nouvelles (1)

Newsletter

De Croo tape sur les doigts de Verlinden après une déclaration à propos de Doel 3 : “Ce n’est pas comme ça qu’il faut aborder le dossier” | Actualités VTM

Énergie nucléaireVendredi, la prise sera retirée du réacteur nucléaire Doel 3, mais en politique, tous les nez ne semblent pas aller dans le même sens. Par exemple, la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) a demandé la semaine dernière à l’AFCN si le démantèlement du réacteur nucléaire Doel 3 pouvait être reporté en toute sécurité. “C’est une discussion que vous ne devriez pas avoir dans la presse”, répond pour la première fois le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) à VTM NIEUWS. Le directeur de la centrale nucléaire tire également un trait sur un éventuel redémarrage.

Le gel du démantèlement du réacteur nucléaire Doel 3 pourrait éventuellement permettre un redémarrage ultérieur de la centrale. La question de Verlinden est venue très tard, car le réacteur sera déconnecté du réseau à la fin de cette semaine.

L’organisme de surveillance nucléaire FANC a parlé de mauvaise gouvernance. Et même au sein du gouvernement, l’initiative du ministre n’a pas été bien accueillie par tout le monde.

Le Premier ministre Alexander De Croo a peu de commentaires, mais dans une réponse à VTM NIEUWS, il dit qu’il s’agit d’une discussion que vous ne devriez pas avoir dans la presse. « Mais nous partageons tous la même préoccupation. Je l’ai également précisé en interne. Selon le Premier ministre, le gouvernement “ne prendra aucun risque en matière de sécurité d’approvisionnement”.

Directeur de centrale nucléaire : “Je ne m’improvise pas avec la sûreté nucléaire”

Peter Moens, le directeur de la centrale nucléaire, a informé mercredi l’agence de presse Belga que le report du démantèlement prévu de Doel 3 est pratiquement impossible. Il sera définitivement fermé vendredi, après quoi la phase d’arrêt commencera. Le réacteur est déchargé, le combustible est refroidi et la centrale est décontaminée de toutes particules radioactives.

Peter Moens à la centrale nucléaire de Doel © Kristof Pieters

“Pendant la phase de cessation de cinq ans, rien de techniquement irréversible ne se produit”, explique Moens. Ce ne sera le cas que dans la phase suivante — le démantèlement de la centrale électrique.

Un report ou une inversion du processus de fermeture qui est en cours depuis quatre ans ne serait “ni sage ni souhaitable”, a déclaré Moens. Ce n’est techniquement et organisationnellement pas évident.

La commande de carburant seule prendrait 36 ​​mois. “Ce n’est pas quelque chose qui sort de l’étagère du Brico.” Autre exemple : la formation des opérateurs qui dirigent seuls Doel prend trois ans. Ces dernières années, aucune étude n’a été menée sur un tel report.

« La sûreté nucléaire, c’est aussi une organisation stable, précise le directeur de la centrale nucléaire. « La piste du report n’est pas à notre programme. On ne nous a pas non plus demandé. Nous n’avons pas l’intention de redémarrer. Je n’improvise pas avec la sûreté nucléaire.

NOTRE OPINION. « Pourquoi la question d’Annelies Verlinden n’est venue qu’hier ? Une semaine et demie avant la fermeture de la centrale nucléaire ? (+)

L’énergie reste clivante au sein de Vivaldi : fermeture de Doel 1 et 2 confirmée sans soutien du MR (+)



Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT