nouvelles (1)

Newsletter

Des manifestants anti-iraniens pénètrent dans la zone verte de Bagdad et prennent d’assaut le Parlement irakien

BAGDAD – Des milliers de manifestants scandant des slogans anti-iraniens ont pris d’assaut le centre du gouvernement de la capitale irakienne et occupé le bâtiment du parlement mercredi, protestant contre la corruption et dénonçant le principal candidat au poste de Premier ministre du pays.

Les manifestants, exprimant également leur soutien au religieux fougueux Moqtada al-Sadr, ont abattu des murs de béton et se sont déversés dans la zone verte, la zone fortifiée où se trouvent de nombreux ministères et l’ambassade des États-Unis, car le personnel de sécurité n’a pas fait grand-chose pour les arrêter.

Les manifestants ont envahi le parlement, s’asseyant dans les fauteuils des législateurs et agitant des drapeaux irakiens dans une démonstration chaotique mais largement non violente du nationalisme irakien et de l’opposition à Mohammed Sudani, le candidat du bloc du cadre de coordination, une coalition dirigée par des chiites soutenus par l’Iran. partis pour être le prochain Premier ministre.

Les troubles équivalaient à un avertissement qu’il pourrait y avoir de nouvelles manifestations si le gouvernement se formait sous la direction de M. Sudani, qui est largement considéré comme un proche associé de l’ancien Premier ministre Nouri al-Maliki, un proche allié de Téhéran et le rival féroce de M. Sadr.

Mercredi, les manifestants ont envahi le parlement de Bagdad.


Photo:

AHMED SAAD/REUTERS

M. Sudani a juré de ne pas se retirer en tant que candidat au poste de Premier ministre. “La nomination est une énorme responsabilité pour nous tous de sauver l’Irak de la situation actuelle”, a-t-il déclaré dans un communiqué publié par son bureau.

L’Irak est dans une impasse politique depuis que les partisans de M. Sadr se sont révélés incapables de former un gouvernement malgré leur triomphe aux élections d’octobre dernier après avoir fait campagne pour s’attaquer à la corruption et réduire l’influence iranienne en Irak.

M. Sadr s’est récemment retiré du processus politique avec ses partisans au Parlement, qui ont démissionné en masse, ouvrant la voie à la coalition du Cadre de coordination pour chercher à former un gouvernement. La coalition, qui comprend le parti Dawa de M. Maliki, a choisi cette semaine M. Sudani comme premier ministre. M. Sudani est un ancien membre du parti Dawa.

Des photos de M. Maliki marchant dans la zone verte portant un fusil d’assaut et entouré d’une équipe de sécurité armée ont été diffusées dans les médias irakiens. Le bureau de M. Maliki a confirmé que les photos avaient été prises mercredi soir.

Les protestations étaient une indication que M. Sadr n’a pas l’intention de se retirer complètement de la sphère politique et peut encore chercher à bloquer le choix du cadre de coordination pour le poste de Premier ministre.

Ancien chef d’une rébellion contre les forces américaines après l’invasion de l’Irak en 2003, M. Sadr est devenu le principal courtier politique du pays après que son mouvement a remporté la plus grande part de sièges lors des élections de l’année dernière, capitalisant sur la colère généralisée contre la corruption et l’influence croissante de l’Iran. en Irak.

M. Sadr a appelé à mettre fin au système de quotas en place depuis 2003 en vertu duquel les ministères et les postes gouvernementaux sont répartis entre les partis chiite, sunnite et kurde. Mais ses efforts pour faire tomber le système se sont heurtés à une opposition farouche de la part de ses rivaux, qui craignent le démantèlement des réseaux clientélistes qui soutiennent leur richesse et leur influence.

Les manifestants ont abattu des murs de béton et envahi la zone verte de Bagdad, où se trouvent de nombreux ministères et l’ambassade des États-Unis.


Photo:

AHMED SAAD/REUTERS

Des politiciens de tout le spectre politique irakien ont appelé les manifestants à se retirer de la zone verte, y compris M. Sadr, qui a déclaré dans un tweet que le message des manifestants “rejeter la corruption et l’oppression” avait été délivré.

“Rentrez chez vous en toute sécurité”, a déclaré M. Sadr dans le tweet.

Tard dans la soirée, la plupart des manifestants avaient quitté le bâtiment du parlement et semblaient quitter la zone verte.

Kirk Sowell, analyste chez Utica Risk Services, une société de risque politique axée sur le Moyen-Orient, a déclaré que les manifestations “ressemblent davantage à des coups de feu pour être clair que Sadr n’approuve pas” de Sudani.

Il a ajouté : « La force de Sudani en tant que candidat est qu’il n’est pas controversé avec les partis de l’establishment à tous les niveaux – chiites, sunnites, kurdes. Il sera donc probablement élu à moins que les sadristes n’intensifient vraiment la pression de la rue.

Rien n’indique que les manifestants aient menacé l’ambassade des États-Unis ou celles d’autres pays situés dans la zone verte.

Il s’agissait de la plus grande manifestation depuis les élections d’octobre dernier, lorsque des manifestations de masse contre la corruption généralisée et l’Iran ont conduit le gouvernement à convoquer des élections anticipées. Les manifestants ont pris d’assaut le bâtiment du Parlement pour la dernière fois en 2016 pour exiger la fin de la corruption.

La police avait tenté de repousser les manifestants à l’aide de canons à eau et de grenades assourdissantes. Mais les manifestants sont entrés dans la zone verte après avoir abattu des murs de barrière en ciment à l’aide de cordes. Les manifestants ont défilé dans la rue principale de la zone verte en scandant “Sudani, out!”

Le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi, qui dirige un gouvernement intérimaire depuis les élections d’octobre dernier, a appelé les manifestants à rester pacifiques et à se retirer immédiatement de la région. Il s’est engagé à protéger les missions étrangères dans la zone verte. M. Kadhimi était en dehors de Bagdad lors d’une visite dans la province d’Anbar.

La coalition du Cadre de coordination a appelé M. Kadhimi “à prendre des mesures fermes pour maintenir la sécurité et l’ordre et empêcher le chaos”. Le communiqué indique qu’il y avait eu des indications ces derniers jours que les forces de sécurité autoriseraient les manifestants à entrer dans la zone gouvernementale, la qualifiant de suspecte.

Corrections & Amplifications
Abdul Falah Al-Sudani, ancien ministre irakien du Commerce, a démissionné du gouvernement en 2009 suite à des allégations de corruption. Une version antérieure de cet article disait à tort que Mohammed Sudani est un ancien ministre qui a démissionné du gouvernement en 2009 suite à des accusations de corruption. (Corrigé le 27 juillet)

Écrire à David S. Cloud à [email protected]

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT