course à la poursuite mortelle, l’IGPN saisi après le tir d’un policier

0
21

Le bureau du procureur du Gers a saisi l'IGPN le dimanche 15 septembre pour enquêter sur l'utilisation d'une arme à feu par un officier de police dans le cadre d'une action en justice, à l'issue de laquelle un jeune homme de 17 ans est décédé dans des circonstances obscures.

Une patrouille de police avec trois officiels notifie un Peugeot bleu qui semble avoir été volé et refuse d'obéir, vendredi 13 septembre, selon l'histoire du procureur du Gers, Charlotte Beluet. La police perd la trace de la voiture avant de la voir arriver à un rythme soutenu sur un sentier.

C’est alors qu’ils placent leur véhicule de travers avec les signaux lumineux activés. Le véhicule poursuit sur sa lancée en direction du policier passager qui a sorti son arme et procédé à la convocation réglementaire sans effet. C'est à ce moment-là qu'il "s'est retrouvé obligé de tirer en déséquilibre, se jetant en même temps sur le bord de la route pour ne pas être touché", a déclaré le procureur.

Le passager de 17 ans est décédé

C’est alors que la Peugeot poursuit sa route sur environ 800 mètres, traverser une patrouille de gendarmerie forcée de mettre de côté pour éviter une collision. Rapidement, la voiture quitte le chemin et termine sa course dans un champ.

Le conducteur et le passager arrière sont blessés, tandis que le passager avant de 17 ans, d'origine géorgienne, décède. "L'examen du corps effectué sans médecin légiste n'a pas permis de déterminer les causes du décès.", a déclaré le procureur, selon lequel une autopsie aura lieu le lundi 16 septembre.

Le conducteur du véhicule, connu de la police et âgé de 20 ans, a été arrêté. Une enquête a été confiée à la SRPJ de Toulouse tentative d'homicide sur un responsable de l'ordre public.

Dans le quartier du Grand Garros à Auch, où vivaient deux des occupants du véhicule, la violence – incendie de voitures et de poubelles, détérioration du mobilier urbain – s'est produite depuis l'accident.

"Un système exceptionnel de 140 agents de sécurité publique et civile a été mis en place et mobilisés toute la nuit du samedi 15 septembre au dimanche 15 septembre. L’intervention coordonnée de la police et de la gendarmerie a permis de faire cesser les violences ", a ajouté la même source.

L'éditeur vous recommande


Lire la suite

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.