Comment un deuxième référendum sur le Brexit fonctionnerait-il?

L’idée de tenir un deuxième référendum a pris de l’élan au cours des dernières semaines alors qu’il était impensable.

Il n'y a aucune suggestion pour le moment qu'un autre vote aura lieu, la plupart des conservateurs s'opposent à cette idée, tandis que le chef du parti travailliste, Jeremy Corbyn, est réticent à se rallier.

Mais si cela devait changer? Un deuxième référendum pourrait-il avoir lieu?

La probabilité augmente si l'accord très décrié de Theresa May sur le Brexit est annulé – comme il est prévu de l'être – lors du vote décisif du 11 décembre.

Mme May s'est rapidement montrée ferme contre un second référendum, mais un parlement bloqué pourrait la forcer à changer d'avis.

Le parti du Premier ministre est profondément divisé et, après avoir perdu sa majorité lors des élections générales de 2016, Mme May est confrontée à un parlement paralysé. Et avec des députés si divisés sur le Brexit, un deuxième référendum pourrait être la seule issue.

Un deuxième référendum serait le plus efficace si un groupe de députés multipartites déposait un amendement demandant un vote sur la question de savoir s'il fallait revenir aux citoyens.

Les députés ont hésité à convoquer un autre référendum car ils craignaient que cela ne divise trop un pays déjà déchiré par le vote de juin 2016.

Mais avec la date de départ du Royaume-Uni dans un peu plus de 100 jours – date inscrite dans la loi -, les options s'annoncent pour Theresa May et son gouvernement.

Le pays sera probablement appelé à voter sur trois options:

En l'absence de choix binaire, il est probable que l'une des options obtienne une majorité générale, ce qui signifie qu'il peut également y avoir une deuxième case de préférence à cocher.

Pour avoir un référendum, le gouvernement doit faire adopter un projet de loi par le parlement.

Quand et si le projet de loi est terminé, il faudrait prévoir du temps pour la campagne, ce qui pourrait prendre jusqu'à 22 semaines – cinq mois – selon le Dr Meg Russell, directrice de l'unité Constitution de l'UCL.

Cela prendrait ensuite au-delà du 29 mars 2019, date à laquelle le Royaume-Uni quitte l'UE.

Si le gouvernement décidait de voter pour un second vote, l'UE pourrait choisir de prolonger le délai afin de laisser le temps au Royaume-Uni de retourner aux urnes.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.