renee Wegrzyn dirigera l'ARPA-H, l'agence d'innovations en santé à haut risque et à haute récompense lancée par l'administration Biden.

Renee Wegrzyn est une ancienne responsable de programme au Bureau des technologies biologiques de la DARPA.Crédit : Ginkgo Bioworks

Une agence américaine de la santé d’un milliard de dollars obtient son premier chef

Le président américain Joe Biden a choisi Renee Wegrzyn, biologiste et ancienne scientifique du gouvernement, comme premier directeur de l’Agence des projets de recherche avancée pour la santé (ARPA-H), une agence créée par son administration pour trouver des solutions innovantes aux problèmes biomédicaux. Bien que les chercheurs applaudissent le choix de Biden, ils disent que Wegrzyn aura du pain sur la planche, car de nombreux détails sur l’agence sont encore dans les limbes, y compris la façon dont elle devrait être structurée.

Le Congrès américain n’a alloué à l’agence qu’un milliard de dollars en 2022 – au lieu des 6,5 milliards de dollars demandés par Biden l’année dernière – et n’a pas encore adopté de législation autorisant sa création. Les législateurs se sont disputés pour savoir si l’agence devrait être hébergée dans les National Institutes of Health, qui sont considérés comme un bailleur de fonds conservateur de la science, ou en être indépendante.

Wegrzyn a passé plus de cinq ans à travailler en tant que responsable de programme à la US Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), que l’administration Biden a l’intention d’imiter avec ARPA-H. À la DARPA, son portefeuille comprenait des projets qui utilisaient la biologie synthétique pour lutter contre les maladies infectieuses et renforcer la biosécurité.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT