Coronavirus dans les Asturies: microcrédits à louer, non activés après deux mois

0
34

Le gouvernement a approuvé le 30 mars, il y a plus de deux mois, le lancement d’une offre de microcrédit pouvant atteindre 1 200 millions, par le biais des services bancaires et avec le soutien de l’Institut officiel du crédit (ICO), pour aider les locataires en difficulté économique en raison de la crise à payer le loyer de leur logement (maximum 900 euros par mois et six mensualités).Après cette période, cette aide n’a pas commencé à se matérialiser en raison de retards dans son développement et son traitement.

La banque espère pouvoir offrir les microcrédits précités dans les prochains jours.Les institutions financières attendaient que l’ICO publie les caractéristiques définitives de ce système et, par conséquent, certaines questions de procédure ont été clarifiées, des doutes surtout soulevés par les principales banques,selon les sources Efe du secteur expliqué.

L’ICO a déjà transféré les conditions de la ligne de garanties et souligne qu’elle a préparé le système pour que les entités puissent fonctionner, bien que pour le momentSeules les petites banques comme Abanca, Unicaja Banco, Liberbank, Cajamar, Laboral Kutxa et les caisses d’épargne d’Ontinyent et Pollença ont signé l’accord.

Cette liste s’allongera au fur et à mesure que les entités et l’OIC signeront les accords correspondants et, ayant clarifié les doutes entre les deux parties, il est prévu que “dans les prochains jours” elle sera signée avec les grandes entités,qui sera une étape clé pour que l’aide puisse vraiment atteindre les personnes touchées.

Les prêts doivent être demandés par le locataire de l’entité avant le 30 septembre et la banque sera chargée de payer le propriétaire du bien mois par mois, avec un premier versement, le cas échéant, des mensualités non versées du 1er avril jusqu’à la signature du prêt. Les microcrédits sont destinés aux locataires en situation de vulnérabilité, au chômage, touchés par un ERTE ou à leur compte avec une forte baisse de revenus.

La mesure, après avoir été approuvée par le Conseil des ministres fin mars,il a d’abord eu une évolution réglementaire qui a duré plus d’un mois, avec laquelle l’arrêté ministériel n’est arrivé qu’au début du mois de mai. L’OIC a ensuite affiné certains détails et après cela, il y avait encore la signature avec les banques de l’accord.

La bureaucratie a retardé la mise en œuvre de cette aide financière au logement si longtemps que la mesure a progressivement perdu tout intérêt,car chaque jour des accords privés sont conclus volontairement entre locataires et propriétaires.

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.