Nouvelles Du Monde

D’ici 2035, la moitié du monde pourrait être obèse

D’ici 2035, la moitié du monde pourrait être obèse

Plus de la moitié de la population mondiale sera classée comme obèse ou en surpoids d’ici 2035 si aucune mesure n’est prise, prévient le Fédération mondiale de l’obésité. La situation affectera plus de quatre milliards de personnes qui seront touchées, les taux augmentant le plus rapidement chez les enfants, indique ce rapport.

Demain, samedi 4 mars, le journée mondiale de l’obésité (BMD), un rendez-vous qui sert à attirer l’attention sur l’impact grandissant de cette maladie au niveau sanitaire, social et économique. Selon la Organisation mondiale de la SANTE (OMS), la prévalence de l’obésité dans de nombreux pays européens (dont l’Espagne) a triplé depuis 1980 et on estime que dans les pays européens plus de 70% des adultes ont un excès de poids malsain. Si les tendances actuelles se poursuivent, on s’attend à ce que d’ici 2030, plus de la moitié de la population européenne soit obèse.

Le président de la fédération, le professeur Louise Bauera décrit les conclusions du rapport comme un avertissement clair aux pays d’agir maintenant ou de risquer des répercussions à l’avenir.

Lire aussi  Votre horoscope du jour : 10 novembre

Le document met en évidence les taux croissants d’obésité chez les enfants et les adolescents, les taux devant doubler par rapport aux niveaux de 2020 chez les garçons et les filles.

Le problème est particulièrement grave si l’on tient compte, par exemple, du fait que l’obésité réduit l’espérance de vie de manière équivalente au tabagisme et qu’elle est la cinquième cause de décès dans le monde, comme en témoigne l’étude Atlas mondial de l’obésité 2023.

Baur a averti que la tendance était “particulièrement inquiétante”, ajoutant que “les gouvernements et les décideurs du monde entier doivent faire tout leur possible pour éviter de répercuter les coûts sanitaires, sociaux et économiques sur la jeune génération en évaluant les systèmes et facteurs fondamentaux” qui contribuent à l’obésité.

En Espagne, face à cette situation, la Société espagnole d’obésité (SEEDO) soulève une série de principales revendications, recommandations et lignes d’action pour le présent et l’avenir.

Surtout, comme le souligne la présidente de cette société scientifique, María del Mar Malagón, «il est essentiel que l’obésité soit reconnue comme une maladie chroniquequi participe au développement de nombreux facteurs de risque pour la santé et à l’apparition d’autres maladies chroniques, mais qui est évitable et traitable ».

Pour le plus haut représentant de SEEDO, un plan national et européen contre l’obésité est indispensable, d’autant plus si l’on considère qu’il existe encore de nombreux Européens qui pourraient bénéficier de soins médicaux pour l’obésité et qui n’en reçoivent pas.

Les effets de la prévalence de l’obésité dans les pays à faible revenu sont également mis en évidence dans le rapport. Neuf des 10 pays où les augmentations attendues de l’obésité mondiale sont les plus importantes sont des États à revenu faible ou intermédiaire inférieur d’Afrique et d’Asie.

Las razones incluyen tendencias en las preferencias dietéticas hacia alimentos más procesados, mayores niveles de comportamiento sedentario, políticas más débiles para controlar el suministro y la comercialización de alimentos, y servicios de atención médica con menos recursos para ayudar en el control del peso y la educación pour la santé.

Lire aussi  MediaTek Dimensity 8200 offre des performances de jeu pour HP 5G Premium

Les pays à faible revenu sont “souvent les moins capables de répondre à l’obésité et à ses conséquences”.

Les résultats estiment que l’augmentation des taux d’obésité dans le monde aura un impact significatif sur l’économie mondiale, équivalant à 3 % du produit intérieur brut mondial.

Le rapport souligne que sa reconnaissance de l’impact économique de l’obésité “ne reflète en aucun cas la culpabilité des personnes atteintes d’obésité”.

Obèse est un terme médical utilisé pour décrire une personne ayant un excès élevé de graisse corporelle. Le rapport utilise l’indice de masse corporelle (IMC) pour faire ses évaluations. L’IMC est calculé en divisant le poids d’un adulte par le carré de sa taille.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT