Home » Covid-19. Dans les transports, qui devra contrôler le passe sanitaire ?

Covid-19. Dans les transports, qui devra contrôler le passe sanitaire ?

by Nouvelles

Le passe sanitaire sera obligatoire le 9 août dans les transports longue distance. Pas simple à mettre en œuvre. On vous explique les enjeux.

Quand le passe sanitaire sera-t-il obligatoire dans les trains longue distance ?

Le 9 août, sauf retard de calendrier concernant l’entrée en vigueur de la loi. À cette date, il faudra donc se munir du sésame pour monter à bord des TGV et Intercités (pas les TER). Les contrôles seront massifs mais pas systématiques »,promet Jean-Baptiste Djebbari, ministre des Transports.

Qui contrôlera ?

La question est âprement discutée en interne. Tous les agents en gare ou à bord sont susceptibles d’effectuer le contrôle du passe, dans la mesure où la vérification de l’identité n’est pas requise »,dit-on à la direction. Les cheminots n’ont pas à contrôler le passe, rétorque Didier Mathis, de l’Unsa, le deuxième syndicat de la SNCF. Cela relève des forces de l’ordre. Quand les attestations de déplacement étaient obligatoires pour voyager, les contrôleurs ne les vérifiaient pas. C’était le rôle de la police. C’est pareil pour le passe. Sud-Rail approuve. La troisième organisation de la SNCF appelle les agents à ne pas contrôler le passe ». La réunion prévue à ce sujet, ce jeudi 29 juillet, entre la direction et les syndicats s’annonce donc mouvementée.

Qu’en est-il chez Air France ?

Le 9 août, le passe sera exigé pour les vols intérieurs. Il l’est déjà pour les vols internationaux, mais aussi en direction de la Corse et des Outre-mer. Pour fluidifier l’embarquement, la compagnie a mis en place une validation anticipée du passe. Trois jours avant le départ, le passager reçoit un mail, lui proposant de transmettre les documents de voyage, requis en fonction de la destination,indique un porte-parole. Ils sont vérifiés par nos équipes. Si tout est conforme, le client voit apparaître, lors de l’enregistrement, sur sa carte d’embarquement : « Ready to fly » (« Prêt à voler »). Gratuit et facultatif, ce service demande une vérification manuelle de chaque document.

Il est donc réservé pour l’instant à certaines destinations : Corse, Outre-mer, Bamako, Dakar, Grèce. La capacité, limitée à 2 500 passagers par jour, doit augmenter progressivement. Les passagers, qui ne bénéficient pas de ce dispositif, doivent produire le passe à l’embarquement. Attention : la Grèce exige un formulaire sanitaire, appelé PLF, qui doit être rempli et validé au plus tard la veille du vol.

Et dans les cars longue distance ?

Le contrôle sera systématique, dit-on chez BlaBlaCar Bus. Ils seront effectués par le conducteur. L’opérateur pilote aussi le service de covoiturage BlaBlaCar. En l’occurrence, le passe n’est pas obligatoire. Néanmoins, l’entreprise française compte offrir en août aux covoitureurs la possibilité d’indiquer sur leur profil s’ils sont détenteurs du passe. Il s’agit de rassurer les usagers.

Au fait, faudra-t-il garder le masque ?

Oui. Le passe sanitaire ne dispense pas de porter le masque dans les trains, les avions, les cars et les véhicules de covoiturage.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.