Nouvelles Du Monde

Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre le risque d’arrivée au pouvoir de l’extrême droite en France | International

Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre le risque d’arrivée au pouvoir de l’extrême droite en France |  International

2024-06-15 22:08:49

La perspective de l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite de Marine Le Pen en France a poussé des dizaines de milliers de personnes dans la rue ce samedi. Les manifestations, appelées par des syndicats et des associations de gauche, ont eu lieu dans tout le pays, dans un moment de tempête politique après l’avancée inattendue des élections législatives par le président Emmanuel Macron, suite à la victoire du parti ultra du Regroupement national ( RN) aux élections européennes du 9 juin. Face aux risques d’altercations, la police a déployé 21 000 policiers. Les partis de gauche se sont joints à l’appel, qui étaient convenus la veille de présenter un programme commun pour les élections du 30 juin et du 7 juillet.

L’arrivée de l’extrême droite au pouvoir “n’a jamais été aussi possible”, estime Roland, 64 ans. Pour lui, la décision de Macron de convoquer des élections est « un acte de fou ». « Le président est le garant des institutions. « Il a joué à la roulette russe avec la France », souligne-t-il. “Nous vivons une époque terrifiante”, déclare Nicolas, 34 ans, qui préfère ne pas donner son nom de famille et qui a participé à la marche dans la capitale française avec trois amis. “Il faut empêcher Le Pen d’accéder au second tour”, ajoute-t-il, tandis que ses collègues montrent les affiches qu’ils ont préparées pour l’occasion. « La France n’est pas fasciste », dit l’un d’eux. “C’est Paris, ce n’est pas Vichy”, lit-on un autre, en référence au régime collaborationniste français avec l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Lire aussi  Les manifestants du livre blanc chinois exploitent les lacunes des censeurs des médias sociaux pour faire pression sur Xi

Près de 200 rassemblements sont prévus tout au long du week-end pour exprimer le rejet de l’éventuelle arrivée de l’extrême droite au pouvoir. Les manifestations ont débuté samedi matin dans des villes comme Bayonne, au Pays basque français, Toulon, au sud, et Valenciennes, au nord. A Lyon, elles auront lieu dimanche, même si près de 2 000 personnes ont déjà manifesté vendredi. devant le conseil municipalselon la préfecture.

La France traverse une période mouvementée. Depuis la victoire du RN aux élections européennes, avec 31,5% des voix, et la convocation des législatives qui a suivi, le pays est plongé dans l’incertitude. Les bouleversements politiques ne s’arrêtent pas dans l’une des campagnes les plus courtes de l’histoire moderne de France.

Les partis de gauche se sont regroupés au sein de ce qu’on appelle le « nouveau front populaire », allant des eurosceptiques de Jean-Luc Mélenchon aux sociaux-démocrates pro-européens de Raphaël Glucksmann. De ce côté, les premières divisions sont apparues ce samedi, après que La Francia Insumisa (le parti de Mélenchon jumelé avec Podemos) a publié une liste de candidats qui ne comprenait pas cinq députés sortants, connus pour leurs affrontements avec le chef du parti. Certains dirigeants de gauche bien connus ont critiqué Mélenchon pour ce qu’ils considèrent comme une purge de ses rivaux. Le fait que la liste inclue Adrien Quatennens, condamné pour violences sexistes en 2022, a également suscité la polémique. A droite traditionnelle, le parti Los Republicanos (LR), jumelé avec le PP espagnol, est déchiré en deux après que son leader, Éric Ciotti, a décidé de passer un accord avec l’extrême droite.

Lire aussi  Alors que les relations UE-Chine se détériorent, Pékin annule la visite de Borel

La semaine a également été marquée par plusieurs annonces. L’ancien président François Hollande a annoncé ce samedi qu’il présentait sa candidature pour le Parti socialiste, membre de l’alliance de gauche, dans une circonscription du centre du pays.

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toute l’actualité et lire sans limites.

S’abonner

Selon les premiers sondages, qu’il convient de prendre avec distance compte tenu de l’évolution de la situation politique, le RN pourrait remporter les élections et être en mesure de former le prochain gouvernement. Une enquête publiée par le magazine Le Point avait prédit vendredi que le parti de Le Pen arriverait en tête du premier tour avec 29,5% des voix, devant la coalition des partis de gauche qui obtiendrait 28,5%. Les centristes de Macron seraient à 18%.

Manifestation contre le Rassemblement national de Marine Le Pen, ce samedi à Paris.Benoît Tessier (Reuters)

“C’est un moment historique, nous sommes confrontés à un saut dans l’inconnu pour notre démocratie”, a-t-il déclaré. à la station France Inter Marylise Léon, dirigeante du syndicat modéré CFDT, le premier en France. “Avec notre tsunami populaire, nous allons éviter cette catastrophe organisée par Emmanuel Macron et Marine Le Pen”, a-t-il déclaré. Sophie Binet, secrétaire générale d’une autre confédération syndicale, la CGTavant le début de la manifestation à Paris.

A Paris, la marche a débuté sur la place centrale de la République, où des centaines de personnes ont scandé des slogans contre l’extrême droite et en faveur de l’alliance de gauche. Lahna Cissé, 23 ans, qui souligne que ses grands-parents sont venus au pays en tant qu’immigrés, distribue des tracts du nouveau front populaire. “C’est important d’aller voter”, dit-elle, exprimant son inquiétude face à l’abstention des plus jeunes, qui révèle, selon elle, un certain “déficit démocratique”.

Lire aussi  ici! Le missile monstre Hwasong-17 de la Corée du Nord, sa portée jusqu'aux États-Unis !

Son amie Yasmin Hamrit, 21 ans, estime que Macron a convoqué ces élections pour accroître sa popularité, après une année marquée par des manifestations massives contre son projet phare sur les retraites, avec lequel il a augmenté l’âge de la retraite.

Une banderole contre l'extrême droite en France.
Une banderole contre l’extrême droite en France. Benoît Tessier (Reuters)

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a adressé ce samedi une note aux préfets et responsables de la sécurité pour les avertir d’une situation sécuritaire « extrêmement sensible » avant les élections. Dans le message, il met en garde contre d’éventuels affrontements entre l’extrême droite, avec 2.700 personnes “sous surveillance”, et l’extrême gauche, avec 5.500.

Monique Chatelet, 66 ans, se souvient des manifestations de mai 2002, lorsque près d’un million de personnes étaient descendues dans la rue pour protester contre l’extrême droite Jean-Marie Le Pen, père de l’actuel leader du RN, après avoir réussi à atteindre le second tour en les élections présidentielles. « Marine Le Pen a réussi à banaliser le Front National [el nombre del partido entonces]. Il a presque réussi à faire oublier son père », ajoute son ami Roland.

Suivez toutes les informations internationales sur Facebook oui Xou dans notre newsletter hebdomadaire.

Abonnez-vous pour continuer la lecture

Lire sans limites

_




#Des #dizaines #milliers #personnes #manifestent #contre #risque #darrivée #pouvoir #lextrême #droite #France #International
1718496236

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT