Search by category:
Nouvelles

Covestro veut faire une affaire, mais manque une cible évidente

Thomas Toepfer est un chef des finances à la recherche d’une cible d’acquisition.
Selon le directeur financier de Covestro AG, la faible dette et la position de trésorerie croissante du fabricant allemand de produits chimiques en font un moment idéal pour rechercher des offres potentielles.
La société, issue de Bayer AG à l’automne 2015, n’a pas réalisé d’acquisition depuis sa création. “Nous devons devenir capables de faire des fusions et des acquisitions”, a déclaré M. Toepfer.
M. Toepfer dit que la dette nette de Covestro – à 0,4 fois le bénéfice avant intérêt, amortissement et amortissement – est trop faible compte tenu des faibles coûts de financement disponibles sur le marché. La moyenne mondiale de cette mesure de l’effet de levier pour l’industrie des produits chimiques de spécialité est un multiple plus élevé de 1,9 en mars, selon FactSet. En l’absence d’acquisition, la société prévoit que son flux de trésorerie disponible atteindra 5 milliards d’euros (5,9 milliards de dollars) d’ici trois ans.
“Sur le long terme, ce n’est pas un moyen efficace de gérer un bilan”, a déclaré M. Toepfer dans un entretien avec CFO Journal. “Si vous ne faites que du financement par capitaux propres, c’est très cher”, a-t-il dit.
M. Toepfer a déclaré que l’entreprise doit trouver un objectif d’acquisition approprié pour justifier l’augmentation de son effet de levier. La direction “pourrait imaginer” faire passer la dette nette de Covestro à 1,5 fois, en profitant des coûts de financement relativement bas en Europe, at-il dit.
Le CFO est à la recherche de cibles d’acquisition potentielles, de préférence dans son segment des revêtements, des adhésifs et des spécialités, at-il ajouté.
Covestro est déjà leader sur le marché des polyuréthanes et des polycarbonates et s’attend à rencontrer des problèmes antitrust si elle tente une transaction importante dans l’un ou l’autre des deux segments.
Cela limite la portée de l’entreprise à des acquisitions ciblées, a déclaré le directeur financier. Il a refusé de dire combien l’entreprise va dépenser pour une acquisition.
La dette nette de la société s’élevait à 283 millions d’euros fin 2017, en baisse de plus de 80% par rapport à 1,49 milliard d’euros un an plus tôt. Son flux de trésorerie disponible – défini comme la capacité d’autofinancement moins les investissements industriels – s’élève à 364 millions d’euros au premier trimestre, en hausse de 72,5% par rapport à la même période de 2017. Covestro prévoit une croissance nettement plus rapide cette année que son expansion moyenne sur trois ans rythme.
Selon Michael Schaefer, analyste chez Commerzbank AG, M. Toepfer a repris une fonction de trésorerie et de finances bien gérée. “Il n’a pas de gros refinancements ou d’autres tâches qui l’attendent”, a déclaré M. Schaefer. “Il se concentrera sur la gestion de l’allocation de capital de Covestro”, a-t-il ajouté.
Covestro consacre une partie de son excédent de trésorerie à un rachat d’actions de 1,5 milliard d’euros et à des dividendes plus élevés. Selon S & P Capital IQ, le taux de dividende actuel de la société est de 2,8%.
Covestro s’est également engagé à investir 650 millions d’euros en 2018 pour augmenter la capacité de ses sites de production existants. La direction décidera d’un nouveau site de production au cours des 12 à 18 prochains mois, ce qui devrait coûter de 1 à 2 milliards d’euros, a déclaré M. Toepfer.

Post Comment