De Marseille à Paris, 80 défilés climatiques ont rassemblé des milliers de manifestants

"Il est encore temps."Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Paris, Lille, Marseille, Bordeaux ou Strasbourg au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, prolongeant la mobilisation de septembre suite à la démission de Nicolas Hulot. Quatre-vingt mobilisations étaient prévues en France. Au début de l'après-midi, ils étaient 3 200 à Lille, 2 500 à Bordeaux et 1 850 à Strasbourg (selon la police) sous un soleil radieux, tandis que Météo-France enregistrait des records de chaleur pour un mois d'octobre en France, avec 9 à 10 degrés au-dessus des normes saisonnières. À Paris, le cabinet Occurence comptait près de 15 000 personnes. À Lyon, selon les organisateurs, le centre-ville comptait entre 12 000 et 15 000 participants.

Lire aussi " Réchauffement climatique: "Nous appelons les décideurs politiques"

Comme en septembre, lorsqu'un jeune parisien, Maxime Lelong, avait pris l'initiative d'appeler à descendre dans la rue après la démission surprise de Nicolas Hulot au poste de ministre de la transition écologique, ces marches sont organisées par des particuliers, à soutien des associations. Mais les ONG, les syndicats et les partis politiques sont appelés à défiler en queue de cortège.

Engager des transformations "rapides"

A Paris, en plus de la marche, un "Village d'initiatives" se tiendra samedi après-midi place la République. Les stands seront animés par des associations, des scientifiques tels que les climatologues Jean Jouzel et Valérie Masson-Delmotte interviendront et un forum sera consacré aux conséquences du mouvement. Chanteur Matthieu Chedid et Cyril Dion, réalisateur du documentaire Demain, attendent. Des réunions sont prévues dans toute la France, ainsi qu'en Guadeloupe, Martinique, Réunion, Nouvelle-Calédonie et Tahiti.

En dehors de la France, des marches sont prévues à Genève, au Luxembourg, à Namur, à Montréal et à Montevideo, selon les organisateurs. Parallèlement, d'autres actions doivent se dérouler à l'étranger à l'initiative de l'association 350.org. Au Japon ou en Australie, des exemplaires du dernier rapport du GIEC doivent être distribués aux élus. Dans le rapport de lundi de 400 pages, les experts du climat des Nations Unies appellent le monde à entamer les transformations "Vite" et "sans précédent", s'il veut limiter le réchauffement à 1,5 ° C. Si les États tiennent leurs engagements de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l'accord de Paris en 2015, il fera + 3 ° C à la fin du siècle, avec la menace d'un climat fuyez.


LIBERATION avec l'AFP (photo Denis Allard pour Libération)

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.