nouvelles (1)

Newsletter

Des vidéos sociales montrent que les manifestations en Iran se propagent après la mort de Mahsa Amini

La colère se répand dans tout le pays après la mort de Mahsa Amini, 22 ans, sous la garde de la “police de la moralité”

Les manifestations ont commencé modestement, devant l’hôpital de Téhéran où une Iranienne de 22 ans nommée Mahsa Amini est décédée la semaine dernière après avoir été détenue par la « police des mœurs » pour une violation indicible des sévères restrictions imposées par le pays sur la tenue vestimentaire des femmes. Mardi, les manifestations se déchaînaient à travers le pays, dans une explosion de chagrin, de colère et de défi. Beaucoup étaient dirigés par des femmes, qui brûlaient leurs foulards, coupaient leurs cheveux et scandaient « Mort au dictateur ».

La férocité des manifestations est alimentée par l’indignation suscitée par plusieurs choses à la fois : les allégations selon lesquelles Amini aurait été battue en garde à vue avant de s’effondrer et de tomber dans le coma ; les priorités du gouvernement iranien, dirigé par le président ultraconservateur Ebrahim Raisi, qui a strictement appliqué les codes vestimentaires et renforcé la police de la moralité détestée à une époque de souffrance économique généralisée ; et l’angoisse de la famille d’Amini, des Kurdes ethniques d’une zone rurale d’Iran, dont les expressions de douleur et de choc ont résonné dans tout le pays.

Amini n’avait aucun problème de santé qui expliquerait sa mort, a déclaré sa famille, qui ne comprenait pas comment elle avait suscité l’intérêt de la police. “Même une femme de 60 ans n’était pas autant dissimulée que Mahsa”, a déclaré son père, Amjad Amini, dans une interview accordée à un média iranien.

Des groupes de défense des droits affirment qu’au moins sept personnes ont été tuées lors des manifestations, les plus importantes en Iran depuis que des manifestations ont éclaté en 2019 contre la réduction des subventions sur le carburant. Lors de ces manifestations, comme celles qui secouent actuellement le pays, les autorités ont réagi en coupant le service Internet et en recourant dans certains cas à l’usage d’une force meurtrière, y compris à balles réelles.

Deux vidéos des villes kurdes d’Abdanan et de Kamyaran montrent des moments des manifestations qui ont éclaté en Iran le 17 septembre. (Vidéo : En haut : Rudaw TV via AP ; En bas : Twitter)

Des vidéos montrent des manifestants, certains parlant kurde, descendant dans les rues de Kamyaran et d’Abdanan, près de la frontière entre l’Iran et l’Irak. De nombreuses manifestations se sont concentrées dans l’ouest, la région pauvre et majoritairement kurde d’où est originaire la famille d’Amini. Les Kurdes – qui parlent leur propre langue, ont une identité culturelle distincte et sont pour la plupart des musulmans sunnites dans un pays à majorité chiite – se plaignent depuis des décennies de la négligence du gouvernement central.

Des manifestations, dont certaines violentes, se sont propagées aux villes religieuses iraniennes de Qom et Mashhad dans des vidéos mises en ligne le 20 septembre. (Vidéo : Twitter)

De grandes manifestations ont également éclaté dans deux villes iraniennes considérées comme saintes par les musulmans chiites et attirent chaque année des dizaines de millions de pèlerins. “Canons, chars et roquettes, les religieux doivent se perdre”, ont scandé les manifestants à Mashhad, la deuxième plus grande ville d’Iran et le site du sanctuaire vénéré de l’imam Reza. Ils se sont rassemblés sur la rue Ahmadabad, une artère principale, où un incendie était visible au loin. Dans une vidéo de Qom, un centre d’érudition religieuse, des manifestants défilent dans la rue en sifflant et certains lancent des pierres. « Frappez-le », crie quelqu’un, alors que la foule se précipite vers l’avant.

Des manifestations ont eu lieu à Téhéran, notamment sur la place Vali-e Asr le 19 septembre et à l’Université de technologie d’Amirkabir le 18 septembre. (Vidéo : Twitter)

Les protestations ont rapidement atteint la capitale, avec une vidéo montrant des manifestants se rassemblant à Vali-e Asr, une place majeure du centre-ville de Téhéran. “Déshonorant, déshonorant”, crient les gens, alors qu’ils sont aspergés de canons à eau montés sur un véhicule de police blindé. Une autre vidéo du centre de Téhéran montre des étudiants de l’Université de technologie d’Amirkabir scandant “Mort au dictateur” – une référence au chef suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei. La colère a monté dans les universités ces derniers mois face à l’application de plus en plus stricte des règles du hijab par le gouvernement. Les étudiants qui protestent risquent d’être arrêtés ou placés sur une liste noire qui menace leur avancement académique.

Des vidéos mises en ligne le 20 septembre montrent des femmes manifestant dans les villes iraniennes de Kerman au sud et de Sari au nord. (Vidéo : Twitter)

Les protestations se sont propagées bien au-delà de la capitale et des zones traditionnellement agitées de l’Iran. Dans une vidéo de Kerman, dans le sud-est de l’Iran, une jeune femme assise sur une boîte utilitaire, entourée d’une foule en liesse, est vue en train de retirer son foulard et de se couper les cheveux. “Un Iranien mourra mais n’acceptera pas l’oppression”, scande la foule. A Sari, près de la mer Caspienne, une femme danse autour d’un petit feu de joie, puis jette son foulard dans les flammes.

Une vidéo mise en ligne le 20 septembre montre des manifestations virant à la violence dans la ville iranienne de Rasht, située au nord de Téhéran. (Vidéo : Twitter)

Une autre vidéo de Rasht, également sur la Caspienne, montre une foule de jeunes hommes entassés autour d’un policier, qui brandit ce qui semble être une sorte de pistolet paralysant. En quelques secondes, la foule attaque, poussant l’officier au sol et le frappant. Alors que les coups de feu retentissent, les manifestants prennent la fuite.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT