Nouvelles Du Monde

Des dizaines de pays exigent en Egypte un cessez-le-feu à Gaza et un horizon politique pour le conflit

Des dizaines de pays exigent en Egypte un cessez-le-feu à Gaza et un horizon politique pour le conflit

2023-10-21 20:44:52

Peu après que les 20 premiers camions transportant de l’aide humanitaire soient entrés dans la bande de Gaza meurtrie, soit bien moins que ce qu’exigeait la situation désespérée de sa population, trente pays et institutions multilatérales ont exigé Egypte un cessez-le-feu pour arrêter « catastrophe humanitaire » en préparation, ainsi que des mesures pour rouvrir un horizon politique et mettre fin un jour au cycle éternel de violence dans la région. Lors du sommet, les pays arabes ont également rejeté toute tentation de la part des jeIsraël va transférer de force les Palestiniens de Gaza vers le Sinaï égyptien. Malgré la bonne volonté diplomatique, les divergences entre Européens et Arabes concernant Hamasle profil bas des délégations américaine ou allemande et surtout le absence de représentants israéliens n’a laissé que peu de place au succès du sommet.

La réunion a eu lieu deux semaines après le début de cette dernière série d’hostilités, la plus dévastatrice des dernières décennies, déclenchée par l’incursion d’hommes armés du Hamas la dernière fois. 7 octobre dans le sud d’Israël, où 1 400 personnes ont été tuées, pour la plupart des civils exécutés de sang-froid. Depuis lors, c’est la population de Gaza qui paie le prix de la réponse brutale d’Israël. « Le moment n’est-il pas venu de mettre un terme à illusion politique que lui l’état dans lequel “Peut-il être maintenu ?”, a déclaré le président égyptien et organisateur du sommet. Abdel Fatah Al-Sissi.

Lire aussi  Les rois de la Ligue Europa, Séville, ont battu la Roma aux tirs au but pour remporter la septième couronne

Al Sissi a proposé un feuille de route débloquer le conflit, qui n’a pas connu une seule tentative de négociation depuis Benjamin Netanyahou reprendre le pouvoir en Israël en 2009. Un plan qui inclut accès de l’aide humanitaire à Gazasuivi d’un Arrêtez le feu et le début de conversations basées sur formule des deux Etats. La plupart des dirigeants arabes ont exprimé leur consternation face au meurtre de civils en Israël, reflet de l’évolution de la région, mais ils ont également fermement condamné les bombardements « incessants » et « brutaux » de Gaza, ainsi que les « punition collective » et le “Je recherche le total” sur le Strip, décrit comme crimes de guerre. Et ils n’ont pas ignoré le double standard dont certains pays occidentaux font preuve dans cette crise.

Double standard occidental

« Le message fort et clair entendu dans le monde arabe est que la vie des palestiniens est considéré comme moins important que la vie des israéliens et que le droits humains “Ils ont des limites qui dépendent des différentes frontières, circonstances et religions”, a déclaré le monarque jordanien. Abdallah II. Parmi les invités se trouvait également le grand disparu de cette crise, le président du Autorité palestinienne (ANP), Mahmoud Abbas, qui règne en Cisjordanie, où il est extrêmement impopulaire. Reprenant les avertissements d’Al Sisi et du chancelier de Arabie Saoudite Concernant les éventuelles intentions d’Israël d’expulser les Palestiniens de Gaza, Abbas s’est montré ferme. “nous ne partirons pas et nous resterons sur notre terre arabe », a déclaré le dirigeant palestinien octogénaire.

Lire aussi  Deux otages américains libérés par le Hamas

L’Espagne et l’Italie étaient l’un des rares pays européens représentés au plus haut niveau. Pedro Sánchez a plaidé pour un cessez-le-feu, la libération des otages détenus par le Hamas et le accès au support humanitaire. « Ce sommet doit constituer la première étape pour restaurer la paix dans la région et briser ce terrible cycle de violence », a déclaré le président. « Si la communauté internationale n’agit pas, la situation pourrait s’aggraver considérablement. » C’est le grand danger qui plane sur le conflit actuel, une expansion régionale aux conséquences imprévisibles.

Face au rapport de majorité qui n’ignore aucun des partis, d’autres comme la chancelière britannique ou le président du Parlement Conseil européen Ils ont souligné le ddroit d’Israël à se défendre dans cette crise, tout en soulignant qu’elle doit rester dans les limites limites du droit international. « Nous devons garantir que le Hamas ne gagne pas afin que le coexistence pacifique triomphe», a déclaré le Britannique James Cleverly, ignorant que cette coexistence n’existe pas et pas seulement à cause du Hamas. « Nous ne pouvons ignorer le contexte plus large de ces événements tragiques : le conflit de longue date et la 56 ans d’occupation sans fin en vue” a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterresqui a appelé à un cessez-le-feu immédiat.

Lire aussi  La campagne d'emploi des réfugiés ukrainiens vise à réduire considérablement les coûts de l'aide sociale en Suisse

Toutefois, ce cessez-le-feu n’est ni d’actualité ni attendu. Les États-Unis ont déjà déraillé deux résolutions de cessez-le-feu à l’ONU pour donner du temps à Israël, qui prépare ses troupes à entrer prochainement à Gaza, une aventure dont on saura comment elle commence mais pas comment elle se terminera.



#Des #dizaines #pays #exigent #Egypte #cessezlefeu #Gaza #horizon #politique #pour #conflit
1697910674

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT