Downer pour les épargnants : pas d’indemnisation pour ceux qui se sont plaints trop tard | De l’argent

La plus haute cour a statué en décembre que la manière dont la soi-disant taxe sur le rendement du capital est prélevée n’est pas acceptable. Les épargnants payaient des impôts sur des rendements fictifs qu’ils n’avaient jamais réalisés. Mais cette décision ne s’applique qu’aux personnes qui ont déposé leur plainte à temps.

Si vous ne vous conformez pas à cela, alors selon la Cour suprême, il n’y a pas non plus de droit à ce qu’on appelle une «réduction officielle» auprès des autorités fiscales. Une demande en ce sens aurait pu offrir une solution, mais des conditions particulières s’y rattachent. Et cela n’est pas satisfait parce que l’attaque de quelqu’un dans un tel cas a déjà été irrévocablement établie avant que la Cour suprême n’ait rendu ses conclusions à la fin de l’année dernière.

Le secrétaire d’État Marnix van Rij (Finances) travaillait déjà sur l’indemnisation. Environ 60 000 épargnants qui se sont opposés à la taxe pour les années d’imposition 2017 à 2020 recevront un remboursement automatique avant le 4 août. Mais pour les personnes qui n’ont pas protesté à temps et dont le bilan est déjà arrêté, aucun dispositif de redressement n’a encore été mis en place. Avant de le faire, le gouvernement a voulu attendre ces nouvelles conclusions de la Cour suprême.

Dans une réponse à Twitter, Van Rij dit qu’il est bon “que cette décision soit déjà là”. Désormais, le cabinet peut “étudier attentivement si et comment une récupération peut être proposée aux non-objecteurs”, selon le ministre. Il vous permettra de savoir ce que le cabinet décide finalement le jour du budget.

Le fait que l’administration fiscale ne soit pas légalement tenue de rembourser tous les épargnants dupés ne signifie pas nécessairement que cela n’arrivera finalement pas. Jurgen de Vries, président de Bond voor Belastingbeers, a souligné avant les déclarations de vendredi que le secrétaire d’État avait la possibilité d’indemniser ces autres personnes dans tous les cas.

Selon lui, le ministre pourrait toujours le faire par une décision politique. Il a ajouté qu’il ne serait en fait “pas juste” et “pas soigné” si le secrétaire d’État refusait de fournir de l’argent à toutes les personnes impliquées.

Il y a aussi un enthousiasme politique pour cela. La Chambre des représentants a déjà plaidé en faveur de l’indemnisation de tous les « petits épargnants » dans tous les cas, même si l’on ne sait toujours pas exactement qui en fait partie.

Néanmoins, la décision de la Cour suprême est une aubaine pour le Trésor. Le ministère des Finances avait déjà calculé ce que coûteraient si chacun récupérait son trop-payé d’impôts, le résultat de cette somme avoisinait les 12 milliards d’euros. En raison de la portée offerte par la Cour suprême, Van Rij peut limiter davantage les dommages financiers.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT