COVID-19: ce sont les trois nouvelles régions où l’utilisation facultative du masque sera autorisée

Les citoyens de Tumbes, Pasco et La Libertad pourront opter pour l’utilisation facultative d’un masque dans les espaces ouverts.

La pandémie causé par le COVID-19[feminine] Ce n’est pas encore fini, mais la relation avec elle est en constante évolution. Ainsi, le gouvernement a prévu des mesures qui assouplissent certaines mesures de prévention, comme le cas de utilisation de masques dans des espaces ouverts. Cependant, cela va de pair avec des progrès dans le processus de vaccination dans chaque région du Pérou.

Début mai, le gouvernement péruvien a annoncé que les citoyens des régions où 80% de la population de plus de 60 ans reçoivent trois doses du vaccin COVID-19 et 80% des personnes de plus de 12 ans avec deux d’entre elles recevront pouvoir décider d’utiliser ou non les masques dans les espaces ouverts. Depuis le 1er mai, des régions comme Áncash, Callao, les provinces de Lima et la métropole de Lima ont accepté la mesure.

Bien que lent, le processus de vaccination avance au fil des semaines. Ainsi, des régions telles que Tumbes, Pasco et La Libertad sont déjà autorisées à bénéficier de la mesure décrite. La nouvelle a été confirmée par le président du Conseil des ministres, Hannibal Torresaprès une rencontre avec son équipe de travail.

Les citoyens de Tumbes, Pasco et La Libertad pourront opter pour l'utilisation facultative d'un masque dans les espaces ouverts.
Les citoyens de Tumbes, Pasco et La Libertad pourront opter pour l’utilisation facultative d’un masque dans les espaces ouverts.

De même, Torres a exhorté les autorités à encourager de plus en plus de citoyens à se rendre dans les centres de vaccination pour compléter leur programme. “Ce que nous demandons aux gouvernements locaux et régionaux qui tout comme ils viennent ici réclamer la collaboration de l’Exécutif pour la réalisation des travaux et services dans leurs localités respectives, ils contribuent aussi à convaincre la population de ces localités de se faire vacciner”, dit-il depuis le siège du PCM.

ALERTE À LA VARIOLE DU SINGE

Une nouvelle maladie connue sous le nom de variole du singe Il a commencé à toucher diverses personnes dans différentes parties du monde, forçant l’adoption de mesures sanitaires telles que les quarantaines et l’utilisation de masques afin d’empêcher sa propagation. La Organisation mondiale de la SANTE (OMS) a souligné qu’il n’y a pas de traitement spécifique pour cette maladie, mais il existe un vaccin validé par les autorités sanitaires telles que l’EMA et la FDA.

Au Pérou, aucun cas de monkeypox n’a encore été enregistré, mais le Premier ministre Aníbal Torres a indiqué que des actions ont commencé à être coordonnées pour son éventuelle arrivée. “Toutes les mesures préventives du vaccin monkeypox ont été prises afin qu’en cas de premier cas dans le paysces personnes sont isolées dans des lieux adaptés »a-t-il souligné.

Découvrez les dernières nouvelles sur la variole du singe au Pérou sur Infobae.  (Capture)
Découvrez les dernières nouvelles sur la variole du singe au Pérou sur Infobae. (Capture)

Concernant cette maladie, l’infectiologue de l’hôpital national de Cayetano Heredia, Lesly Soto, a souligné que C’est une maladie éruptive qui génère des lésions cutanées, très similaires à la variole que nous connaissons dans le monde depuis de nombreuses années, ainsi que de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires et un malaise général.

La transmission se fait par les voies respiratoires, après contact avec des plaies cutanées, des baisers ou des matières fécales. “Il va être transmis par le baiser d’une personne, si je suis celui qui prépare la nourriture et que je ne me lave pas correctement les mains, je peux le transmettre à de nombreuses personnes. »a dit le spécialiste à Andina. En outre, il a souligné que la maladie a une durée pouvant aller jusqu’à quatre semaines après l’apparition des premiers symptômes.

Je dois savoir où ce patient a été au cours des deux semaines précédentes et attendre jusqu’à 4 semaines de plus pour que toutes les lésions disparaissent et ne soient pas contagieuses. C’est assez problématique et il faut isoler le patient», a-t-il souligné.

CONTINUER À LIRE

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT