Discussions en cours sur les factures d’électricité des agriculteurs

Nuray Babacan-Ankara

Des pourparlers sont en cours pour trouver des moyens d’aider les agriculteurs à payer leurs factures d’électricité qu’ils utilisent à des fins d’irrigation afin d’éviter une éventuelle perturbation de la production agricole.

classe=”cf”>

Outre les factures d’électricité des agriculteurs, les autorités s’efforcent de résoudre des problèmes tels que la diminution des intrants agricoles et la hausse des prix.

Les discussions sur les factures se concentrent actuellement sur la formule qui permettrait aux agriculteurs de payer les factures après la récolte.

Une réunion avec les sociétés de distribution d’électricité a eu lieu où la question de la facturation des agriculteurs par périodes de six mois a été soulevée. En retour, les entreprises ont exigé que si la période de facturation change, des intérêts soient facturés.

Les autorités envisagent et discutent également d’autres options, telles que la réduction des prix de l’électricité pour le secteur agricole et l’octroi d’un soutien accru aux produits. Cependant, des progrès ont été réalisés sur les travaux concernant la facturation des agriculteurs après la récolte, tandis que d’autres questions ont été suspendues pour le moment.

Des membres des organisations non gouvernementales, qui représentent les agriculteurs, ont eu des entretiens avec des responsables du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir et ont recueilli les revendications et les plaintes des agriculteurs concernant la hausse des coûts des intrants utilisés dans l’industrie agricole.

Les pourparlers avec les sociétés énergétiques ont été coordonnés par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. L’idée que les agriculteurs paient leurs factures en mai et en août et que les entreprises facturent des intérêts a été lancée lors de ces réunions.

classe=”cf”>

Changer les méthodes de facturation et de paiement ne nécessiterait pas de nouvelle législation, mais cela pourrait être fait avec un protocole à signer entre les parties concernées au ministère de l’Énergie, ont déclaré des responsables.

Les agriculteurs ont également exigé une réduction de 50 % du prix de l’électricité qu’ils utilisent. Les sociétés de distribution d’électricité ont cependant rejeté cette demande, ont déclaré des responsables de l’AKP, notant que non seulement l’industrie agricole mais aussi d’autres secteurs demandent une électricité moins chère et qu’accorder une telle baisse des prix réduirait les revenus du gouvernement.

La hausse des coûts

Ces pourparlers, qui visent à donner un peu de répit aux agriculteurs, ont lieu à un moment où ils font face à des coûts plus élevés.

L’Institut turc des statistiques (TÜİK) a rapporté le 17 mai que l’indice des prix à la production pour les produits agricoles, ou agriculture-PPI, avait augmenté de 17,76 % en avril par rapport au mois précédent.

L’augmentation annuelle de l’IPP agricole s’est accélérée de 84,1% en mars à 118,5% en avril.

classe=”cf”>

L’indice du poisson et des autres produits de la pêche a augmenté de 0,12% en glissement mensuel pour une hausse annuelle de 75,7%.

L’indice des produits de l’agriculture et de la chasse et des services connexes a augmenté de 18% et celui des produits forestiers et des services connexes de 21% sur une base mensuelle.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT