Home » Discours de haine, Discours de haine | Le chercheur pense que cette étiquette en ligne est dangereuse :

Discours de haine, Discours de haine | Le chercheur pense que cette étiquette en ligne est dangereuse :

by Nouvelles

Comment lutter contre les discours de haine sans finir dans les tranchées ? La linguiste Anne-Birgitta Nilsen pense avoir la recette.


OSLO (Nettavisen) : – Il faut devenir meilleur pour dire que “je ne suis pas d’accord avec toi” et ensuite expliquer pourquoi, sans attaquer, mais s’en tenir au cas, dit la professeure et linguiste Anne-Birgitta Nilsen à OsloMet au journal en ligne.

Notre journal est l’un des nombreux journaux qui ont mené la semaine dernière la campagne « Je me lève contre le discours de haine en ligne », avec un appel à lutter contre le discours de haine en ligne. Le journal en ligne a demandé à Nilsen son avis en tant qu’expert en linguistique. Comment pouvons-nous généralement résister aux discours de haine en ligne ?

Met en garde contre les généralisations

– Ce qui est dangereux avec l’étiquette discours de haine, c’est qu’elle affaiblit le statut des gens, qu’elle porte atteinte à votre dignité, dit-elle et met ainsi en garde contre une utilisation large du terme.

Nilsen est parfois contrarié par un débat qui se déroule dans les tranchées. Dix ans après le bombardement du quartier du gouvernement et le massacre d’Utøya, le sujet du discours de haine et comment le combattre à nouveau est brûlant.

– Personne n’aime être appelé haineux. Personne n’est juste un ennemi. Le monde n’est pas noir et blanc, ce n’est pas eux et nous, les ennemis et le reste d’entre nous. Ce sont des généralisations grossières. On devrait plutôt parler de ce qui a été dit et dire que « je n’aime pas cette affirmation parce que », par exemple qu’elle est propre à créer des soupçons. Je remarque également que certains de ceux qui sont sortis durs font également la promotion de leur propre bonté. Mais nous n’avançons pas de cette façon. Nous n’avançons qu’en ayant un débat factuel, dit Nilsen.

A lire aussi : Le post de Fabian Stang a suscité de vives réactions : – Tellement enflammé que je supprime mon post

– Mieux se lire

Elle souligne que l’ambiguïté de la langue, le contexte de l’énoncé et notre propre interprétation de ce que les autres disent sont difficiles.

– Nous devons mieux entendre ce que dit l’autre partie, pas seulement nous laisser guider par les émotions qui sont déclenchées lorsque nous lisons et écoutons. Nous avons un peu trop de débats sur la peau, à mon avis. Nous devons mieux nous lire les uns les autres, pas seulement faire des suppositions.

Nettoie les réseaux sociaux

Si des débats comme celui sur le discours de haine et l’extrémisme devaient mener quelque part, Nilsen pense qu’une plus grande responsabilité doit être montrée sur les réseaux sociaux.

– J’ai fait beaucoup de recherches sur les réseaux sociaux, où la possibilité d’agir de manière anonyme est très répandue. C’est très malheureux parce que cela prive les gens de leurs responsabilités. Ils peuvent tout dire. Il y aura des conversations plus extrêmes. C’est pourquoi je pense qu’il est important de promouvoir la responsabilité dans ces forums, dit-elle.

A lire aussi : SV adopte une ligne dure contre Solberg : – Le gouvernement doit cesser de financer le racisme

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.