Home » Deux militaires, six militants tués lors d’affrontements avec J&K

Deux militaires, six militants tués lors d’affrontements avec J&K

by Nouvelles

DEUX membres du personnel de l’ARMÉE, dont un officier subalterne (JCO), ont perdu la vie et six militants ont été tués dans des fusillades distinctes à Rajouri au Jammu et à Pulwama et Kulgam au Cachemire, ont déclaré des responsables.

Pendant ce temps, une fermeture a été observée jeudi dans certaines parties de la vallée pour marquer la cinquième année depuis que le commandant militant Burhan Wani a été tué par les forces de sécurité.

A Rajouri, des sources ont dit L’express indien que Naib Subedar Sreejith M et Sepoy Maruprolu Jaswanth Reddy ont été tués dans une fusillade au village de Daddal dans le secteur de Sunderbani lors d’une opération menée par les forces de sécurité pour déjouer une tentative d’infiltration.

Deux “terroristes étrangers” du Pakistan ont été abattus lors de l’incident tandis qu’un autre soldat a été blessé, ont indiqué des responsables.

Quatre autres militants ont été tués lors d’affrontements successifs à la suite d’une opération de recherche au Cachemire, ont indiqué des responsables.

Selon des sources, la rencontre à Rajouri a eu lieu après que les forces de sécurité ont rencontré un groupe de militants qui s’étaient récemment infiltrés de l’autre côté de la frontière. L’armée était engagée dans de vastes opérations de recherche dans la région depuis le 29 juin.

Le porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Devender Anand, a déclaré qu’à la suite d’informations reçues mercredi sur la présence de militants, une patrouille de “recherche et destruction” cherchant “un engagement proactif avec les terroristes a été lancée” dans la zone forestière de Dadal.

« Les terroristes, interpellés, ont ouvert le feu et lancé des grenades à main. Les troupes ont riposté, conduisant à une confrontation féroce au cours de laquelle deux terroristes étrangers du Pakistan ont été tués », a-t-il déclaré.

Deux fusils AK-47 et des munitions ont été récupérés, et une opération de recherche est en cours dans la région, ont indiqué des responsables.

À Pulwama, des responsables ont déclaré que mercredi soir, une équipe conjointe de la police J&K, de l’armée et du CRPF avait lancé une opération de « cordonnage et de recherche » dans le village de Puchal après avoir reçu des informations sur la présence de militants. Les militants ont tenté de briser le cordon en lançant des grenades et en ouvrant le feu, entraînant une fusillade au cours de laquelle deux d’entre eux ont été tués, ont-ils déclaré.

La police a identifié les militants tués comme étant Kifayat Ramzan et Inayat Ahamd Dar, tous deux résidents du district de Pulwama, et a déclaré qu’ils étaient affiliés au groupe Al Badr.

Quelques heures plus tard, ont indiqué des responsables, une autre fusillade a eu lieu à Kulgam où une équipe conjointe de la police, de l’armée et du CRPF avait posé plusieurs points de contrôle dans le village de Zadora de Qazigund sur la base d’informations sur le mouvement des militants.

La police de J&K a déclaré dans un communiqué que « lorsqu’un véhicule suspect a reçu l’ordre de s’arrêter », deux militants « sont sortis du véhicule et ont commencé à tirer sans discernement ». “Cependant, la partie d’alerte a riposté efficacement, conduisant à l’élimination de deux terroristes sur place”, a déclaré la police.

La police a identifié les deux tués comme étant Nasir Ahmad Pandith de Redwani Kulgam et Shahbaz Ahmad Shah de Katrusu Kulgam, et a déclaré qu’ils étaient associés à Lashkar-e-Toiba (LeT).

Pendant ce temps, plusieurs magasins et établissements commerciaux de la ville de Srinagar et d’autres villes de la vallée ont été fermés, avec moins de véhicules sur la route, à la suite d’un appel à la fermeture prétendument lancé par le représentant basé au Pakistan du leader séparatiste Syed Ali Shah Geelani.

Cependant, la police J&K avait qualifié l’appel de faux et avait mis en garde contre toute action contre quiconque le faisait circuler. « Selon des sources familiales, le tweet de SAS Geelani est faux et émis par quelqu’un du Pakistan. La police prend des mesures contre ceux qui le font circuler pour inciter à la violence », a déclaré la police.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.